Accueil | À PROPOS | CONTACT | NOS AUTEURS | INDEX ARTICLES | ANCIENS NUMEROS | ABONNEMENT | AGENDA | LIBRAIRIE | ACTUALITE  | PUBLICITE |  


 

 
 

 

 



Inscrivez vous à notre Newsletter et recevez régulièrement un point sur toute notre actualité
Drapeau normand
*ABCDEFGHIJLMNOPQRSTUVYZ

Hôpital Saint Louis de Caen


Hopital-saint-louis-Caen

L’hôpital Saint-Louis de Caen : 
trois siècles d’histoire sociale sur DVD


Extrait Patrimoine Normand N°61
Par Thierry Georges Leprévost

plan-hopital-saint-louis-caen

Les nouvelles technologies nous proposent d’autres façons de consulter les ouvrages historiques. Si cliquer sur une souris d’ordinateur offre peu de rapport avec le plaisir de laisser courir ses doigts sur les pages d’un livre, le procédé présente l’avantage d’une reconstitution virtuelle inaccessible par les voies ancestrales. Le DVD Rom réalisé à l’instigation du docteur Nicolle propose une visite de l’Hôpital St-Louis de Caen, depuis sa création en 1659, jusqu’à sa destruction au XXe siècle.
De tout temps, le spectacle de la mendicité « fait désordre » dans les rues d’un pays. En ce mo­ment même, autorités, associations et médias ne se mobilisent-elles pas  pour venir en aide aux plus démunis, relayant ainsi une pratique largement antérieure au christianisme ? Il est vrai que l’exercice de la charité est pour les chrétiens un bon moyen de s’épargner quelques années de purgatoire, voire de gagner un aller simple pour le paradis, aussi l’aide aux pauvres, essentielle dans le message évangélique, ne peut-elle en aucun cas disparaître sans porter atteinte au message du Christ. Encore faut-il que cette générosité, gratuite ou intéressée, fasse preuve de discernement et s’ap­plique à ceux qui en ont réellement besoin. Pas question d’en­cou­rager la paresse ou la cré­­dulité des nantis ! Aussi, dès le début du XVIe siècle, des mesures sont-elles prises pour lutter contre la mendicité et répondre à la pauvreté en distinguant les vrais pauvres des faux.
Cette attitude prend au XVIIe siècle la forme d’une loi : la mendicité devient un délit qu’il convient de réprimer comme tel. En juin 1659, des lettres patentes de Louis XIV précisent les missions de l’hôpital. Afin de canaliser les élans naturels des donateurs, les aumônes individuelles, impossibles à contrôler, sont supprimées et remplacées par une aumône publique, produit d’une collecte étendue à de très nombreux métiers et corps so­ciaux. En somme, une sorte d’impôt destiné à atténuer les effets de la pauvreté grâce à une aide ciblée. Ce sera le rôle des hôpitaux généraux, sous la triple devise « enfermement, travail, assistance » !

hopital saint louis caen intérieur

reconstitution Caen - hopital saint Louis

Quatre ans auparavant, l’assemblée générale de la ville de Caen (l’équivalent du conseil municipal) prenait la décision de créer l’Hôpital St-Louis, selon des contours précisés en 1659 : il faut « empêcher la mendicité et la fainéantise des pauvres et pourvoir à leur subsistance, associer pitié et police » ! Toujours le conflit entre le devoir d’assistance et l’image de mar­que de la cité : « si nous ne voulons pas voir notre ville remplie et comme inondée des reflux de tous les vagabonds et fainéants qu’on chasse et qu’on repousse des autres lieux ».
Le projet traîne pourtant en longueur. En juillet 1672 naît l’accueil provisoire de vieillards à La Gobelinière, sur la paroisse Ste-Paix, qui dépend de l’Hôtel-Dieu. Ce dernier, aussi appelé Hôpital St-Thomas-le-Martyr, a été fondé sur l’île St-Jean, à l’emplacement de l’ac­tuelle place du 36e, vers 1186, sous le règne du duc-roi Henri II Plantagenêt, en réparation de l’assassinat de l’archevêque Tho­mas Becket. Fermé en 1823, il sera détruit en 1827 pour être transféré sur le site de l’Abbaye aux Dames, à côté de l’abbatiale de la Trinité (aujourd’hui Con­seil Régional de Basse-Normandie).
Enfin, le 27 juin 1674 est prise la décision de construire l’hôpital général sur le terrain de la foire du pré (entre la rue St-Jean, l’Orne et la Prairie ; la rue St-Louis est devenue avenue de Verdun). Il ouvre en 1678, sous le double patronage de St-Louis et de Ste-Elisabeth de Hongrie, princesse du XIIIe siècle fondatrice de l’hôpital de Marburg.

Hopital Saint Louis Caen facade

Reconstitution Hopital Saint Louis Caen facade

Comme prévu, les pauvres et mendiants y seront aidés, enfermés et mis au travail. Une attention particulière est apportée en direction des enfants nécessiteux ou abandonnés (St-Louis est au XIXe siècle le seul hospice du Calvados où l’on peut abandonner son enfant), ce qui rejoint les préoccupations de l’association CRECHE (Comité de Re­cher­che Caennais sur l’Histoire de l’Enfance, présidé par le docteur Nicolle) à l’origine du DVD Rom, qui effectue des re­cher­ches sur les conditions de vie, la place et les soins apportés aux enfants dans la société en Basse-Normandie à partir du XVIIe siècle.
Dans les années 1920, tout le quartier St-Louis est détruit (à l’exception d’une tour des remparts), puis reconstruit. Rien n’en subsiste après les bombardements de 1944. Le DVD re­donne vie à l’établissement par une animation qui nous permet d’effectuer une visite virtuelle de l’hôpital comme si nous y étions. Un « plus » qui, ajouté aux nombreux textes et photographies (histoire, vie et société, architecture), en fait un précieux outil pédagogique de l’histoire sociale de la Normandie.


PRATIQUE :
L’Hôpital St-Louis du XVIIe au XXe siècles, DVD Rom au prix de 20 €,
en vente au Comptoir Normand, rue de Geôle à Caen,
ou auprès de l’association CRECHE, 9 rue des Luthiers à Caen
assoc.creche@wanadoo.fr
 

• Autres fiches pouvant vous intéresser :
Château de Caen : bilan des fouilles archéologiques
Mors et art équestre au lendemain du Moyen Âge
De l’Échiquier de Normandie au Parlement de Rouen
Replonger dans le Caen d’avant-guerre : la place de la République
Magie de la 3D - Les grands monuments normands ressuscités !


• Catégorie liée :
caen


Commentaires sur cette fiche :

Posté le 18-07-2016, par annstenn (Note : 5/10)

Bravo pour ce travail pouvez vous m'orienter je recherche ce qui est advenu d'un enfant de mère et de père inconnus MARIE dit Brice Pierre né le 22.11.1846 à Vire Où a til été placé l a reçu une formation il était sabotier et son fils après lui cordonnier. Cet ancêtre nous intrigue beaucoup Merci beaucoup

Page 1
Laissez un commentaire sur cette fiche :
Nom ou pseudo :
Notez cette fiche : /10
Commentaire :
Recopiez le caractère suivant dans le champ :
  (Obligatoire)

Les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits par les conditions d'utilisation du service. Vous pouvez être identifié(e) par votre adresse internet si quelqu'un porte plainte.
 
J'EN PROFITE !
 
 

Espace Annonceurs

CLIQUEZ ICI

Pour votre sécurité, nous utilisons Paypal, la solution de paiement sécurisée du web, nous acceptons les cartes bancaires ci-dessous.
Pay Pal solution paiement
Livraison sous 48H avec La Poste


Livraison

Réseaux sociaux

  
 

PRATIQUE

PAtrimoine Normand
Les 3 Cours 
14220, Les Moutiers en Cinglais    par courriel
standard : 02 50 08 78 5