Patrimoine Normand magazine

 

Marie-Élisabeth Joly, un monument du théâtre français

Mardi 26 Mars 2019
Marie-Élisabeth Joly, un monument du théâtre français

La Brèche au Diable : le pont de bois (© Rodolphe Corbin) ; A droite : Marie Joly, un monument du théâtre français au cœur de la Normandie (DR).


 
Extrait Patrimoine Normand N°109.
Par Pierre Efratas.

Au pays de Falaise, dans la commune de Soumont-Saint-Quentin, s’élève le Mont-Joly, perché par-dessus l’à-pic de la Brèche au Diable. C’est là que repose, dans un tombeau monumental, une « star » du dernier quart du XVIIIe siècle : Marie-Élisabeth Joly.
 

Marie est née à Versailles le 8 avril 1761. Son père, Thomas Jolly (avec deux « l »), quincaillier, doit hélas fermer boutique et rejoint son épouse Élisabeth, danseuse figurante à la Comédie-Française. Le voilà devenu costumier de théâtre et voici projetée, poussée sur la scène, Marie, sept ans et toutes ses dents. Dès le premier envoi, dans le petit rôle de Louison du Malade Imaginaire, elle fait vibrer les spectateurs ! C’est alors que commence une carrière qui va la mener, étoile filante, des planches du Français aux scènes de Normandie. Car « La » Montansier, grande entrepreneuse de spectacles, la remarque et l’engage pour une tournée sous nos cieux. Pour Marie, habituée du public parisien, le choc est puissant et le changement salutaire : on ne réagit point à Rouen, Caen, Le Havre ou Alençon comme dans la capitale. On y préfère la simplicité efficace aux subtilités en orbes. Une histoire d’amour commence avec la Normandie et le sémillant Nicolas Fouquet-Dulomboy, capi...

 

 

Il vous reste 84 % de cet article à lire.

 




Abonnement Patrimoine Normand
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas