Patrimoine Normand magazine

 





Château de Falaise : A la recherche d’un château normand du XIIe siècle (1)

couverture en téflon

Chronique de Falaise (1) :
A la recherche d’un château normand du XIIe siècle


Extrait Patrimoine Normand N°44
Par Georges Bernage

Plan du donjon :  A. Grand donjon. B. Chapelle Saint-Prix. C. Petit donjon. D. Tour Talbot. 1. Ancienne brèche d'accès. 2. Porte d'entrée. 3. Escalier supérieur. 4. Escalier inférieur. 5. Puits. 6. Cave voûtée. 7. Escalier du petit donjon. 8. Escalier de la Tour Talbot. 9. Escalier de la crypte. 10. Escalier inférieur de la tour Talbot.  11. Escalier supérieur. (Heimdal.)

Le château de Falaise, appelé souvent          « château de Guillaume le Conquérant », est un monument majeur de notre patrimoine. Nous allons l’ausculter au fil de nos numéros. Il le mérite bien, malgré tout …

Guillaume le Conquérant est bien né au château de Falaise, premier château dont il ne reste rien malgré une touchante légende selon laquelle on nous montrait sa chambre dans le donjon il y a encore une quarantaine d’années… Le donjon actuel a été construit sur ordre de Henri Ier Beauclerc dans le premier quart du XIIe siècle, probablement vers 1123.
Cette puissante tour-maîtresse typiquement normande est flanquée, au sud-est, par une saillie dans laquelle est logée la chapelle castrale. Quelques années plus tard, pour augmenter la capacité résidentielle de l’édifice, une tour secondaire a été plaquée sur la face occidentale de l’édifice principal.
Mais nous étudierons les détails de la construction et de ses structures dans de futures chroniques. Dans celle-ci, nous nous concentrerons sur sa couverture et son aspect au XIIe siècle. Comme le rappelle un castellologue réputé, Jean Mesqui, l’énorme tour à contreforts est « aujourd’hui découronnée d’au moins un étage. » (1)
Elle est maintenant recouverte d’une spectaculaire couverture en téflon… genre chapiteau de cirque. Mais cette couverture en téflon, fâcheuse, n’est qu’une solution transitoire ; elle ne serait garantie que vingt ans - elle n’en aurait donc plus que pour une douzaine d’années… Comme le rappelait la revue Momus (2) : « Les haubans de métal rongent inexorablement la toile et le téflon des tentes et posent de graves problèmes de maintenance ». Nos ancêtres avaient plus de bon sens ; ils construisaient des toitures aptes à durer des siècles et non deux décades et ils étaient plus vigilants pour leurs deniers…
illustration de Viollet-le-Duc montrant la structure dune charpente du xiie siècle.
 


Ce qui aurait pu être fait. La vue du château de Falaise tirée des albums de Merian (ci-dessous) nous donne une idée des toitures encore en place dans le courant du XVIIe siècle, malgré des fantaisies dans la disposition. Une toiture aurait pu être mise en place sur la Tour Talbot ce qui aurait accentué sa forme élancée, restitué l'intention de son constructeur et évité le béton sur la terrasse. Pour souligner les « apports » contemporains, l'utilisation du bois et du pan de bois permettrait une distinction claire tout en restant très proche de l'esprit de ce temps. Ces grandes tours étaient couvertes de lon­gues toitures successives, suivant le rythme des cloisons intérieures, avec un chéneau pour l'écoulement de l'eau. Quant à l'avant-corps : hourds, palissade et pan de bois étaient la solution… si cet avant-corps est nécessaire. (Conception et réali­sation : Patrimoine Normand - G. Bernage, B.Paich, F. Gautier.)

 
Alors quelles toitures recouvraient le « donjon » de Falaise il y a neuf siècles ? La surface du bâtiment est bien trop vaste pour n’avoir été couverte que par une seule couverture qui eut été une immense pyramide. La structure de ce bâtiment montre bien ce qu’elle était. Un mur de refend partage le bâtiment en deux : grande salle au nord, chambre et antichambre au sud. Cette « séparation » devait se prolonger jusque dans les parties hautes, au moins par des piliers de bois. Ainsi, comme nous le rappelions en janvier 1997, dans Patrimoine Normand N°13 : « Ces grandes tours étaient couvertes de longues toitures successives, suivant le rythme des cloisons intérieures, avec un chéneau pour l’écoulement des eaux ». Ecoutons maintenant Eugène Viollet-le-Duc qui, au moins, fait preuve d’une immense érudition concernant l’architecture médiévale, érudition qui man­que fâcheusement à certains architectes contemporains : « Les Normands, peuples de marins, semblent être les premiers, dans ces contrées, qui aient fait faire un pas considérable à l’art de la charpenterie. Il est certain que, dès le XIe siècle, ils construisirent de vastes édifices entièrement couverts par de grandes charpentes apparentes ; l’Angleterre con­serve encore bon nombre de ces charpentes » (3). Le génial architecte donne un peu plus loin un exemple de charpente du XIIe siècle : « Or, pour ce qui est des charpentes de combles,  dont nous nous occuperons d’abord, le système emprunté aux anciens est fort simple. Il consiste en une suite de fermes portant des pannes sur lesquelles reposent les chevrons. La forme primitive est souvent dépourvue de poinçons ; elle se compose (voir 1re ill.) d’un entrait AB, de deux arbalétriers A C, BC, et d’un entrait retroussé DE, destiné à empêcher les arbalétriers de fléchir et de se courber sous la charge de la couverture. Si ces fermes ont une portée plus grande, on y ajoute un poinçon CF, venant recevoir les extrémités des deux arbalétriers, s’assemblant en F à tenon et mortaise, et arrêtant ainsi la déformation de la ferme. Si l’on craint la flexion de l’entrait AB (2e ill.), par suite de sa longueur, le poinçon vient s’assembler en F, le suspend, et l’entrait retroussé DE s’assemble en GH dans ce poinçon. Les pannes I reposaient sur les arbalétriers, retenues par des chantignolles K, et les chevrons LM s’accrochaient sur leur face externe. Mais si le comble n’a pas une forte inclinaison et si l’on veut que la rencontre des arbalétriers avec l’entrait ne porte pas à faux, ce système exige des murs d’une grande épaisseur. En effet (2e ill.) : supposons que l’intervalle à couvrir NO soit de sept mètres soixante centimètres, les arbalétriers ayant 0,20 c. d’équarrissage, les pannes autant, et les chevrons 0,12 c., on voit que l’épaisseur des murs doit être de 1,10 c, ce qui est considérable eu égard au peu de largeur du vaisseau. » (4) Sur la construction principale, la surface à couvrir est d’une vingtaine de mètres de long pour des largeurs respectives de douze et sept mètres environ.
Connaissant maintenant le type de couverture utilisée au XIIe siècle, valable pour les donjons normands de cette époque, nous essaierons de voir, dans la prochaine chronique la disposition possible des parties hautes de cette construction… 

(1) Jean Mesqui, Châteaux forts et fortifications en France, Flammarion, 1997, p. 163.
(2) Citation dans Patrimoine Normand N°30, p. 28.
(3) Dictionnaire raisonné de l’architecture, T 3, p. 3.
(4) Op. cit., T3, pp. 3 et 4.



Reconstitution 3D du château de Falaise à travers les âges (Normandy Productions).



A LIRE :

 • Château de Falaise, la contreverse, Patrimoine Normand N°13 - Janvier 1997.
 • Chronique de Falaise : A la recherche d'un château normand (suite).
 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Château de Mesnil-Geoffroy : la majesté paysagère

Publié le : 1er avril 2017   Château de Mesnil-Geoffroy (© TGL). Ermenouville en Caux : la majesté paysagère Extrait Patrimoine Normand N°10...

 

Château de Caen : bilan des fouilles archéologiques

Publié le : 03 janvier 2017   Château de Caen Un premier bilan des différentes campagnes de fouilles archéologiques Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Beatrice Guillot Le schéma directeur est...

 

Héritage Normand à Hastings

Publié le : 03 janvier 2017   Héritage Normand à Hastings Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Damien Bouet Il y a 950 ans, l’Angleterre devenait normande. Le dernier roi saxon venait de mourir et laiss...

 

Château de Carrouges - Les clefs de l’histoire

Publié le : 03 janvier 2017   Château de Carrouges Les clefs de l’histoire Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Stéphane William Gondoin Située à la frontière des département...

 

Mors et art équestre au lendemain du Moyen Âge

Publié le : 18 octobre 2016   CHEVAL EN NORMANDIE Mors et art équestre au lendemain du Moyen Âge Extrait Patrimoine Normand N°99 Par Thierry Georges Leprévost Le succès de nos c...

 
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas