Patrimoine Normand magazine

 

Fondation Claude Monet, pour que vive l’âme de Monet

Jeudi 13 Avril 2017

‹ Retour à l'agenda

Maison de Claude Monet
DATE :
Du 24 mars au 1er novembre 2017
LOCALISATION : 
Giverny (27)

Fondation Claude Monet,
pour que vive l’âme de Monet


Claude Monet

C’est l’histoire d’un coup de foudre. Celui de Claude Monet pour Giverny. Alors qu’il est dans le train qui va de Vernon à Gasny, l’artiste aperçoit le village et tombe irrémédiablement sous le charme


En 1883, il y dépose ses bagages, entouré de toute sa famille. Pendant 43 ans, il y vivra heureux et inspiré. Dans la maison au crépi rose qu’il acquiert en 1890, il puise les principaux sujets de ses tableaux. La lumière si particulière de la vallée de la Seine est son moteur. « Je suis dans le ravissement, Giverny est un pays splendide pour moi » écrira-t-il. Passionné par le jardinage autant que par les couleurs, il aménage petit à petit le grand jardin. Avec une infinie patience, il plante et sème. Des agérates, des anthémis, des capucines, des cerisiers à fleurs, des géraniums, des iris, des tulipes, des roses… Le Clos Normand prendra forme, tout en perspectives, symétries et couleurs. Les platesbandes et les massifs de fleurs créent des volumes, des profondeurs.
Poussant toujours plus loin l’exploration, il accorde une place de choix à l’eau. Il achète alors le terrain en contrebas de sa propriété, de l’autre côté de la voie de chemin de fer. Dans ce lieu traversé par un petit cours d’eau, le Ru, il fait creuser un bassin réservé à la culture du nymphéa, une plante aquatique dont la fleur est majestueuse. Au-dessus de ce bassin, un petit pont japonais peint tout en vert devient l’un de ses sujets d’étude de prédilection.
La maison devient son atelier, son lieu de vie. Avec ses deux enfants et les six de son épouse Alice Hoschedé, il l’agrandit et y impose la couleur. La salle à manger est jaune, la cuisine bleue. Au premier étage, sa chambre où le bureau à cylindre et la commode XVIIIe sont toujours là. Son premier atelier, celui où il travailla jusqu’en 1899, résonne encore des vibrations de l’artiste. Sur les murs de la maison, des toiles, des estampes japonaises, de la vaisselle en faïence bleue… On imagine très bien les huit enfants courant partout, Monet se régalant d’un bon repas, accueillant ses amis parisiens ou piquant une colère, Monet se levant tôt avec la lumière pour peindre ses illustres toiles, Monet marchant dans son jardin, Monet affaiblit par la cataracte... Et puis enfin, on découvre l’atelier des Nymphéas. Accueillant aujourd’hui la boutique-librairie, cette pièce de 300 m2 a été conçue pour accueillir les immenses toiles du bassin d’eau.
Chargée de souvenirs et pleine d’émotion, cette maison a gardé l’âme du maître. A son décès en 1926, sa belle-fille Blanche Hoschedé l’habite jusqu’en 1947. Puis Michel Monet le fils du peintre, la lègue en 1966 à l’Académie des Beaux-Arts. En 1977, cette académie décide une grande campagne de restauration de la maison mais aussi des ateliers, du « Clos Normand » et du jardin d’eau. Confiés à Gérald et Florence Van der Kemp, bien connus pour le succès de leurs campagnes de rénovation du château de Versailles, les travaux sont colossaux et dureront trois ans. Pour parvenir à leur fin, ils font appel aux dons. Les américains y sont sensibles et se montrent généreux. La propriété devient alors une Fondation en même temps qu’un lieu d’exception.
Chaque année, plus de 600 000 visiteurs se pressent sous la tonnelle de rosiers pour s’imprégner de cette atmosphère si ressourçante, si inspirante.



 

Gilbert Vahé, chef jardinier de la Fondation Claude Monet

Les amateurs de jardins auront le plaisir de retrouver Gilbert Vahé, le jardinier historique de la renaissance des jardins de Claude Monet ! À la suite du départ de James Priest, Gilbert Vahé a repris les rênes des jardins, le temps d’accueillir et de former le prochain ou la prochaine chef des jardins. Au cours de ces dernières années, Gilbert Vahé a été en charge de la restauration de la serre construite du temps de Claude Monet. Financée par la Versailles Foundation Inc. Claude Monet-Giverny, la serre a retrouvé son allure d’antan, en particulier avec la pose de claies en bois pour en assurer l’ombrage.

 


A faire !
Peindre dans les jardins de Monet. Sur les lieux même qui inspirèrent l’artiste, les peintres d’aujourd’hui peuvent poser leur chevalet et coucher sur leur toile, les couleurs délicates des fleurs, arbustes et bassins lacustres. Pour cela, il suffit d’adresser sa demande à la fondation et les portes de la création s’ouvriront, une fois les touristes partis.

Insolite
Il est des moments de grâce à ne rater sous aucun prétexte. La lecture des correspondances de Monet est de ceux-là. Régulièrement, Philippe Piguet, historien, enseignant et critique d’art mais également arrière petit-fils d’Alice Hoschédé-Monet, vient lire et commenter des correspondances choisies entre Monet et sa famille. On pénètre alors l’intimité d’une vie, d’une époque dans le salon atelier de Claude Monet.

 

 
INFORMATIONS PRATIQUES :

Du 24 mars au 1er novembre 2017 inclus tous les jours de 9h30 à 18h (Dernière admission 17h30).
Ouvert les jours fériés.
Achat de billets couplés sur place uniquement :
- Maison et Jardins Claude Monet + Musée des impressionnismes
- Maison et Jardins Claude Monet + Musée Marmottan Monet
- Maison et Jardins Claude Monet + Musée de l’Orangerie

 
Fondation Claude Monet
84, Rue Claude Monet
27620 Giverny
Tél. :  02 32 51 28 21
contact@fondation-monet.com

www.claude-monet-giverny.fr

 
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas