Patrimoine Normand magazine

 

Désastre à Tatihou

Jeudi 19 Octobre 2017

→ ACTUALITÉ

Une réserve du musée de lîle de Tatihou a subi un incendie cet été
Une réserve du musée de l’île de Tatihou a subi un incendie cet été (© A. Perrot).

Désastre à Tatihou


  Extrait Patrimoine Normand N°103
Par Stéphane William Gondoin

Le 18 juillet dernier, au cours d’un violent orage, la foudre s’est abattue sur une réserve du musée de l’île de Tatihou, propriété du conseil départemental de la Manche, située au large de Saint-Vaast-la-Hougue. Un incendie s’est alors déclaré, nécessitant la mobilisation d’une cinquantaine de sapeurs-pompiers. Avec le professionnalisme qu’on leur connaît, les soldats du feu ont circonscrit et vaincu les flammes en 2h30 ; les agents départementaux ont pour leur part tenté de sauver tout ce qui pouvait l’être. Il n’y a eu fort heureusement aucune victime à déplorer, mais le sinistre a dévasté une partie du bâtiment, détruisant au passage de nombreuses œuvres d’art et une partie des collections archéologiques sous-marines et terrestres. Cela n’a pas empêché le musée de poursuivre son activité durant la saison estivale.

Le château de Mesnières-en-Bray, aujourdhui restauré ( SWG
Le château de Mesnières-en-Bray, aujourd’hui restauré (© SWG).

Cet accident illustre dramatiquement la vulnérabilité de notre patrimoine, face aux éléments naturels d’abord, mais aussi souvent face aux conséquences d’actions humaines. Un monument historique est notamment particulièrement fragile lorsqu’il fait l’objet d’un chantier de restauration. On se souviendra (pour la Normandie) du terrible incendie du château de Mesnières-en-Bray (Seine-Maritime), qui avait failli disparaître en 2004.
Il importe donc de prendre toutes les précautions de bon sens, mais aussi d’anticiper les éventuels problèmes, en se rapprochant des pompiers locaux avant même que les difficultés ne surviennent. Ceux-ci doivent connaître chaque site sensible, savoir où se trouvent les approvisionnements d’eau, disposer d’une liste des objets ou des parties de l’édifice à sauver en priorité. La prévention donc, mais aussi la rapidité avec laquelle est donnée l’alarme, sont fondamentales. À Tatihou, la vitesse d’intervention a sans doute évité un désastre culturel et patrimonial encore plus lourd.
 

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 103Octobre-Novembre-Décembre 2017)


 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas