Patrimoine Normand magazine

 





Phoques dans la baie du mont Saint-Michel

abonnement magazine

Le phoque en baie du mont Saint-Michel


Extrait Patrimoine Normand N°71
Par Jeannine Bavay

La baie du mont Saint-Michel accueille la colonie de phoques veaux marins la plus méridionale d’Europe.
 
Le retour des phoques
 
Le phoque veau marin était déjà présent en baie au XIXe siècle et sans doute bien avant, mais il a progressivement disparu car il était chassé pour sa viande. Les chasseurs disaient qu’elle avait le goût du veau, d’où peut-être son nom. Les phoques sont revenus dans les années 80 et le nombre d’individus progresse lentement, mais régulièrement, avec cinq phoques en 1986, près de 10 au début des années 90. Un jeune phoque âgé de quel­ques heures avait été trouvé échoué près du rocher de Tombelaine en août 1976 ; la première naissance est attestée en 1997. Aujourd’hui la colonie compte quarante individus et, depuis cinq ans, huit à neuf naissances ont lieu chaque été.
C’est un mammifère marin, avec des poils, des poumons pour respirer et la mer est son habitat. La femelle possède des mamelles pour allaiter.
C’est un cousin des otaries et des morses, mais on observe des différences concernant les oreilles, les défenses et les déplacements. En ce qui concerne les oreilles, l’otarie a de petites oreilles apparentes, le phoque et le morse ont des oreilles internes qui ne se voient pas. Le morse a des défenses, le phoque n’en possède pas. L’otarie se déplace à terre comme un vrai quadrupède car elle peut se servir de ses na­geoires postérieures pour avancer et elle pose ses mem­bres à plat sur le sol. Il en est de même pour le morse. Par contre, le phoque est moins à l’aise que l’otarie sur la terre ferme car ses pattes antérieures se sont transformées en nageoires ce qui l’oblige à se déplacer par reptation.
La robe du phoque veau marin peut varier du gris au brun foncé ou noir en passant par le gris clair. Mais les phoques veaux marins de la baie du Mont-Saint-Michel ont le plus souvent un pelage de couleur gris brun appelé « sueden » ou gris foncé avec des taches noires et blanches appelé « écossais ».
Vitulina signifie « viande de veau » en latin. Vitulus = veau en latin et vitellus = « petit veau ».
Il y a 600 000 phoques veaux marins dans le monde dont 78 000 en Europe et à peine 300 en France. En France, les pho­ques veaux marins vivent dans trois zones : 
- environ 75 en baie de Somme,
- environ 60 en baie des Veys (à la base Est du Cotentin)
- environ 40 dans la baie du Mont-Saint-Michel.   
Cependant, quelques individus ont pu être observés sur les côtes du Portugal.

Comment sont comptés les phoques ?
 
En France, les colonies de pho­ques veaux marins font l’objet d’un suivi de leurs effectifs. Les opérations de dénombrement s’effectuent à partir de des points d’observations terrestres et en ULM.
Les observations terrestres né­cessitent l’action synchronisée de trois ou quatre personnes se trouvant à un même moment sur différents postes fixes. Mais cette méthode ne permet pas de compter toute la population et ne fournit pas d’indication sur la taille du groupe. En effet, tous les phoques hors de l’eau ne sont pas visibles car certains peuvent se trouver dans les petits fossés créés sur les prés-salés par les petits cours d’eau se jetant dans la mer, ou être cachés par des bancs de sable. Seuls les pho­ques se trouvant sur les points hauts sont visibles. De plus, pour des raisons d’éloignement, l’iden­­tification des animaux n’est pas possible.

Un suivi de la colonie de pho­ques veaux marins du Mont- Saint-Michel est effectué par ULM. Gérard Gautier effectue ce suivi depuis 2002. et il assure le suivi de la colonie de la baie des Veys depuis 2005. Cette demande émane de la Direction Régionale de l’ Environnement de Basse-Normandie et de la réserve naturelle de Beauguillot (près de Sainte Mère-Église). Il effectue deux vols par mois d’environ trente minutes chacun à marée basse. Grâce à un G.P.S. (Global Position System) son parcours est enregistré en continu et il relève la position des phoques observés au cours de son vol. Il prend aussi des photographies des phoques observés et ces clichés vont permettre de mettre en place une photo-identification grâce aux particularités de chacun : taches sur le pelage, couleur, signes particuliers, balises Argos.
Car pour étudier plus facilement le comportement, les déplacements et les zones de chasse des phoques, on utilise la balise Argos. C’est un petit boîtier avec un émetteur qui est collé sur la nuque de l’animal et qui restera jusqu’à la mue : le phoque perd ses poils et la balise se déplace. Depuis 2006, cinq phoques ont été équipés de balise permettant de suivre leurs activités vingt- quatre heures sur vingt-quatre. Bonnemine et Idéfix, deux pho­ques sauvés ont été équipés d’une balise avant d’être relâchés ce qui a permis de les suivre pendant quelques mois.
 
  Le phoque gris Le phoque veau marin
Ordre Carnivores Carnivores
Sous-ordre Pinnipèdes Pinnipèdes
Famille Phocidae Phocidae
Espèce Halichoerus Gryptus Vitulina
Taille 2,50 m pour un mâle (moyenne)
1,80 m pour une femelle (moyenne
1,50 m à 1,80 m pour un mâle
1,20 m à 1,50 m pour une femelle 
Poids environ 240 kilos pour un mâle
environ 150 kilos pour une femelle
80 et 130 kilos pour un mâle
de 50 à 80 kilos pour une femelle
Signes particuliers 
Plus grand que le phoque veau marin
Narines parallèles
Tête plate
Tête ronde sans cou
Narines disposées en V
 
 
Durée de vie constatée 30 ans pour un mâle
46 ans pour une femelle
26 ans pour un mâle
32 ans pour une femelle
 
La baie, un lieu de vie idéal pour les phoques
 
Avec ses 25 000 hectares de superficie, la baie du Mont- Saint-Michel est un lieu de vie idéal pour les phoques. En effet, les phoques apprécient les es­trans composés de sable et de vase, les nombreux chenaux , les bancs de sable, les herbus à l’abri des dérangements hu­mains.
La baie leur offre de nombreux reposoirs : ce sont des bancs de sable ou des rochers quotidiennement submergés par les flots, ou les phoques peuvent se hisser facilement et se sentir en sécurité et d’où ils peuvent fuir rapidement dans l’eau en cas de dérangement. Ils s’y étendent au soleil, pour se reposer, stocker de la graisse, changer de pelage et, pour les femelles, allaiter les petits. 

mère et son petit

 
Quand l’eau monte, il adopte une position typique en « arc » ou en « banane », tête et nageoire hors de l’eau, probablement pour diminuer la perte de calories des parties de son corps les moins protégées par la graisse. 
Un phoque adulte plonge facilement à une profondeur de 20 m et si nécessaire de 5 m. Mais ils peuvent atteindre 200 m de profondeur. En général, ils plongent de 3 à 10 minutes, mais ils ont la possibilité de rester immergés pendant une durée de 15 à 28 minutes.

Mirotte

Que mange le phoque ?
 
Il mange quatre à cinq kilos de poissons par jour (ration d’une femelle de 80 kilos). Ce sont en majorité des poissons plats, surtout de la plie, et aussi des poissons ronds comme l’orphie, le mulet, le bar et de plus petits poissons comme le dragonnet (callionymus). La dentition du phoque ressemble à celle du chien : incisives, crocs et mo­laires coupantes lui permettent de découper des chairs sans perdre le poisson. De plus, ses moustaches (vibrisses) sensibles aux vibrations l’aident à capturer les poissons.
Il se nourrit à marée montante en se déplaçant entre les reposoirs de pleine et de basse mer mais peut également faire des séjours en haute mer pour se nourrir. Le suivi par balise GSM permet de montrer que le pho­que chasse davantage le soir que le matin.
 

Le Rouge - phoque

Les amours et la reproduction :
 
La parade et l’accouplement ont lieu dans l’eau début septembre. L’implantation de l’œuf est différée d’environ 70 à 785 jours. Pourquoi ? Ce phénomène permet d’avoir un maximum de naissances sur une période de forte concentration de nourriture et la naissance sur terre ou plus rarement dans l’eau intervient après une période de gestation réelle de 7 mois vers la mi-juillet. Les femelles n’ont qu’un seul petit par an, mais des cas de naissances gémellaires sont rapportés.
Le jeune nouveau né mesure 1 mè­tre en moyenne pour un poids de 10 à 12 kilos. Contrairement au phoque gris, il a un pelage identique à celui des adultes car son pelage blanc est perdu in utero.
A la naissance, le jeune phoque doit rapidement se gaver de lait maternel très nutritif pour se constituer une épaisseur de lard qui pourra atteindre centimètres en moyenne chez l’adulte. L’al­laitement dure un mois, ensuite le jeune apprendra à se nourrir de crevettes, seiches et calmars et de poissons. Les poissons constitueront ensuite l’es­sentiel de son régime alimentaire. 
Calendrier :
Janvier : le phoque veau marin a tendance à se déplacer vers la pleine mer.
Février : présence épisodique du phoques en baie.
De mars à juillet : le phoque séjourne sur la limite sud de la baie. 
Fin mai commencent les premiè­res naissances.
Juin et juillet : les naissances continuent. L’allaitement dure un mois.
Août : fin du sevrage des jeunes phoques. Ils apprennent à se procurer leur nourriture de jeunesse (crevettes, petits poissons).  
Début des parades nuptiales des adultes : les mâles marsouinent.
Septembre : accouplement. Après l’accouplement, le développement de l’embryon est mis en veilleuse pendant deux mois et demi.
Octobre : arrivée de phoques d’Angleterre.
Novembre : beaucoup d’adultes et de jeunes phoques.
Décembre : début réel de la gestation des phoques femelles.

la baie du Mont- Saint-Michel

Une espèce fragile qui doit être protégée
 
Le phoque veau marin se reproduit lentement. C’est une espèce fragile. 
L’observation des phoques peut être une source de dérangement. Les phoques sont plus nombreux en été, c’est la période de reproduction au cours de laquelle ils ont le plus besoin de tranquillité. En même temps, c’est la période de plus forte activité dans la baie : sorties à pied, cheval, kayak... De plus, il est très menacé par la pollution, car sa place dans la chaîne alimentaire en fait un récepteur de substances polluantes.
Le phoque veau marin est une espèce protégée au niveau national et international. Au niveau national, il est classé « espèce vulnérable ». Sa capture, sa mutilation, son achat ou vente etc..sont interdits. Sa capture et son transport sont réservés aux personnes mandatées par le CRMM, sous la tutelle du Ministère de l’Ecologie, à savoir les correspondants du Réseau national Échouage.
Au niveau international, il est protégé par la directive « Habitats- Faune- Flore » qui compose le réseau Natura 2000. Un programme d’action pour la conservation de la population de phoques en baie du Mont-Saint-Michel est en cours d’élaboration.
Lors de vos promenades sur le littoral, vous pouvez être con­fronté à deux types d’échoua­ges :
- des échouages d’animaux adul­tes morts ou affaiblis par une blessure ou une maladie.
- Des échouages de jeunes séparés accidentellement de leur mère soit par une intervention (randonneurs, avions de chasse...)soit pour cause naturelle (fort orage, fort courant de marée...) 
Si ces animaux ne sont pas rapidement pris en charge par des spécialistes, leur chance de survie est faible. En cas d’échouage, il faut donc prévenir rapidement :
- les pompiers en composant le 18
- le Centre de Recherche sur les Mammifères Marins (CRMM) de La Rochelle au 05 46 44 99 10.
Une personne du réseau échouage observe le phoque et détermine si l’animal est en danger.. Les phoques blessés et les jeunes phoques abandonnés sont en­voyés au Centre d’ Hébergement et d’ Etude sur la Nature et l’En­vironnement* qui recueille les animaux malades ou blessés afin d’y être soignés et nourris. Une fois guéri, le phoque sera relâché à l’endroit où il s’était échoué.
De toute façon, le phoque étant un animal sauvage, qui peut se défendre avec ses griffes et mordre, il faut :
- rester à une distance minimum de 300 m
- éviter les attroupements le bruit et l’agitation
- tenir son chien en laisse

la baie du Mont- Saint-Michel

Le Rouge et Mirotte 
 
Mirotte a été identifiée pour la première fois en baie en 1999. Elle a la particularité d’être complètement aveugle. Ce handicap ne la gêne pas, car elle se sert de ses moustaches pour capturer les poissons. Elle a un remarquable sens de l’orientation et retrouve toujours le mê­me reposoir cha­que jour. Elle a un petit chaque année, mais elle le garde au plus cinq-six jours et il peut être adopté par une autre femelle. Des cas d’adoption ont été constatés dans d’autres colonies.
Le Rouge est un mâle photographié en baie pour la première fois le 14 juillet 2002. Il est facilement reconnaissable avec son pelage rouge cuivré. Il arrive fin-mai début juin et repart en août. Pendant tout son séjour, il fréquente le même reposoir.

Je remercie  Isabelle Chollet, at­tachée de presse au Conseil gé­néral de la Manche et la maison de la baie de Vains qui a réalisé l’exposition en collaboration avec Gérard Gautier, qui m’ont fourni les photos et m’ont permis de réaliser ce reportage.



Lâcher de phoques veaux marins en baie du Mont Saint Michel.

 
La maison de la baie relais de Vains vous offre plusieurs expositions : 
- la vie dans la baie
- les phoques
- l’extraction du sel
- le pélerin au Mont-Saint-Michel
Tél. 02 33 89 06 06 - musee.vains@cg50.fr 
 
La maison de la baie relais des Courtils
Tél 02 33 89 66 00 - musee.courtil@ cg50.fr
 
La maison de la baie de Genêts
Tél 02 33 89 64 00
 
Pour tout renseignement : www.sitesetmusees.cg50.fr

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Jardin des plantes de Coutances

Publié le : 2 juillet 2017   Jardin des plantes de Coutances (© Rodolphe Corbin). JARDIN EN NORMANDIE Coutances en Cotentin : l’éclectisme du Second Empire...

 

Le carnaval de Granville entre à l’UNESCO

Publié le : 03 janvier 2017   Le carnaval de Granville entre à l’UNESCO Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Claire Cartier À la veille de célébrer sa 143e édition, qui aura lieu du...

 

Aéronavale dans les environs de Cherbourg de 1914 à 1918

Publié le : 03 janvier 2017   L’aéronavale dans les environs de Cherbourg de 1914 à 1918 Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Louis Guillotte En 1914, l’Europe est entraînée dans l&r...

 

Maîtres verriers de Coutances

Publié le : 16 août 2016   Histoire en images Les maîtres verriers de Coutances Extrait Patrimoine Normand N°98 Par Stéphane William Gondoin La cathédrale de Coutance...

 

Sel en Normandie - Une histoire poivrée !

Publié le : 16 août 2016   Le sel en Normandie Une histoire poivrée ! Extrait Patrimoine Normand N°98 Par Laurent Ridel Leur taille minuscule est sans rapport avec leur importance. Les cris...

 
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas