Patrimoine Normand magazine

 

Statue de Guillaume le Conquérant - Falaise

Lundi 21 Janvier 2008

Statue de Guillaume le Conquérant


La statue équestre de Guillaume le Conquérant - Falaise (© SWG).


Extrait Patrimoine Normand N°03
Par Thierry Georges Leprévost
Photos : Stéphane William Gondoin

Après les indispensables reniements de la tourmente révolutionnaire, la France redécouvre son passé. La Normandie se souvient alors de son septième duc. Le 5 novembre 1805, la nouvelle loge maçonnique de Falaise adopte le nom de "berceau de Guillaume le Conquérant". Sous la Restauration, Arcisse de Caumont crée à Caen en 1823 la Société des Antiquaires de Normandie, vite rejointe par une dizaine d'érudits de Falaise. C'est à ladite société qu'en 1837 François Guizot, lui-même professeur d'histoire, et ministre de l'instruction publique (on lui doit la loi sur les écoles primaires), réclame une statue de Guillaume le Bâtard dans la ville qui l'a vu naître.
 
Chateau de Falaise

Le château de Falaise (© SWG).

Statue de Robert le MagnifiqueMonsieur de Brébisson « antiquaire », mais aussi spécialiste des mousses au sein de la très savantes « Société d’Agriculture, d’Industrie, des Sciences et des Arts de l’Arrondissement de Falaise » (on préférait en ce temps le long développement d’une appellation à l’obscure concision d’un sigle) prend l’affaire en mains. Il crée (quatre ans plus tard !) un comité destiné à rendre au fils d’Arlette et de Robert l’hommage qu’il mérite. Le docteur Delange (adjoint du maire de Falaise Henri Leclerc) l’assiste dans cette tâche. Une souscription est ouverte, à laquelle tout le monde participe, de l’humble tâcheron à l’évêque de Bayeux. Louis-Philippe en personne y va de son obole ! La Telle du Conquest, miraculeusement sauvée de l’iconoclasme jacobin, servira de modèle à l’artiste. Bien entendu, la statue de ce cavalier hors pari sera équestre ou ne sera pas. Pendant six ans, elle ne sera pas. La monarchie s’éteint, la Seconde République s’allume. Le 11 septembre 1850, en route vers Argentan, le Prince-Président rend visite à Falaise. C’est le moment ou jamais de glisser à l’oreille attentive de Louis-Napoléon Bonaparte, parmi d’autres doléances, la question du financement de la statue. En tournée pré-électorale pour son plébiscite impérial, le visiteur accède volontiers à la requête de ses hôtes. Grâce à sa générosité et à celle du duc de Chambord, le projet modelé dans la glaise par le sculpteur Louis Rochet pourra enfin voir le jour. On le coulera même dans le bronze, et non dans la fonte comme on l’avait initialement décidé. Le conseiller municipal Lebailly choisit son implantation devant l’hôtel de ville.
L’inauguration a lieu le 26 octobre 1851, face à un parterre de 30 000 spectateurs à l’issue d’une messe à l’église de la Trinité. Guizot, qui désormais ne se consacre plus qu’à l’écriture, y prononce un discours dithyrambique à la gloire du Conquérant. Après un feu d’artifice, les festivités durent fort avant la nuit. Il avait prévu de faire accompagner Guillaume par ses prédécesseurs, mais le Second Empire mourra sans que voient le jour les statues en pied des six ducs. Il faudra attendre le 19 septembre 1875 pour que, grâce à l’industriel Lebailly (toujours lui), les socles reçoivent enfin le premier Guillaume, les deux Robert et les trois Richard.
 



Abonnement Patrimoine Normand
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas