Patrimoine Normand magazine

 





Saint-Cyr-la-Rosière : prieuré de Sainte Gauburge

Prieuré de Sainte Gauburge

Le prieuré de Sainte Gauburge 
à Saint-Cyr-la-Rosière dans le Perche


Extrait Patrimoine Normand N°57
Par Gérard Schorp

Son histoire : la fondation

Son histoire commence à l’aube du XIe siècle et si « l’An Mil voit la France se couvrir d’églises », les circonstances locales et générales sont défavorables à une Fondation monastique dans le Perche : 
- Localement guerres féodales, isolement, terroir pauvre, ressources et dons en terre insuffisants.
- Au point de vue religieux : clergé séculier médiocre n’ayant pas adopté la Réforme de Cluny,  ni mis en pratique la Réforme grégorienne (2e moitié du XIe siè­cle). Malgré l’intervention de l’évêque de Sées, qui donne le prieuré de Sainte-Gauburge en 1058 à l’abbaye de Saint-Pierre-de-Chartres, cette fondation est un échec.
La véritable fondation date du début du XIIe siècle quand l’abbaye royale de Saint Denis reçoit le prieuré en donation. Saint Denis, abbaye bénédictine, adhère tôt à la Réforme clunisienne ; abbaye royale, elle jouit d’un grand prestige et d’une grande puissance. Cette situation nouvelle provoque de nombreuses donations et assure au prieuré une indépendance vis-à-vis des seigneurs de Bellême avec droit d’appel devant le parlement de Paris. Il est aussi le siège d’une châtelaine indépendante.

Saint-Cyr-la-Rosière : prieuré de Sainte Gauburge

Abbayes et prieuré

Les abbayes d’Occident avaient choisi la règle de Saint Benoît. La communauté séparée du monde par une clôture matérialisée par le « mur de clôture » vit sous l’autorité de l’abbé. La vie est partagée entre la prière et le travail. La prière est rythmée par la liturgie avec sept offices ou heures. Il y a deux sortes de moines : les moines de « chœur » astreints aux sept offices sont prêtres. Ils exercent souvent des travaux intellectuels copies de manuscrits, recherches bibliques…
A côté, des frères convers avec des obligations liturgiques ré­duites s’occupent des travaux manuels de maçonnerie, charpente, architecture, agriculture, élevage et pisciculture. L’ab­baye vit en autarcie. Son rôle est déterminant dans le défrichage des forêts et la mise en culture du terroir. Au XIIe et XIIIe siècles, l’agri...


Il vous reste 69 % de cet article à lire
commander le magazine.
 

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 57Automne 2006)


 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Alençon, ville gourmande

Publié le : 2 juillet 2017   Sur le marché d'Alençon. La pomme dans tous ses éclats pour Dominique Morineau (© Jean-Luc Péchinot). VILLE GOURMANDE ALEN&Cce...

 

Abbaye Saint-Nicolas – Verneuil-sur-Avre

Publié le : 2 juillet 2017   Les bâtiments de l’abbaye Saint-Nicolas s’articulent autour du cloître (© Eye-Eure-Productions). Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-d’A...

 

Association Abbayes Normandes - Route historique Trente ans de passion

Publié le : 1er avril 2017   L'abbaye de Jumièges (© Michel Dehaye). Association Abbayes Normandes Route historique Trente ans de passion Extrait Pa...

 

Chrismale de Mortain

Publié le : 2 avril 2017   Le Chrismale de Mortain (© office de tourisme du Mortainais). Le Chrismale de Mortain Extrait Patrimoine Normand N°101 Par St&eacu...

 

Claude Du Vall : le bandit normand

Publié le : 30 mars 2017   Claude Du Vall séduisant une victime sur la route. D'après un tableau anglais du XIXe siècle (© Manchester Art Gallery).   Le band...

 
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas