Patrimoine Normand magazine

 





La Mora, navire de Guillaume le Conquerant

Publié le : 13 juillet 2006
 

abonnement magazine



Mora guillaume le conquérant

EN ROUTE VERS HASTINGS, 
dans le sillage du Mora


Extrait Patrimoine Normand N°59
Par Georges Bernage


Le 29 septembre 1066, quelque mille bateaux débarquaient à Pevensey pour conquérir l’Angleterre. 940 ans plus tard, l’Olav Kyrre, une esnèque de type dreki construite en Norvège, refait le parcours que Guillaume de Normandie a effectué à bord du Mora.


construction navires guillaume le coquérant - dives
 
La plus grande expédition maritime du Moyen-Âge

En juillet 1066, la flotte normande se concentre dans le vaste estuaire de la Dives :  près de mille bateaux, dont la plupart construits depuis les six derniers mois. C’est le cas du Mora, offert à Guillaume par la duchesse Mathilde pour que son mari aille conquérir l’Angleterre, son héritage depuis la mort de son cousin, le roi Edouard le Confesseur, le 5 janvier de la même année. Le duc de Normandie a bien l’intention d’occuper le trône usurpé par Harold Godwinson, noble saxon et beau-frère du défunt. Le chroniqueur jersiais Wace mentionne 696 bateaux de chevaliers, auxquels il convient d’ajouter ceux qui sont destinés à transporter le matériel de guerre et le ravitaillement, soit un millier de navires en tout.
Le 12 septembre, la flotte appareille peu avant l’aube et cingle vers St-Valery-sur-Somme, en Vimeu, un fief vassal du duché de Normandie. Il s’ensuit une longue attente, celle de vents meilleurs, et celle du souffle de l’Histoire. Celui-ci se manifeste enfin le 28 septembre, quand le service de renseignements de Guillaume lui apprend le débarquement en Yorkshire d’une armée d’invasion norvégienne menée par son roi Harald Har-drada. Un premier front est ouvert, dont Guillaume va profiter. Il prend la mer en fin d’après-midi, porté par le courant du jusant. Direction : la baie de Pevensey, dans le Sussex, proche d’abbayes amies de la Normandie, ainsi que de la ville et du port de Hastings.
A l’aube du 29 septembre, jour de la Saint-Michel, patron de la Normandie, le débarquement a lieu comme prévu, sans opposition de la part des Saxons. L’armée de Guillaume s’achemine vers le château de Hastings en contournant Pevensey Bay. Elle vaincra celle de Harold 12 kilomètres plus au nord, au lieudit Le Pommier chenu, sur la lande de Senlac, au soir du 14 octobre, après une entière journée de combats acharnés. L’Histoire a retenu la victoire normande sous le nom de Bataille de Hastings.

équipage de lOlav Kyrre en route vers lAngleterre.

Un vibrant hommage aux ancêtres normands

Ils sont une douzaine qui ont choisi de tenter l’aventure proposée par Yannick Favro, le propriétaire du bateau de 11 m qui a vu le jour à Bjorkedal, près de Bergen, en 1989. On l’a baptisé Olav Kyrre en hommage au fondateur de cette ville portuaire à la fin du XIe siècle, un fils de Harald Hardrada, ce roi de Norvège tué par l’armée anglo-saxonne le 25 septembre à la bataille de Stamford Bridge, considéré comme le dernier des grands Vikings. Bateau de taille moyenne si on le compare aux 22,50 mètres de celui de Gok-stad, l’Olav Kyrre devient le symbole de Bergen, jusqu’à son achat par Yannick Favro, alias Ragnar, en 1998, lors de la venue du bateau à Barneville-Carteret pour la fête viking du Cotentin.  Ce type de navire scandinave était encore couramment utilisé au XIe siècle, ainsi que l’atteste la Tapisserie de Bayeux qui raconte la conquête de l’Angleterre. On le connaît en Normandie sous le nom générique d’esnèque. L’évocation historique est donc très crédible, même si les dimensions du Mora, navire amiral de Guillaume de Normandie, devaient dépasser celles de l’ancien emblème de Bergen, et si les occupants du Kyrre ressemblent plus à des Vikings du IXe siècle qu’à des guerriers ducaux du XIe.?


Sortie triomphale du port de Dives (Port-Guillaume), le 4 juillet, à 4 heures du matin. Direction : St-Valery-sur-Somme via Fécamp.

Le bateau quitte le port de Dives-sur-Mer, devenu Port-Guillaume, lui aussi peu avant l’aube, mais celle du 4 juillet ; une avance sur le calendrier réel qui s’explique par des soucis de conditions météorologiques, de grandes vacances… et de fêtes locales !
En effet, l’équipage de l’Olav Kyrre navigue, à l’aviron, à la voile et dans des costumes
historiques, d’abord jusqu’à Fécamp qui l’accueille toute la journée du 5, puis jusqu’à Saint-Valery-sur-Somme où il demeure les 8 et 9 juillet, à l’occasion des fêtes médiévales qui célèbrent chaque année le départ de la flotte. Pas moins de 28 heures de navigation en tout, dont trois seulement à la voile ! Autant dire que les marins volontaires se sont d’abord mués en ra-meurs. Il quitte le port du Vimeu le 10 vers midi, sous les acclamations de nombreux curieux, pour la traversée du Chenal, ainsi qu’on appelait alors la Manche. Il touche la rive opposée après une nuit entière de traversée et son équipage bi-vouaque dans la vaste enceinte médiévale du château de Pevensey. Le lendemain, la troupe en armes parcourt à pied les 40 kilomètres qui la séparent de Battle, via Hastings, avant de prendre à regret le chemin du retour.
Ce voyage est une première : il n’avait encore jamais été tenté dans les conditions de l’époque. Comment décrire l’émotion qui étreint public et participants de cette expédition maritime uni-que ? Se placer dans les pas des compagnons de Guillaume, dans le sillage de leurs navires, peut-on imaginer plus vibrant hommage aux vainqueurs de l’Angleterre ?

bataille-hastings-1066

Une répétition de la bataille de Hastings

Huit jours plus tôt, le 2 juillet, les médiévales de Bayeux proposaient une mini-reconstitution de la bataille du 14 octobre 1066. Plusieurs compagnies normandes, françaises, danoises, allemandes, néerlandaises, stationnées place De Gaulle pour l’un  des plus impressionnants campements vikings et ducaux qui soient, convergent le matin du dimanche vers le practice de golf où va se dérouler l’animation, devant des milliers de spectateurs enthousiastes. Les cris fusent des poitrines : Dex aïe ! Saint-Michel ! Vive la Normandie ! Pas de chevaux, certes, mais des guerriers parfaitement équipés, archers et fantassins bien entraînés et à la motivation sans faille. Il s’ensuit un assaut spectaculaire où chacun fait montre de sa maîtrise des armes et des mouvements de troupes. La démonstration s’achève sous un soleil écrasant… et un tonnerre d’applaudissements.
Un avant-goût pour les reconstitueurs de ce qu’ils vont pouvoir vivre le 14 octobre prochain, en grandeur réelle, à Senlac, sur les lieux mêmes de la décisive bataille qui a consacré la suprématie normande sur l’Angleterre. Six ans après une fameuse reconstitution dont ces colonnes s’étaient fait l’écho. Autant dire qu’il y aura sur place des « anciens combattants » prêts à marcher dans leurs propres empreintes.

 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Rouen : le clos aux Juifs

Publié le : 2 avril 2017   Le “clos aux Juifs” de Rouen et son monument Extrait Patrimoine Normand N°101 Par Stéphane William Gondoin Il existe, sous la cour du palais de justice de Rouen, un édi...

 

Mabile - la lionne de Bellême

Publié le : 31 mars 2017   Dessin du tombeau de Mabile de Bellême, notes de Nicolas Joseph Foucault (Archives numérisées de la BNF - www.gallica.fr).  Mabile La lionne de B...

 

Héritage Normand à Hastings

Publié le : 03 janvier 2017   Héritage Normand à Hastings Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Damien Bouet Il y a 950 ans, l’Angleterre devenait normande. Le dernier roi saxon venait de mourir et laiss...

 

Le duché de Normandie : l'après Guillaume

Quand un Roi trépasse l'heure des compte... Extrait du Hors Série Normandie Médiévale Par Stéphane William Gondoin En moins de deux siècles, les Normands ont donc su créer, &a...

 

Guillaume le Conquérant & le bouleversement brutal de la société anglaise

L'autre visage du Conquérant Le bouleversement brutal de la société anglaise Extrait du Hors Série Normandie Médiévale Par Serge Van Den Broucke Si la victoire de Guillaume et de ses...

 
 
 
 
 
 
EN KIOSQUE
Patrimoine Normand 107
N°107

Octobre-Novembre-Décembre 2018

LIBRAIRIE NORMANDE

 

ÉVÉNEMENTS

 
Abonnement Patrimoine Normand

Pratique

 bas