Patrimoine Normand magazine

 





Musée de Normandie : l'exil de Jean-Yves Marin

Jean-Yves Marin

Château de Caen : l’exil du Gouverneur


Extrait Patrimoine Normand N°72
Par Thierry Georges Leprévost

Jean-Yves Marin

Le 25 septembre, au cours d’une mémorable cérémonie dans la salle de l’Echiquier, Jean-Yves Marin a fait ses adieux au Musée de Normandie. Si sa nomination à Ge­nève lui ouvre un nouveau chantier dans lequel il engagera l’esprit passionné qui l’a toujours animé, son départ de Caen  crée un vide sidéral dans la sphère intellectuelle de la Normandie tout entière.
« Gouverneur du château ». C’est ainsi que, dans son éloge, le sénateur René Garrec l’a désigné, juste avant de lui remettre les insignes de Chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur. Un surnom plaisant et pertinent, pas seulement parce que le Musée qu’il dirigeait était situé dans l’ancien Palais des Gouverneurs, mais aussi, mais surtout, parce que le château actuel fut à la fois son domaine et son œuvre.

Un Caennais avant tout

Né à Caen en 1955, Jean-Yves Marin poursuit toutes ses études dans la ville de Guillaume le Conquérant, ce septième duc de Normandie qui allait exercer une influence décisive sur sa vocation d’historien. Après le Lycée Malherbe et l’université, d’où il sort en 1979 pourvu d’une maîtrise d’archéologie médiévale avec mention très bien, il parfait sa formation auprès de son mentor, le doyen Michel de Boüard, sauveteur du château après la guerre, organisateur des fouilles du site et fondateur du Musée de Normandie. Il contribue alors à la connaissance des origines de Caen, notamment au Moyen Âge, et obtient en 1980 son Diplôme d’Etudes Approfondies en Archéologie médiévale. Pendant vingt ans, Jean-Yves Marin dirige à Caen de nombreux chantiers de fouilles archéologiques : St-Ouen, Ab­baye aux Hommes, remparts du Bourg-le-Roi, château, St-Gilles, St-Julien, St-Pierre, et bien d’autres encore. Caen l’inspire, Caen le passionne, Caen le fait vibrer. Mais ses principaux titres de gloire, il les doit à l’enceinte castrale de sa ville natale.

Jean-Yves Marin était Conservateur en Chef du Musée de Normandie, situé dans lancien Palais des Gouverneurs du château.

Conservateur en Chef du Patrimoine, nommé directeur du Musée de Normandie à la suite de Michel de Boüard, puis de Jean-Jacques Bertaux, il n’a de cesse de développer l’institution dont il devient le conservateur en chef. Une œuvre qu’il mène de pair avec la restauration du château. Ainsi le Palais des Gouverneurs trouve-t-il de prestigieuses annexes en ses voisines : l’église St-Georges et la salle de l’Echiquier, qui accueillent des expositions temporaires, à raison d’une par an en moyenne depuis les années 1990. Souvenons-nous : Attila ; Les Barbares et la mer ; Terres secrètes de Samarkand ; Les empires normands ; Le mythe viking ; La Mer Noire ; La Hongrie de l’an Mil ; La Normandie dans la Guerre de Cent Ans ; Vivre au Moyen-Âge ; La Macédoine en 1913 ; Saints de chœurs ; Les Normands en Sicile ; Trésors de Slovaquie Orientale ; Portraits du Conquérant ; Chefs d’œuvre du gothique en Normandie… Et nous attendons pour 2010 une grande exposition autour de la pierre de Caen.

la salle de lEchiquier

Pour autant, il sait s’investir hors de la Normandie, enseigne à Paris, à Lyon, et même en Egypte et en Italie, deux pays où il noue des liens privilégiés avec ses homologues. Il intervient en Europe centrale, en Afrique Noire ou au Maghreb. Ses fonctions associatives au Comité National Français du Conseil International des Musées, au Comité International de Déontologie du Conseil International des Musées, au Comité International des Musées d’Histoire et d’Archéologie du Conseil International des Musées lui créent autant d’occasions de déplacement en France ou à l’étranger.
Il organise les fouilles du terre-plein de la terrasse d’artillerie où devront s’établir les Salles du rempart nord, extension du Musée de Normandie qui intègre aujourd’hui harmonieusement les intéressantes découvertes effectuées au cours de ces re­cherches. Entièrement restaurée, cette partie du château permet aux visiteurs d’admirer les expositions temporaires, comme de découvrir l’ensemble de l’en­ceinte castrale, notamment les vestiges du donjon.

Un Normand convaincu

Caennais, oui, mais tout d’abord Normand. Son Musée est celui de toute la Normandie, sans observer « l’absurde division » fort justement dénoncée par le président Sarkozy. Lors de son allocution de départ, dans une belle profession de foi qui lui fait honneur, Jean-Yves Marin remercie « l’ensemble du personnel de la ville de Caen et également ceux des cinq départements et des deux demi-régions normandes ». Il y dit aussi : « A chaque fois que je vous ai représentés pour faire connaître l’histoire de la Normandie dans les médias, j’ai pensé que nous n’y étions pas assez présents et que, plutôt que de singer Nantes, ou pire Paris, nous ferions mieux d’affirmer nos valeurs et d’être fiers de Caen » !

Léglise St-Georges

Oui, à la suite de Michel de Boüard, il s’est toujours efforcé lui aussi de « rendre au château si malmené jusqu’alors sa place dans l’histoire de la Normandie pour qu’il redevienne un haut lieu de notre histoire et de notre identité ». Qu’en sera-t-il de l’évolution du château après son départ ? On connaît son projet d’aménager l’Echiquier pour y exposer les objets de la période ducale, essentiellement XIe et XIIe siècles, pour l’instant dans les cartons du sous-sol, dans l’espoir fébrile de sortir au grand jour : « Il reste maintenant, cher Philippe Duron, à continuer le combat pour le château… Guil­laume le Conquérant attend depuis longtemps un lieu digne de sa fabuleuse épopée qui puisse faire comprendre à tous ceux qui vivent ou visitent la Normandie l’originalité de l’histoire de notre province : de la Tapisserie de Bayeux au Mont-St-Michel, de Jumièges à Lessay et Château-Gaillard, avoir une introduction au tourisme médiéval normand qui redonne à chacun la fierté d’être normand et l’envie de la transmettre aux générations futures…Nous avons le monument, nous avons les collections, nous avons une formidable équipe qui, sous la conduite de Jean-Marie Leves­que, a déjà fourni un travail considérable, il ne nous reste plus qu’à faire cet espace Guillaume le Conquérant ».
Evoquant son « départ anticipé », Jean-Yves Marin affirme : « Aujourd’hui manifestement, ce n’est plus dans ce château que je puis être le plus utile, mais je suis fier de laisser un outil en parfait état de marche, même s’il reste beaucoup à faire… Je ne quitte pas la Normandie, mais je m’éloigne pour poursuivre ma vie professionnelle. Cependant, je quitte le Musée de Normandie sans doute définitivement… Si les magistrats genevois m’ont choisi, c’est pour bâtir ; vous savez que depuis le XIe siècle on va souvent chercher des Normands pour cela. Il ne s’agira pas d’une cathédrale, ni même d’un château fort, mais d’un musée, le Musée d’Art et d’Histoire aujourd’hui centenaire, qui doit être rénové et agrandi… Cela ne m’empêchera pas de revenir souvent parmi vous. »
Acceptons-en l’heureux augure.
A bientôt, Jean-Yves, la Normandie vous attend.
 

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 72, Hiver 2009)


 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

MuséoSeine - Il était une fois un fleuve

Publié le : 2 juillet 2017   MuséoSeine Il était une fois un fleuve Extrait Patrimoine Normand N°102 Par Stéphane William Gondoin En 1802, le Premier consul Napoléon Bonaparte visite Le Havre e...

 

Impression, soleil levant

Publié le : 2 juillet 2017   Claude Monet, Impression, soleil levant, 1872, huile sur toile, 50 × 65 cm, Paris, Musée Marmottan Monet (© Bridgeman Images). Impression, soleil levan...

 

Grand Bunker de Ouistreham : le musée du Mur de l’Atlantique

Publié le : 31 mars 2017   Le musée attire chaque année de nombreux vétérans avec leur famille, des reconstitueurs passionnés et des militaires des pays alliés (© Grand Bunker)....

 

Château de Caen : bilan des fouilles archéologiques

Publié le : 03 janvier 2017   Château de Caen Un premier bilan des différentes campagnes de fouilles archéologiques Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Beatrice Guillot Le schéma directeur est...

 

Mors et art équestre au lendemain du Moyen Âge

Publié le : 18 octobre 2016   CHEVAL EN NORMANDIE Mors et art équestre au lendemain du Moyen Âge Extrait Patrimoine Normand N°99 Par Thierry Georges Leprévost Le succès de nos c...

 
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas