Accueil | À PROPOS | CONTACT | NOS AUTEURS | INDEX ARTICLES | ANCIENS NUMEROS | ABONNEMENT | AGENDA | LIBRAIRIE | ACTUALITE  | PUBLICITE |  



 
Offre hors série Patrimoine Normand
J'EN PROFITE !

 
 

 

 



Inscrivez vous à notre Newsletter et recevez régulièrement un point sur toute notre actualité

 

 

Drapeau normand

ACTUALITÉS



Normandie Tourisme
 

La Manche

Calvados

Orne

Seine-Maritime

Eure

Châteaux en Normandie


Jardins normands

Randonnées


Histoire Normandie


Normandie gallo-romaine

Vikings en Normandie

Moyen-Age

Seconde Guerre mondiale en Normandie


Tradition Normandie


Faune de Normandie

Plantes en Normandie

Arbres en Normandie

Ornithologie

Mobilier normand


Normandie Terroir
 

Produits du terroirs normand

Cuisine normande


Normandie Culture
 

Costumes traditionnels normands

Littérature Normandie

Langue normande

Musique normande

Jeux traditionnels normands


Architecture



 
Suivez Patrimoine Normand sur Facebook






 

 


*ABCDEFGHIJLMNOPQRSTUVYZ

Débuts de la guerre de Cent ans. La conjuration de Geoffroy d'Harcourt


Le blason de la famille d'Harcourt,
"de geules à deux faces d'or
La conjuration
de Geoffroy d'Harcourt 

Début de la Guerre de Cent Ans

Extrait Patrimoine Normand N°6
Par † Charles de Percy  

Ce texte, demeuré inédit, a été écrit au début du siècle par le colonel Charles de Percy qui consacra une grande partie de sa retraite à classer et augmenter les archives laissés par nos ancêtres. En relation avec différents érudits normands dont l'archiviste de la Manche Dolbert. Charles de Percy a tenté de clarifier les origines de sa famille. C'est probablement au cours de ses recherches que l'idée lui est venue de ridiger cette courte histoire de la conjuration de Geoffroy d'harcourt à laquelle un de ses aïeux participa.

Les affaires de Bretagne

La prémière campagne des anglais contre la France, qui devait se conclure à la bataille de Crécy et au siège de Calais, avait commencé en 1337 par la déclaration de guerre d'Edouard III. Elle s'accomplit en deux phases, une au nord, avec l'apui de jacques Artevelde et la complicité de Robert d'Artois, l'autre au nord-ouest avec l'aide de Jean de Montfort et la conjuration de geoffroy d'Harcourt.
Dès le débuts, Phillipe VI de Valois, redoutant l'attaque par la Normandie, avait voulu soustraire cette province à l'influence anglaise ; l'érigeant en duché, il à confia à son fils aîné Jean et lui octrya le droit de reunir ses états l'année même de la déclaration de guerre. Toutefois le roi d'Angleterre arriva par le nord où il s'était ménagé des alliés; mais sa pridence le servit médiocrement et l'entreprise n'aboutit guère sauf le succés naval de l'écluse qui en 1340 le rendit maître de la mer.

L'année suivante, il porta attention vers le nord-ouest. Le Duc de Bretagne, Jean III étant mort sans enfant en avril 1341, son héritage fut disputé entre son frère, le comte Jean de Monfort et sa nièce, Jeanne la Boiteuse, fille de son frère aîné, laquelle avai épousé Charles le Blois, neveu du roi de France.

Jean de Monfort gagna Nantes où il évoque sa noblesse bretonne. De nombreux seigneur furent contre lui  ; alors il s'empara de Rennes Hennebont, Vannes, Auray, Dinan non sans vives résistances, qui le décidèrent à se rendre près d'Edouard III et lui faire l'hommage du duché de Bretagne. Le roi d'Angleterre, démêlant les histoires de cet affaire, lui promit aide et défense.

A son retour, Montfort fut demandé par Phillipe VI. Imprudent car "à peine rein est fait, qui ne soit su" remarque Froissart, il déclina le conseil de sa femme Jeanne de Flandre et s'en revint à Paris où le Roi l'accusa devant les pairs d'avoir usurpé le duché de Bretagne et fait hommage au dit roi d'Angleterre.
C'était net. Aussi Montfort, la nuit suivante s'échappa de Paris sous un déguisemnt et regagna Nantes. Sur quoi les pairs attribuèrent l'héritage à Charles de Blois (7 septembre 1341).

Le neuveu de Philippe VI partit sans retard avec une armée, soumit quelques territoires et le siège devant Nantes. D'autre part, une flotte anglaise avec Robert d'Artois vint attaquer Vannes en Septembre, aidée par olivier de Clisson et des seigneurs bretons. D'Artois livra aussi un combat naval, y fut blessé et en mourrut, achevant là son rôle alors que bientôt celui de geoffroy allait commencer.

Les bourgeois de nantes ayant rendus leur ville le 2 novemebre, Montfort y fut pris et emmené vers le Roi qui le fit garder au Louvre. Toutefois , les hostilités continuèrent ; la comtesse, femme énergique et vaillante, se mit à la tête de leurs partisants et se fortifia dans Rennes.

Au Printemps 1342, le comte de Blois se porta en Haute-Bretagne. Par la vallée de la Vilaine, il entreprit le siège de Renne, qui dut se rendre en mai. La comtesse avait pus s'échapper ; gagner Hennebont, port bien défendu, au fond de la baie de Lorient, elle y brava son ennemi qui ayant enlevé Dinan, Vannes et Auray, l'attaqua dans ce refuge.
Pourtant, il la serrait de près, quand Edouard III vint en personnee, par mer, délivrer Hennebont d'où il partit assaillir Vannes et menacer Nantes.

Château - Saint Sauveur le Vicomte

Le roi Philippe entrant aussitôt dans l'action amena vers Charles le Blois, qui avait reculé, de nouvelle forces. Après le 12 novembre, ils entrèrent ensemble en Bretagne. Edouard à son tour se replia et se retrancha pour l'hiver dans le Morbihan, à proximité d'Hennebont. Les pillages ayant ruiné le payys, il fut satisfait d'éviter la famine à son armée en signant le 19 janvier 1343 la trêve de Malestroit pour trois ans.

Une trève ne servait qu'a reprendre des forces eet à se soustraire l'un à l'autre des alliés qui d'amis d'hier, seraient ennemis demain; Les moeurs du temps prêtaient à ces voltefaces. Sans délai, s'ourdissaient des complots et des ligues par l'effet des préférences, des passions ou des intérêts...

Le roi d'Angleterre étant parti, Charles de Blois occuppait une bonne partie des villes. Aussi la contesse de montfort ne point d'organiser contre lui, maintenant ferme et actif son parti, avec l'aide de nombreux seigneurs de vieille Bretagne dont le plus zélé fut Olivier, sire de Clisson.

Ce hardi seigneur rallia une vaillante troupe, entr'autre les sires de Laval, d'Avaugour, les chevaliers Thielans de morillon, geoffroy de Malestroit, le jeune Guillaume de Briex, Alain de Kedillac, Jean de Mautauban (du pays de Montfort), Denis du Plaissié et les écuyers Jean Malart, Jean de Briez, Raoulet de Briez, Jean de Levedain. Ils tentèrent un coup de main contre Vannes sans aboutir. Mais ils eurent plus de succès en entraînant dans leur voie des seigneurs normands grâce à Geoffroy d'Harcourt, parent d'Olivier de Clisson. (...)




Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 06, Hiver 1995)




Commentaires sur cette fiche :

Aucun commentaire pour le moment
Page
Laissez un commentaire sur cette fiche :
Nom ou pseudo :
Notez cette fiche : /10
Commentaire :
Recopiez le caractère suivant dans le champ :
  (Obligatoire)

Les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits par les conditions d'utilisation du service. Vous pouvez être identifié(e) par votre adresse internet si quelqu'un porte plainte.



Patrimoine Normand 103


PATRIMOINE NORMAND N°103

Feuilleter patrimoine normand

Derniers articles


ABONNEZ-VOUS
et profitez d'uneoffre 
 exeptionnelle

-40%

4 numéros

24
au lieu de 40,00€

S'ABONNER
 
 Acheter d'anciens numéros


LibrairiE NORMANDe


événements

 

agenda culturel normandie

Agenda pour vos sorties culturelles en Normandie. Cliquez ici.

 

ESPACE ANNONCEURS

 
Manufacture Bohin Fondation Claude Monet - Giverny
abbaye de Montivilliers Musée de l`horlogerie
Saint-Lo Musée de Normandie
Honfleur Musée Canel
Abbayes Normandes
Compagnie Theatre des Trois gros Publicité magazine normandie


Les RUBRIQUES


Michel de Decker
Cheval Normandie
cuisine normande
Deauville histoire
Illustres normands
Fondation du Patrimoine

Livres sur la Normandie
Offre hors série Patrimoine Normand
J'EN PROFITE !
 
 

Espace Annonceurs

CLIQUEZ ICI

Pour votre sécurité, nous utilisons Paypal, la solution de paiement sécurisée du web, nous acceptons les cartes bancaires ci-dessous.
Pay Pal solution paiement
Livraison sous 48H avec La Poste


Livraison

Réseaux sociaux

  
 

PRATIQUE

PAtrimoine Normand
Les 3 Cours 
14220, Les Moutiers en Cinglais    par courriel
standard : 02 50 08 78 5