Patrimoine Normand magazine

 





Les palais des ducs de Normandie

Tapisserie de Bayeux

Les palais de nos ducs


Extrait Patrimoine Normand N°77
Par Georges Bernage

porte de l`abbaye de Lorsch

Quel était l’architecture des palais des ducs de Normandie, de 911 à 1204 ?
Cette étude va nous permettre d’entrevoir des décors étonnants bien plus que ce l’imagerie nous proposait jusqu’à maintenant.
Plongeons dans un univers coloré et surprenant.
 
Il reste peu de choses de l’architecture civile de Guillaume le Conquérant et de ses prédécesseurs. Les vestiges sont plus importants à partir du début du XIIe siècle, du règne de Henri Ier Beauclerc. Mais, même pour cette époque, nous n’avons devant les yeux que des pans de murs, squelettes décharnés. Imaginez le château de Versailles réduit à l’état de ruines, comment imaginer la galerie des glaces et la somptuosité du décor ? On imagine généralement Guillaume le Conquérant dans des palais de bois brut et pataugeant dans des flaques. Mais c’est là le décor d’une porcherie et non d’un palais ducal puis royal. Reportons-nous en arrière, sous le règne de Charlemagne, vers l’an 800. Il nous reste, en architecture civile, quelques rares mais beaux exemples. Tout d’abord la porterie de l’abbaye de Lorsch. Sa façade présente un appareillage polychrome que nous retrouverons plus tard sous nos ducs, comme nous le verrons plus loin. Quant au décor intérieur, il est peint et soigné. Nous savons qu’au XIIe siècle, à Cluny, de tels décors existaient dans de simples maisons urbaines, pourquoi pas, dans la période intermédiaire, en Norman­die ?

salle de l`abbaye de Lorsch
 
Ainsi, de l’an 800 aux années 1150, il existe une continuité, de décor peint, à l’intérieur des édifices d’une certaine qualité, donc en Normandie, duché réputé alors pour sa richesse. Nos aïeux appréciaient peu la pierre apparente, sauf pour les étables à cochons, les burets. Les murs étaient généralement enduits et décorés à base de pigments. Le décor peint utilisait souvent toutes les surfaces disponibles, les plafonds et les pavages, comme nous le verrons, par des témoignages archéologiques.
logis de Mirville  XIe siècle
maison dans l`eure normandie style scandinave XIXe siècle stavkirke

 
tapisserie de Bayeux
poste de guet XIe siècle
Remontons maintenant les pistes pour nous permettre de retrouver ces décors étonnants. Première piste : Jacques Le Maho, archéologue réputé pour cette période qui a fouillé essentiellement en Seine-Maritime. Il y a dégagé les fondations du logis de Mirville, daté de la seconde moitié du XIe siècle. Ces fondations ont présenté une grande maison de bois de 17 mètres de long aux murs incurvés, comme la carène d’un bateau et donc à la toiture bombée, ce qui correspond parfaitement à la forme d’édifices présentés sur la Broderie de Bayeux (à tort qualifiée de “tapisserie”). Ainsi, document brodé et archéologie sont en accord quant à la structure des bâtiments, montrant un type d’architecture anglo-scandinave ; des fondations analogues ont été retrouvées en Angleterre et sont d’inspiration scandinave. Nous avons là une structure de bâtiment et pas encore un décor.
Autre piste : dans son Dictionnaire de l’Architecture, à la rubrique Maison, Eugène Viollet-le-Duc présentait un type de maison encore courant dans ce département de l’Eure jusque vers 1830 mais qui finit par disparaître vers cette époque, car considéré comme vétuste, pour être remplacé par des maisons de briques sans âme. Il en avait toutefois réalisé quelques croquis qu’il publie alors, sauvant de l’oubli ces constructions autrefois courantes et qui ont totalement disparu, témoignages d’un type de construction et surtout de décor d’origine scandinave. Nous avons là, en élévation les extrémités de faîtage d’un type qui a dû aussi orner les bâtiments comme ceux de Mirville, ce que nous confirme la Broderie de Bayeux.
Troisième piste, cette broderie, maintenant inscrite au patrimoine de l’UNESCO et qui est souvent présentée pour évoquer la vie quotidienne au XIe siècle. Effectivement, la Broderie de Bayeux a été étudiée sur (presque) toutes les coutures : histoire, construction navale, costume, outils, armement, etc. Mais, à notre connaissance, très peu sur le plan architectural. On s’est intéréssé à la représentation du Mont Saint-Michel, à la forme des toitures, mais quasiment pas à la structure et au décor des bâtiments. Leur aspect très coloré et baroque a probablement dérouté les analystes. En fait, de cette époque, il ne nous reste que des squelettes d’édifices. Nous savons que les monuments antiques étaient très colorés, de même que les édifices médiévaux, principalement du XIIe au XVe siècle. A partir de la Renaissance et surtout à l’âge classique, la monochromie s’impose dans la façade et les toitures ; notre œil n’est plus habitué à cette polychromie. De toute évidence, les hommes du XIe siècle devaient aimer la polychromie en architecture ; c’est justement ce qu’ex­prime, avec vigueur, la Broderie de Bayeux. Faîtages et épis de faîtage, toitures sont colorés. Les archéologues n’ont pas trouvé de tuiles vernissées avant le XIIIe siècle mais ils n’ont pas non plus retrouvé de vestiges d’autres types de couvertures pour le XIe siècle. Les formes architecturales semblent extravagantes, plus proches de “pa­godes chinoises” que de l’architecture plus “carrée” des périodes suivantes. Mais l’archéologie a dégagé dans le monde scandinave, anglais et normand, des bâtiments à murs et toitures con­vexes de type scandinave, comme nous l’avons vu. Par ail­leurs, nous possédons presqu’intactes des églises du XIIe siècle très proches de ce que montre la Broderie de Ba­yeux : les stavkirker norvégiennes. Ce que nous montre la Broderie de Bayeux, c’est une architecture anglo-scandinave alors acclimatée en Normandie, qu’il faut redécouvrir. Ce document exceptionnel, complété par les découvertes de l’archéologie, le croquis de Viollet-le-Duc et la comparaison avec les Stavkivker norvégiennes nous montre, pour le XIe siècle, des bâtiments de bois aux formes galbées aux faîtages très ouvragés et très colorés. Il faudrait un jour restituer un tel décor pour prendre conscience de son originalité et de son ambiance chaleureuse et baroque, aux antipodes du “buret à cochons”. Conjointement, il y a aussi une architecture de pierre héritée de la période carolingienne, du type de celle que nous retrouvons un peu plus tard, au début du XIIe siècle, avec la salle de l’Echiquier du château de Caen. Mais, là aussi, dans son état actuel, cette salle magnifique n’est qu’un “os blanchi”. Sa toiture était de toute évidence consitutée de tuiles vernissées ou de bardeaux peints et non de la triste ardoise non utilisée (ou tout au moins sous cette forme) à cette époque. Une toiture en ardoise moderne sur un tel monument est un grossier anachronisme, au pire de l’épaisse ardoise de Caumont mais pas ça. La façade était probablement peinte, comme l’étaient celles des églises.
 
Tapisserie de Bayeux colonnes
 
• Sur la Broderie de Bayeux, alors que  sont construits et lancés les navires  destinés à la conquête de l’Angleterre, ceux-ci sont amenés près d’une galerie sur la côte. Elle présente trois arcades en plein-cintre, surmontées d’un toit à quatre pans. (Avec l’aimable autorisation de la Ville de Bayeux.)
Reconstitution galerie Tapisserie de Bayeux
 
• Reconstitution graphique de cette galerie représentée à la scène 33 de la Broderie de Bayeux. Cette galerie de bord de mer devait être en bois peint avec toiture recouverte de tuiles vernissées. (Réalisation G. Bernage/Mise en couleurs Erik Groult.)
 


lanternons• Les lanternons sont très fréquents sur les toitures des bâtiments présents sur la Broderie. D’après leurs positions, il s’agit de toute évidence de lanternons placés au-dessus des foyers centraux et de points d’évacuation des fumées. A cette époque, les conduits de cheminée étaient encore peu répandus. Les foyers étaient souvent ouverts au centre de la pièce, la fumée s’échappant  par un orifice souvent placé au-dessus de ce foyer. Mais les pluies violentes pouvaient se déverser par ces vastes trous béants et noyer les foyers, d’où la nécessité de ces lanternons pour les protéger de la pluie.
Au XIIe siècle, cet usage se prolongera avec des souches de cheminées en pierre coiffées d’un chapeau protecteur, la fumée s’échappant par des trous  latéraux, vestiges de ces lanternons qu’il faut imaginer au-dessus des toitures. La fumée avait aussi l’avantage de tuer les insectes qui pouvaient se loger dans les charpentes. Nous voyons ici (a) le lanternon coiffant le palais du  duc Guillaume. Il est muni de deux évents latéraux qui pourraient sembler “exotiques” mais qui correspondent bien au style des églises en bois scandinaves. Le palais de Harold (b) est muni d’un anternon semblable mais sans évents. Par contre, la toiture du palais royal de Londres est munie, sur deux scènes, de trois lanternons, démontrant sa taille par   la présence de plusieurs foyers. Les trois châteaux de bois bretons présents sur la Broderie ont été étudiés pour leur architecture militaire. Nous étudierons  ici, le logis de bois se trouvant au centre de celui de Dinant (c). Sa structure  rappelle celle des églises en bois norvégiennes avec quatre poteaux entraux entourés de bas-côtés (voir le croquis de stucture). La toiture est bombée, ce qui assure une meilleure  résistance au vent. Le faîtage décoré se termine par des palmettes. La toiture est percée de lucarnes permettant à la  fumée de s’échapper. (Restitutions de Georges Bernage.)
 
pavé médiéval pavé dragon
carreaux médiévaux pavés médiévaux

pavé XIe siècle

Et le décor intérieur ? Tout d’abord le sol. Les bombardements de 1944 ont dégagé à Lisieux des pavages du XIe siècle. Il en a été retrouvé d’autres à Rouen (voir illustrations), dans un contexte religieux. Mais on sait que décor des églises et des palais utilisaient souvent les mêmes formules. Donc ici, point de terre battue mais des pavages colorés. Sur les murs étaient accrochés des toiles brodées du type de la Broderie de Bayeux mais ces murs étaient recouverts d’un décor peint. Il pouvait être à base de décor végétal comme celui qu’on retrouve sur les manuscrits du Mont-Saint-Michel mais aussi, sous forme peinte, des scènes comme celles de la Broderie de Bayeux. Les bandeaux décoratifs pouvaient être du style de ceux de cette broderie. Le mobilier pouvait aussi être somptueux. Pour les édifices religieux du Saint Empire, nous connaissons de belles couronnes de lumière qui devaient avoir leurs analogues sous nos cieux. Tentures et meubles pouvaient être très beaux, nous en avons un aperçu sur la broderie de Bayeux. Pour le XIIe siècle, nous avons déjà présenté dans Patrimoine Normand quelques beaux exemples de bâtiments, à Lillebonne ou à Rouen. Nous espérons avec ces quelques pages vous avoir entrouvert les “portes du temps”…

Tour de Londres


• La Tour de Londres, édifiée à la fin du XIe siècle, à la fois donjon et palais - maquette. (Musée de Normandie.)
 

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 77
, Printemps 2011)


 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Le savoir-faire des enlumineurs

Publié le : 3 janvier 2017   Le savoir-faire des enlumineurs Artistes du fond des âges Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Stéphane William Gondoin Jusqu’au 19 mars 2017, le musée de...

 

Héritage Normand à Hastings

Publié le : 03 janvier 2017   Héritage Normand à Hastings Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Damien Bouet Il y a 950 ans, l’Angleterre devenait normande. Le dernier roi saxon venait de mourir et laiss...

 

Nobles normands - Quatre destins, du Moyen Âge à la Révolution

Publié le : 03 janvier 2017   Nobles normands  Quatre destins, du Moyen Âge à la Révolution Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Laurent Ridel Au Moyen Âge, les nobles seraient ceux qui comb...

 

Mors et art équestre au lendemain du Moyen Âge

Publié le : 18 octobre 2016   CHEVAL EN NORMANDIE Mors et art équestre au lendemain du Moyen Âge Extrait Patrimoine Normand N°99 Par Thierry Georges Leprévost Le succès de nos c...

 

Historial Jeanne d’Arc - L’épopée de la Pucelle

Publié le : 18 octobre 2016   Historial Jeanne d’Arc L’épopée de la Pucelle Extrait Patrimoine Normand N°99 Par Stéphane William Gondoin Avec le roi Louis XIV et l&r...

 
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas