Patrimoine Normand magazine

 





Château du Mesnil-Geoffroy - Ermenouville

château du Mesnil Geoffroy

Le château du Mesnil Geoffroy


Extrait Patrimoine Normand N°15
Par Anne-Marie Kayali

château du Mesnil Geoffroy - La façade de 1640.Des guerres de religion dévastatrices, un parlementaire rouennais raffiné, un prêtre réfractaire caché aux recherches des révolutionnaires, une succession procédurière, un Prince grand chasseur, de nos jours des propriétaires passionnés, tels sont les principaux acteurs de l’histoire du Château du Mesnil Geoffroy.

 
Car bien que le domaine soit resté dans la même famille depuis le XIIIe siècle et jusqu’à ces toutes dernières années, les murs peuvent évoquer quelques péripéties, ils sont avant tout le témoignage saisissant de la sobriété du Grand Siècle puis du raffinement de l’architecture du siècle des Lumières.
Au XIIIe siècle se dressait, sur l’emplacement du château actuel, un castelet aux entrées fortifiées qui fut détruit totalement lors des Guerres de Religion. Chaque village du Pays de Caux était en effet fief protestant ou terre catholique à quelques lieux l’un de l’autre et la Saint Barthélémy les vit s’étriper et anéantir leur patrimoine architectural ; c’est la raison pour laquelle la grande majorité des châteaux de cette région fut reconstruite sous Louis XIII. Le corps de logis central du Mesnil Geoffroy date donc aussi de 1640. Il fut agrandi de deux ailes en 1740 par Lannoy de Bellegarde, premier conseiller au Parlement de Normandie, homme de grand goût qui possédait un superbe hôtel particulier à Rouen et qui fit travailler dans cette « maison de campa­gne », ses décorateurs rouen­nais. 
château du Mesnil Geoffroy -  Le labyrinthe en charmille a gardé  son dessin de lépoque de Lenôtre.
Depuis cette date, aucune modification n’est intervenue, rien n’a disparu : c’est dire l’intérêt d’une visite au Mesnil Geoffroy, classé monument historique, où carreaux d’époque aux nuances vertes datés et signés ça et là, boiseries remarquablement sculptées, trumeaux dédiés aux arts ou aux saisons, parquets marquetés d’acajou, cheminées en marbre rouge du Languedoc telles qu’on en trouve dans la Galerie des Glaces à Versailles, et même poulies pour les rideaux sont totalement d’origine.


Château du Mesnil Goeffroy : statue de Neptune sculptée par Van Cleve vers 1670.

 

Plusieurs statues et vases habitent le parc. Entre les ifs taillés une Cérès célèbre la fécondité de cette terre normande. La Révolution et son lot d’inquiétudes épargna le bâtiment : il servit donc de cachette pour des prêtres qui n’avaient pas voulu prêter serment à la Déesse Raison ; en témoigne une cachette encore en état de marche dans une chambre du 2e étage : par un système parfaitement invisible, une partie de la boiserie se soulève et se referme de l’intérieur, empêchant toute découverte intempestive. Une petite clochette située dans le corridor adjacent permettait de prévenir le prêtre du départ des révolutionnaires repartis bredouilles.

Détail de la statue de Neptune par Van Cleve.A la même époque en 1793, fut rajouté sur la façade est et au-dessus d’un œil de bœuf un petit nœud en zinc sur lequel fut gravée l’inscription « Dieu et mon Roi », déclaration de fidélité éclatante mais prudemment discrète !
Le château du Mesnil Geoffroy appartint au XVIIIe siècle au Marquis de Cany qui l’obtint après une succession longue et procédurière qui mériterait à elle seule un chapitre puisque le dossier du procès est toujours en possession des propriétaires actuels. Il échut ensuite, toujours par héritage au Prince de Montmorency-Luxembourg qui en fit sa demeure principale et dont on peut voir encore la chambre et le lit.

Un lit à la polonaise accueille les hôtes dans la chambre  de la  Marquise .

Une telle maison élégante et authentique, riche d’un passé raffiné, ne pouvait qu’attirer des artistes : Victor Hugo, venu en promenade depuis Veules les Roses, décrit avec enthousiasme l’accueil qui lui fut réservé ici, des peintres impressionnistes, dont Jongkind, s’intéressent à l’environnement, enfin l’écrivain Saint-Exupéry y fit quelques séjours.

Peinture du xviie siècle : des volières doiseaux exotiques évoquent ces espèces découvertes alors.

Vaste domaine de 2 000 hectares au XVIIIe siècle, le château du Mesnil Geoffroy était déjà entouré d’un ravissant parc à la française, aujour­d’hui classé monument historique, ponctué d’ifs taillés et d’un labyrinthe en charmille. Là ausi l’essentiel du dessin effectué par Colinet, premier jardinier de Lenôtre, subsiste. Il est actuellement en cours de réhabilitation mais a gardé toute son architecture principale. Il reste à lui redessiner ses allées et à remettre à jour une glacière qui permettait sur les tables des princes d’avoir de la glace et des sorbets tout au long de l’année.
Des volières d’oiseaux exotiques dont les races furent découvertes au XVIIIe siècle, charment le visiteur, canards carolins et mandarins s’ébattent dans un bassin.

 Le grand salon, à lest de lentrée.

Les propriétaires actuels vous attendent pour des visites passionnées en journée les fins de semaines ou aux chandelles sur réservation. Ils offrent aussi aux amoureux de calme, d’authenticité et d’accueil personnalisé cinq chambres d’hôte, meublées d’ancien dont certaines avec des lits à baldaquin et où des attentions venues en droite ligne du XVIIIe siècle vous séduiront.

 
INFORMATIONS PRATIQUES  :

Château du Mesnil Geoffroy
Classé monument Historique
2, rue de la Dame Blanche
76740 Ermenouville
Tel. : 02 35 57 12 77

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 15Eté 1997)


 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

MuséoSeine - Il était une fois un fleuve

Publié le : 2 juillet 2017   MuséoSeine Il était une fois un fleuve Extrait Patrimoine Normand N°102 Par Stéphane William Gondoin En 1802, le Premier consul Napoléon Bonaparte visite Le Havre e...

 

Rouen : le clos aux Juifs

Publié le : 2 avril 2017   Le “clos aux Juifs” de Rouen et son monument Extrait Patrimoine Normand N°101 Par Stéphane William Gondoin Il existe, sous la cour du palais de justice de Rouen, un édi...

 

Le Havre 1517 ! Naissance d’une ville à la Renaissance

Publié le : 2 avril 2017   Le Havre 1517 ! Naissance d’une ville à la Renaissance Extrait Patrimoine Normand N°101 Par Stéphane William Gondoin Le 7 février 1517, le roi François Ie...

 

Château de Mesnil-Geoffroy : la majesté paysagère

Publié le : 1er avril 2017   Château de Mesnil-Geoffroy (© TGL). Ermenouville en Caux : la majesté paysagère Extrait Patrimoine Normand N°10...

 

Château de Caen : bilan des fouilles archéologiques

Publié le : 03 janvier 2017   Château de Caen Un premier bilan des différentes campagnes de fouilles archéologiques Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Beatrice Guillot Le schéma directeur est...

 
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas