Patrimoine Normand magazine

 





La teurgoule

abonnement magazine

Publié le : 13 octobre 2002
 
la teurgoule
Une teurgoule de Geneviève et Raoul Achard, elle est bien crémeuse sous la peau qui s’est formée en surface. Photo prise avec une casserole normande en cuivre et une cuillère du XIXe siècle à la marque « RG ». (Photo G. Bernage.) 

La teurgoule


Extrait Patrimoine Normand N°44
Par Georges Bernage

Voici un dessert bien normand et qui, pourtant, n’est pas connu de toute la Normandie ; on le déguste surtout en Basse-Normandie (principalement le Calvados). Il est inconnu dans le Nord-Cotentin  par exemple et on ne la connaît pas en Haute-Normandie.
 
Ce dessert serait apparu dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Après un printemps humide, un été pluvieux avait fait perdre les récoltes. Redoutant une disette, François-Jean d’Orceau, baron de Fontette, intendant de la généralité de Caen de 1760 à 1775, fait alors venir du riz d’outre-mer. Mais personne ne connaît alors dans la région cette céréale et Fontette fait placarder des recettes pour la préparer. Ce sera entre autres la terrinée, du nom du récipient (voir encadré) ou teurgoule, nom exprimant l’humour normand face à ce mets souple et un peu collant à la goule… Certains disent aussi que sa longue cuisson était bien pratique pour les femmes des marins de Honfleur (autre port de l’outre-mer) qui faisaient chauffer longtemps ce mets en attendant le retour de leurs maris.
Ainsi, la base de ce plat est le riz mais aussi un autre ingrédient exotique, la cannelle, sans ou­blier le sucre. Son caractère bien normand est présent avec les deux litres de lait nécessaires à sa confection.
 
Teurgoule
Une teurgoule vendue en portions sur le marché de Bayeux. (Photo G. Bernage.)
RECETTE (pour quatre personnes)

- 150 grammes de riz.
- 2 litres de lait de ferme.
- 200 grammes de sucre.
- 1 sachet de sucre vanillé.
- 2 cuillères à café de cannelle.

Préparation

Dans une terrine, verser le lait sur le riz, le sucre et le sucre vanillé. Puis saupoudrer deux cuillères à café de cannelle. Faire cuire ensuite quatre à cinq heures dans un four à pain. (Recette de Geneviève Achard.)
Pour ceux qui ne disposent pas de four à pain, on peut utiliser un four électrique à thermostat très doux (160°, thermostat 5), le préchauffer et cuire pendant trois heures. Attention : la qualité du lait est très importante : il faut utiliser du lait de ferme (lait cru), à défaut du lait entier qui donnera un résultat un peu moins crémeux.
On peut aussi trouver de la teurgoule sur les marchés, com­me celui de Bayeux, le samedi matin, et nous y avons dégusté une « part » de teurgoule ; celle-ci avait été cuite dans le four à pain de la ferme de la Rançonnière à Crépon. Plusieurs fermes vendent de la teurgoule « maison » sur ce marché.

 
 Les petits  bois  dArmand Lepaumier illustrant les encadrés - la terrine
La terrine

La teurgoule est parfois appelée aussi terrinée, du nom de son contenant. La terreine (terrine) était autrefois un important récipient de la laiterie. Très évasé, d’une contenance de six à huit litres de lait, il y était placé en attendant de pouvoir éfleurer le lait. En effet, suivant la saison, et donc plus ou moins rapidement, la fleurette (crème fine, la première montée sur le lait) était enlevée à la cuillère, entièrement et délicatement. Et c’est aussi ce récipient, cette terreine, qui est utilisé pour faire cuire la teurgoule ou … terrinée.
D’après Jean Seguin

la Teurgoule
Teurgoule sortant du four à bois, à la ferme de la Rivière. (Photo G.B.)
 
ET TOUJOURS LA FALUE...

Dans notre article précédent, nous avions évoqué les variantes locales de ce dessert normand dégusté avec la teurgoule ou le Jour des Rois. Ainsi, pour la région d’Avranches, en 1934, Jean Seguin écrit : « Il en est de même de la fallue, sous cette dénomination, dans mon enfance, l’on fabriquait à Genêts une variété de brioche, en d’autres endroits elle était plus connue sous le nom de brioche coulante. Elle était longue, étroite et divisée en côtes. Au gré de l’acheteur la brioche était coupée en autant de côtes qu’il le désirait et chacune de celle-ci était vendue deux sous la pièce. Vers l’Orne, la fallue est un gâteau creux et rond au centre, fait à la campagne, en fine fleur avec œufs et un peu de beurre. On la nomme aussi fouace. » (Jean Seguin, op. cit., p. 62). Il y avait donc bien des variétés locales de recettes normandes, la plupart sont perdues pour toujours. Il n’est donc que temps de sauver ce qui peut l’être…
Falue
 
Remerciements à Mesdames Geneviève Achard, Danielle Maudoin et Gisèle Sevestre.
Dernier conseil : ne pas rajouter d’autres ingrédients. Une table connue propose une feuille de laurier !…

Il ne faut pas oublier qu’une teurgoule se déguste agréablement accompagnée de falue (voir l'article La faluePatrimoine Normand N°43).
Pour plus de renseignements sur les usages culinaires d’il y a un siècle, on pourra se reporter à l’ouvrage de Jean Seguin, Vieux mangers, vieux parlers bas-normands, Paris, 1934. 


PLUS D'INFORMATIONS :

Pour obtenir une teurgoule cuite au four à bois et une falue, on peut s’adresser à Geneviève et Raoul Achard qui fabriquent aussi un excellent pain. Bon appétit !


Geneviève et Raoul Achard,
Fabrication artisanale
pain à l’ancienne
pain traditionnel cuit au feu de bois
Ouvert le mercredi et le samedi de 14 h à 17 h toute l’année, vente sur place
Ferme de la Rivière
14250 Sept-Vents
Tél. : 02 31 68 70 44

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n°44, octobre 2002)


 
abonnement magazine
 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Alençon, ville gourmande

Publié le : 2 juillet 2017   Sur le marché d'Alençon. La pomme dans tous ses éclats pour Dominique Morineau (© Jean-Luc Péchinot). VILLE GOURMANDE ALEN&Cce...

 

Galette de pomme de terre, « touche normande »

Publié le : 11 avril 2017   Galette de pomme de terre,  « touche normande » Extrait Patrimoine Normand N°101 Par Claude Rayon Ingrédients : &bul...

 

Andouille de Vire

Publié le : 03 janvier 2017   Andouille de Vire Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Claude Rayon L’andouille, ce produit emblématique de la Normandie associé à Vire et à son bocage, e...

 

Histoire de la gastronomie normande

Publié le : 03 janvier 2017   À table ! Quatre siècles de plaisir gastronomique en Normandie Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Thierry Georges Leprévost À table ! Une injonction maintes fois...

 

Pomme de terre en Normandie

Publié le : 18 octobre 2016   La pomme de terre en Normandie Extrait Patrimoine Normand N°99 Par Claude Rayon Loin d’être locale, notre « patate » est originaire du Chil...

 
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas