Collection Patrimoine Normand Abonnement Patrimoine Normand Mon Panier



 

Flash Player pas à jour

 
     
 
 
Accueil | A propos du mag' | Contactez-nous | Nos auteurs | Index Articles PN | Boutique | Abonnement  | Agenda | Actualité | Newsletter  | Créer un compte Facebook Twitter Flux Rss
 
 
 


Histoire Normandie


Gallo-romain et l'archéologie en Normandie

Moyen-âge

Seconde Guerre mondiale en Normandie


Tradition Normandie


Faune de Normandie

Plantes et arbres en Normandie

Oiseaux en Normandie

Architecture et Mobilier normand


Normandie Terroir
 

Produits du Terroirs normand

Cuisine normande


Normandie Culture
 

Costumes et coiffes normandes

Littérature Normandie

Langue Normande

Musique Normande

Jeux Traditionnels Normands

 







agenda culturel normandie

Agenda Agenda pour vos sorties culturelles en Normandie. Cliquez ici.


Flash Player pas à jour


 

*ABCDEFGHIJLMNOPQRSTUVYZ

Barneville et Carteret - face aux iles


Cap de CarteretBarneville et Carteret Face aux îles

Extrait Patrimoine Normand N°09
Par Jean de Longaunay

Barneville et Carteret et leurs alentours, sont exceptionnels à plus d'un titre : superbe côte maritime, cap rocheux et immenses dunes sauvages baignés par la douceur du Gulf Stream, deux stations balnéaires de qualité s'appuyant sur un arrière pays cotentinais aux riches témoignages du passé. Et Carteret est aussi la porte d'accès aux îles anglo-normandes.

L'auteur de ces lignes découvrit cette région il y a plus de trente-cinq ans en arrivant sur des plages désertes, a Hatainville ou Beaubigny, au milieu d'immenses dunes où, bien heureusement, n'apparaissaient aucune construction humaine. Il en est encore de même, au milieu des dunes de Hatainville, face à la mer, le temps n'existe plus et le XX ème siècle semble bien loin : on ne serait pas étonné de voir apparaître l'une des longues barques de vikings ; le paysage n'a pas changé depuis qu'ils ont nommé ces dunes melar, dans leur langue, on les désigne toujours sous le nom de " mielles". Quant à l'herbe qui pousse sur ces dunes, ils l'ont désignée dans leur langue = melgraes "en norrois, et encore en islandais", on dit toujours "melgreux". Un viking du nom de Hasteinn s'est installé içi, le nom du village de Hatainville en perpétue le souvenir.
Ainsi, au nord du cap de Carteret, s'étendent, jusqu'au cap de Rozel au nord, environ sept kilomètres d'une longue plage présérvée s'appuyant sur l'exceptionnel paysage naturel de ces "mielles", protégées par le conservatoire du littoral - un patrimoine naturel exceptionnel. Et, là, quand arrive le soir, la côte étant tournée vers l'ouest, l'astre du jour disparaît dans l'océan en de flamboyants couchers de soleil irisant les vagues de milliers de paillettes d'or. Somptuosité que l'on retrouve sur toute la face occidentale du département de la manche. Ici, au cap de Carteret, on aperçoit l'île toute proche de Jersey, un bout de Normandie au milieu de l'océan.


Les Dunes de mielles de Hatainville
Les Dunes de mielles de Hatainville, exceptionnel paysage naturel.


Dès les temps les plus anciens

Ce terroir cotentinais, est riche de témoignages du passé. A l'époque néolotique, des groupes humains étaient installés ici, en particulier au Moitiers d'Allonne où nous pouvons toujours admirer l'allée couverte du grand breuil (une vingtaine de mètres de long _ datée de - 2400 à - 1600 " et à la Haye - d'Ectot où se trouve une autre allée couverte, moins bien conservée. Ces premières populations d'agriculteurs possédaient un retranchement : l'épron barré du cap de Carteret, la levée de terre est encore visible dans sa partie nord et on y a retrouvé des chutes de taille de silex.


 
Les ruines de la `Veilles Eglise` Saint Germain de Carteret dominant le grandiose paysage des `mielles`. L`Allée couverte du Grand Brueil au Moitiers d`Allonne
De gauche à droite :
-
 Les ruines de la "Veilles Eglise" Saint Germain de Carteret dominant le grandiose paysage des "mielles".
- L'allée couverte du Grand Breuil aux Moitiers d'Allonne.



A l'époque gallo-romaine, un peu plus au sud  Port-Bail est une localité  portuaire importante. Cinq voies romaines en partent. Le terroir actuel de Barneville-Carteret est en connexion avec cette localité par ses domaines ruraux puis, la menace saxonne et l'établissement du Littus Saxonicum, au IIIe siècle , avec ses camps retranchés, les "Câtelets", celui de Carteret réamégé (le "Câtel") et le Câtelet de Carteret. L'évangélisation du pays commence à la fin du Ve siècle avec l'arrivée à la Diélette (Direth) de Saint-Germain-le-Scot (un irlandais). Il extermine un dragon dans une anfractuosité du Cap de Carteret ; probablement la destruction d'un lieu de culte païen dans une grotte. Son rôle dans l'évangélisation de tout ce secteur ouest  du Cotentin est rappelé par la présence de nombreuses églises dédiées à Saint Germain (en fait Saint-Germain d'Auxerre) : La veille église de Carteret, Barneville sur mer, Saint-Germain-sur-Ay, etc. Saint Germain aurait baptisé les garnisons des postes militaires du Littus Saxonicum. au nord du cap ou nez de Carteret, se trouvent les ruines de la Veille Eglise dédiée à Saint Germain et dominant le grandiose paysage des "mielles". Elle sera église paroissiale avant de s'éffondrer en partie avec la dune et abandonnée au XVIIe siècle (1689) au profit de la chapelle Saint-Louis. a côté de la Veille Eglise se trouvait une fontaine dédiée à Saint Germain, aux vertus thérapeutiques.

Les Vikings et le Moyen Age

Puis au IXe, les vikings qui contrôlent la Bretagne, s'installent aussi dans l'actuel département de la Manche à l'ouest de la Vire. Dans la région, les noms de lieux précisent leur implantation : Ectot (dans la Haye d'Ectot); Quinetot (Barneville-Carteret), il ya aussi Gannetot et Lanquetot près de Port-Bail tout proche. Le Cap de Carteret est aussi le Nez de Carteret (nes est un cap dans la langue Vikings). Les noms de certains d'entre eux nous sont conservés par des toponymes : Barni dans Barneville, Thorgisl dans Saint-Jean-de-la-Rivière (anciennement Thorgisvilla), Tummi dans Saint-Georges-de-la-Rivière (anciennement Tummevilla), Arnketill dans Saint-Pierre-d'Arthéglise, Svarthofdhi dans Sortosville-en-Beaumont et Hasteinn dans Hatainville.

Puis au XIe siècle, le compte de Mortain établit un fief à Barneville. Les Sires de Barnevilles construisent un château à motte ou enceinte circulaire près de l'église ; il reste d'important vestiges de cette fortification de terre de 50m à la base  et de 8 mètres de haut (versant sud le mieux conservé), le calvaire de Barneville, à proximité de l'église est édifié sur son emplacement (superbe vue). La famille de Barneville serait restée en Angleterre après 1204. A Carteret, les de Carteret joueront un rôle important , Godefroy de Carteret est aux côtés de Guillaume le Conquérant en 1047 au Val ès Dunes, deux de ses fils au moins, Onfroy et Mauger participent à la Bataille d'Hastings, Renaud Ier de Carteret participe à la prise de Jérusalem (15 juillet 1099). C'est aussi l'époque où se constituent les bourgs, aux XIIe et XIIIe siècles : les sires de Barneville organisent un bourg au XIIe siècle au nord de leur château et de l'église qui est reconstruite à cette époque à partir de la réserve seigneuriale (terre du seigneur). Quant aux Carteret, en 1204 a lieux le grand choix, ils sont aussi seigneurs de Saint-Ouen à Jersey. Ayant soutenu, le roi d'Angleterre, Jean Sans Terre, le seigneur de Carteret a mis Jersey en état de défense. En 1205 ses terres de Carteret en Normandie sont saisies. Elles seront ensuite restituées à sa famille par Saint Louis. Mais avec la guerre de Cent Ans, en 1338, les français ravagent Jersey et le mettent le siège devant le château de Montorgueil défendu avec succès par Renaud V de Carteret. Le 11 avril 1348 , les de Carteret perdent leur possesions continentales mais sont toujours installés dans leur manoir de Saint-Ouen sur l'île de Jersey.


Entre les deux guerre ce bateau assure la liaison entre Carteret et Jersey
Entre les deux guerre ce bateau assure la liaison entre Carteret et Jersey

Une activité maritme intense

Au XVIIe siècle et surtout au XVIIIe siècle, le port de Carteret bénéficie d'une importante activité maritime. A la fin du XVIIe siècle a lieu un commerce de la laine avec les îles. Et, entre 1710 et 1788, navires de commerce et de pêche ont été construits sur place dont 57 pour des armateurs de Carteret. Ces chantiers navals sont alors en bordure du havre sans installation spéciale. Entre 1739 et 1750, il y a 6 charpentiers de marine et calfats à Carteret, il en sera de même entre 1755 et 1764.

Les caboteurs et navires de Carteret commercent alors surtout avec les îles anglo-normandes et Chausey (39% des destinations - Jersey pour les trois quarts de celles-ci) ; les bateaux de Carteret amènent dans les îles des toiles de lin, des plumes pour les lits, du cidre et de la poterie et ils ramènent la laine, du charbon de terre et de l'argent. Les autres destinations sont Saint-Malo (22%), Rouen, Granville (qui reçoit du bois de construction), mais aussi La Rochelle (bois à brûler, et charbon de terre), Dunkerque, Calais, Dieppe. Ces bâteaux chargent aussi du sel pour Honfleur ou Bordeaux. Il y avait en effet des salines (depuis au moins l'époque des Vikings) dans le fond du havre de Carteret ; elles disparaîtront progressivement au XVIIIe siècle.

Quelques morutiers sont aussi armés pour la pêche à Terre Neuve - Le Saint Jean ( 90 tonneaux) construit en 1742 à Carteret, le Griffon de 100 tonneaux construit en 1749 et le César Auguste construit en 1751.

Mais c'est une époque de conflit avec l'Angleterre et c'est la "course" avec le Coureur, un navire corsaire de 20 tonneaux (44 hommes d'équipage dont 5 de Carteret, 10 de Barneville, 7 de Granville et 2 de Portbail) armé par Jacques le Griffon en 1756. Cinq ans plus tard , François Ledos de Carteret commande Le Hardy, un corsaire de 5 tonneaux (12 hommes d'équipage) et, en 1762, Jacques Ledos de Carteret commande le Francmaçon, corsaire de 12 tonneaux (19 hommes d'équipage dont 10 de Carteret) qui a au moins une prise. Le Hardy avait eu deux ou trois prises dont une gabare de Jersey et un bateau hollandais. Le 13 avril 1757, à bord du sloop de 8 tonneaux l'Hirondelle, François Ledos  reprend aux Anglais la Jeanne Esther, un navire de La Rochelle de 80 tonneaux plein de marchandises ! Et naturellement, il y a aussi la contrebande avec Jersey ; avec des marchandises prohibées. les principaux armateurs sont alors les Ledos, Le Griffon, Lemperière, Noël, Poret. On voit encore, près du havre certaines de leurs maisons dont celle de Nicolas Ledos. Veilles maisons  du XVIIIe siècle  et havre presqu'inchangé, on retrouve encore à Carteret l'âme de ce XVIIIe siècle maritime.

Mais cette période de guerre est aussi marquée par une vigilance accrue. Il y a des postes de guet en haut des clochers des églises fortifiés (comme celle de Barneville), des unités de gardes-côtes. Le fort du Cap de Carteret est aussi un témoignage bien conservé de ce XVIIIe siècle quant à la batterie d'Ennemont, il en reste un bout de mur sur la route menant à la plage en dessous du Cap de Carteret.
En cette fin de XVIIIe siècle, René du Saussey est seigneur de Barneville avec 7000 livres tournois de rente, alors que Blaise Lefebvre de Graffard vit dans sa pauvre ferme de la Sansonnerie à la Haye-d'Ectot.
Par contre, à la Haye-d'Ectot, François de la Luthumière a 24 000 livres de rente. Notons que, de 1666 à 1699, la Seigneurie de Carteret avait été entre les mains de Catherine-Thérèse de Matignon  (née de La Luthumière). La famille de Matignon s'allia, comme on le sait à la famille des princes de Monaco (voir Patrimoine Normand N°6, article sur Valmont).


Plage de Barneville-sur-mer au début du XXe siècle. La station prendra son essor en 1926.
Plage de Barneville-sur-mer au début du XXe siècle. La station prendra son essor en 1926.

Les Bains de Mer

Au XIXe siècle, les caboteurs sont encore nombreux à Carteret. Les premières liaisons avec Jersey s'établissent en 1881 avec la Claire, vapeur de 39 tonneaux assurant un service de 1881 à 1885, puis le Gerfleur, petit vapeur, le Cygne (à partir de 1894 et jusqu'en 1912), vapeur à roues à aubes. Le 1er mai 1913 arrive un steamer à roue à aubes, le Jersey.
Dès 1823, Jules Barbey d'Aurevilly était venu en villegiature à Barneville. En 1842, 23 personnes viennent "prendre les bains de mer" à Barneville, on loge alors ches l'habitant. La station de Carteret commence à se développer en 1880, avec la "Société Anonyme des terrains et vapeurs de Carteret ". Le "Grand Hôtel de la Mer" est construit en 1883 suivi, en 1885 de "l'Hôtel d'Angleterre", de "l'Hôtel du Vieux Château", etc. A Barneville, les premières villas sont construites en 1887. Sur les plans de l'architecte Roberti, la Princesse de Chimay fait construire le château à peine achevé en 1914, elle n'y habitera pas. La station prend son essor en 1926 pour se déveloper à partir de 1960.
Barneville et Carteret, riche de leur passé encore tangible au détour des rues, s'appuient sur l'exceptionnel site naturel des "mielles" de Hatainville aunord et sur un arrière-pays au riche patrimoine avec ses nombreux manoirs, églises, son allée couverte. Un terroir trop méconnu par la plupart des Normands. 

 

Office de Tourisme
de Barneville-Carteret


Contact :
Tel. : 0233039058

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 09, Eté 1996)


 


Commentaires sur cette fiche :

Posté le 03-07-2013, par Feron bernadette (Note : 5/10)

Cherche des photos et l'histoire du vieux presbytère derriere l'eglise carree de Barneville où nous avons passé des vacances il y a quelques qnnées. Loué par un Americain

Page 1
Laissez un commentaire sur cette fiche :
Nom ou pseudo :
Notez cette fiche : /10
Commentaire :
Recopiez le caractère suivant dans le champ :
  (Obligatoire)

Les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits par les conditions d'utilisation du service. Vous pouvez être identifié(e) par votre adresse internet (54.81.80.46) si quelqu'un porte plainte.



Patrimoine Normand N89
Achat Presse Patrimoine Normand

PATRIMOINE NORMAND N°89

Feuilleter patrimoine normand

Pour votre sécurité, nous utilisons Paypal,
la solution de paiement sécurisée du web,
Nous acceptons les cartes bancaires ci-dessous.
Pay Pal solution paiement
Livraison sous 48H avec La Poste

Livraison

Une question,
besoin d'un renseignement ?

Tél. :  02 50 08 78 53
Editions Spart - Patrimoine Normand
Les 3 cours
14220, Les Moutiers-en-Cinglais

 

rubriques

Fondation du Patrimoine Normandie
Suivez l'actualité de la
FONDATION DU PATRIMOINE en Normandie
 
Suivez " Deauville, toute une histoire",
et revivez les 150 ans d'histoire de cette
ville atypique. 
Michel de Decker
 
Suivez le journal de bord de la Normandie de Michel De Decker.
en savoir +
cheval en normandie
 
Suivez l'actualité du cheval en Normandie avec Thierry Leprévost
 
Musique Normande
Suivez l'actualité de la Musique Normande avec Jean-Phillipe Joly. 
Découvrez les recettes normandes et leurs hitoires. 

 

Espace Annonceurs 

  • Kit Média 2013
  • Tarifs Web

ABONNEMENTS

  
 

PRATIQUE

PAtrimoine Normand
Les 3 Cours 
14220, Les Moutiers en Cinglais 
standard : 02 50 08 78 5



Patrimoine Normand Magazine