Patrimoine Normand magazine

 





Apprentissage et patrimoine : la filière peinture du CFA BTP de Caen

Un des étudiants travaillant devant danciens travaux dexamen, avec différents types dimitation de matériaux (divers bois, marbres...). (Dominique Gahery).

Apprentissage et patrimoine : la filière peinture du CFA BTP de Caen


Extrait Patrimoine Normand N°34
Par Isabelle Audinet

Réalisation dun motif à pochoir sur fond imitation marbre. Le pochoir est une feuille de papier collant sur lequel le motif est dessiné. La difficulté est de savoir quelle partie découper.
Réalisation d’un motif à pochoir sur fond imitation marbre. Le pochoir est une feuille de papier collant sur lequel le motif est dessiné. La difficulté est de savoir quelle partie découper et de pas abîmer le fond peint lors de la découpe. (Johan Falligarne-Devergne, Arnaud Ménard).

Constat de plus en plus courant, la filière du bâtiment manque de main d’œuvre professionnelle. Des structures de formation existent, les CFA BTP (dont celui de Caen), heureusement de plus en plus fréquentés par les jeunes qui voient dans ces centres le moyen d’acquérir un véritable savoir-faire en divers domaines. Connaissances des technologies de pointe, mais aussi de techniques anciennes et traditionnelles. L’apprentissage à la rescousse du patrimoine. Parmi les différentes filières du CFA BTP de Caen, l’une a attiré notre attention, la filière peinture, et plus particulièrement la Mention Complémentaire Décoration.

La filière peinture
 
Créée il y a une dizaine d’années, la Mention Complémentaire Décoration est une formation accessible après le CAP peinture (c’est-à-dire deux ans de formation), s’effectuant en un an avec possibilité de cumuler avec une formation d’un an en sol-moquette, lors de la préparation du BP. Un an au cours duquel les apprentis ne passeront que quelques semaines en formation, puisqu’ils seront insérés le reste du temps dans leur entreprise d’accueil. De plus en plus de CFA proposent la Mention Complémentaire Décoration, mais seule une dizaine la proposait au départ. Le CFA de Caen était le seul de Basse-Normandie jusqu’à l’ouverture récente de la M.C. Décoration d’Alençon. Douze à treize apprentis de 18 à 25 ans suivent chaque année cet enseignement. Des jeunes motivés qui ont dès le départ un goût et une volonté pour la décoration, ainsi qu’un fort désir de s’en sortir et d’évoluer en acquérant un plus. Parallèlement, le CFA propose des stages de formation en plusieurs semaines.

Préparation dun fond destiné à recevoir les travaux destinés à lexamen. (Mathieu Carbonnier)
Préparation d’un fond destiné à recevoir les travaux destinés à l’examen. (Mathieu Carbonnier)
Reproduction dun motif en trompe-lil. (Dominique Gahery)
Reproduction d’un motif en trompe-l’œil. (Dominique Gahery)
Patine et ors sur moulures. (Bruno Le Bordais).
Patine et ors sur moulures. (Bruno Le Bordais).
Patine à léponge. (Franck Poulain).
Patine à l’éponge. (Franck Poulain).

Buts de la formation
 
L’objet de la formation n’est pas de former des décorateurs, mais d’apporter des bases solides en décoration à des peintres alors capables de conseiller leurs futurs clients et de suivre un chantier du début à la fin en raison de leur polyvalence (ex. : peinture, sols, décoration). Bien plus motivés, certains poursuivent même des études de décoration dans des écoles spécialisées. Plus sûrs d’eux et plus proches de leur métier, ils apprennent alors à se vendre auprès de leurs clients. Les jeunes sortant de la filière peinture ayant fait une Mention Complémentaire restent pour la plupart dans leur métier, créant souvent leur propre entreprise. Le plus alors acquis leur permet de se démarquer de la concurrence (surtout de la grande distribution), d’autant que la demande des clients va croissant.
La formation a aussi pour intérêt de maintenir les traditions décoratives (méthodes, matériaux) et de les respecter, soucis que manifestent de plus en plus les artisans actuels.
 
Panneau en trompe lil réalisé par un ancien étudiant.
Panneau en trompe l’œil réalisé par un ancien étudiant.
Exemple de patine et motif réalisé au pochoir.
Exemple de patine et motif réalisé au pochoir.

Techniques enseignées

Les quelques semaines d’enseignements ne permettent que l’acquisition des bases des techniques, alors que 5 à 10 ans sont nécessaires pour parfaitement les maîtriser. Cependant, la motivation des étudiants est telle que leur acquisition est rapide et qu’ils ne cessent de pratiquer dès qu’ils ont abordé ces diverses techniques. Aux gestes de base indispensables, ils ajouteront alors peu à peu leurs touches personnelles.
Les cours, surtout pratiques, incluent cependant des études plus générales de français, mathématique, d’art et de dessin. Ils apprennent alors à bien préparer leurs fonds, bien maîtriser les différentes techniques de dessin (perspectives, symétries...), d’être soigneux dans les découpes et les joints, et surtout d’effectuer une étude préalable complète au chantier.
Sont ainsi apprises les techniques de patine (très demandée), technique à l’huile pour la transparence des couleurs, le glacis à l’huile, l’imitation des bois et marbre, toujours à l’huile, le filage (coupe de pierre, brique, filet décoratif) qui, utilisé avec la patine, permet de réaliser des trompe-l’œil. La maîtrise de ces gestes de base autorise alors l’utilisation de matériaux plus délicats comme l’acrylique (comme pour la réalisation d’effets de chiffonné). Conjoints avec des ensembles de décoration (colonnes, moulures...), la décoration peut alors être plus sophistiquée. L’imitation des matériaux et la création de véritables décors complexes a aussi comme avantage d’obliger les apprentis à rencontrer les autres corps de métiers pour mieux connaître les matériaux utilisés et surtout les techniques de construction : leurs trompe-l’œil n’en seront que d’autant plus réalistes. Enfin, des échanges entre les centres de formation de Cork (Irlande), Cologne, Duisburg et Caen permettent de recueillir d’autres compétences sur des techniques inconnues aux autres pays. Ainsi, en Irlande sont toujours enseignées le tracé (à main levée) des lettres à l’ancienne utilisées pour les enseignes..., et en Allemagne les techniques de design ou de baroque (ors). Ces trois pays (France, Allemagne et Irlande) possèdent des techniques complémentaires que le jumelage permet alors de conserver et transmettre.

Anciens travaux dexamens : imitation de bois et marbres.
Anciens travaux d’examens : imitation de bois et marbres.

L’enseignement de la Mention Complémentaire décoration de Caen (tout comme d’autres corps de métiers enseignés à Caen) constitue donc un garant du maintien de la tradition, que ce soit dans la restauration de pièces anciennes ou non, tout en assurant à des jeunes motivés un avenir dans un métier en évolution en raison de la concurrence et de la demande des clients.

Monsieur Beauruel en démonstration : un faux marbre. Monsieur Beauruel en démonstration : un faux marbre.

Je tiens à remercier l’aide précieuse de Monsieur Denis Costard, directeur du CFA BTP de Caen, de Monsieur Richard Valder, secrétaire général, et de Monsieur Beauruel, professeur de la filière peinture et de la MC Décoration.

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 34, août-septembre 2000)



Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas