Patrimoine Normand magazine

 





Ornithologie : réserve de la mare de Vauville

Reserve de la mare de Vauville

Ornithologie
Réserve de la mare de Vauville


Extrait Patrimoine Normand N°11
Par le Groupe Ornithologique Normand



Historique et présentation


Située au nord-ouest du Cotentin, la réserve naturelle de Vauville est limitée au nord par le massif granitique du nez de Jobourg et au sud par celui de Flamanville. D'une surface de 44,5 hectares, la réserve se divise en deux grands ensembles constitués d'un cordon dunaire littoral, d'orientation nord-sud, et d'une zone humide sublittorale.
Le site de Vauville est probablement l'un des plus beaux sites français à découvrir : du haut des dunes perchées, les mares apparaissent à vos pieds, cernées et leur ceintures de roseaux, séparées de la mer par le cordon dunaire.
La dune sur toute la bordure ouest de la réserve n'est pas très élevée et culmine à une quinzaine de mètres en quelques endroits. La zone humide principale est constituée d'une mare permanente d'eau douce entourée d'une végétation palustre abondante. Grâce à la gestion du GONm et aux mesures de protection du cordon dunaire, les menaces qui pesaient sur lui semblent désormais moins graves et la mare (d'eau douce) ne craint plus l'nevahissement par la mer. 
La réserve est essentiellement une propriété privée et partiellement une propriété communale. Ancienne réserve libre de la SEPNB, la mare de Vauville est devenue, en 1976, une des premières réserves naturelles françaises, sa gestion est confiée au GOMn (Groupe Ornithologique Normand).
Le statut de réserve naturelle permet une protection efficace des habitats et donc de la flore et de la faune grâce à la présence permanente d'une conservateur qui en assure le gardiennage et le suivi scientifique.
Pour découvrir le site, des animations vous sont proposées très fréquemment. Pour tous renseignement sur la réserve naturelle de la mare de Vauville, rendez-vous www.gonm.org


Intérêt naturaliste

La flore

Elle représente l'un des attraits de ce site avec sept espèces protégées au niveau régional et trois au niveau national. Au total, 318 espèces et plantes supérieures ont été recensées au cours de ces dernières années. De plus, certains groupement floristiques, rares en Normandie, y sont bien représentés.

Les animaux

La diversité des milieux rencontrés (dune, pannes, humides, prairies inondables, roselières...) permet de plus à une microfaune abondante de se développer. Que ce soient les insectes, la présence d'un grand nombre de libellules en est la meilleure preuve, les mollusques ou encore les annélides, leur rôle dans la chaîne alimentaire est capital, et n'est pas étranger à la présence de si nombreux amphibiens.
En effet, le groupe des amphibiens est le plus souvent un peu oublié des inventaires, alors qu'il reflète parfaitement la qualité d'un milieu : quatorze espèces et deux hybrides ont été répertoriées, plaçant la réserve de Vauville au premier rang des réserves naturelles de France : au niveau national 32 espèces sont connues, la réserve en compte donc la moitié !

Bouscarle de Cetti
Bouscarle de Cetti

Grèbe  castagneux Les oiseaux

Avec plus d'une trentaine d'oiseaux nicheurs et 116 espèces observées de 1986 à 1994, la réserve est donc un site ornithologique intéressant et ce, d'autant plus, que les autres palns d'eau sont rares et les dunes "vierges" le sont encore plus.
Les grandes étendues d'eau douce offrent un lieu d'accueil de premier choix pour certaines espèces  telles le grèbe castagneux (plus de dix couple, en général), le canard colvert, les fuligules milouin et morillon (pour cette dernière espèce, la réserve est le principal site normandde nidification), le busard des roseux, le foulque macroule (qui est le nicheur le plus abondant avec une cinquantaine de couples), les fauvettes aquatique, ...
Vanneau huppéLes pannes humides (depressions humides entre les dunes) sont le domaine du vanneau huppé, de la bergeronette flavéole.
La plage accueille deux espèces de gravelots nicheur (le gravelot à collier interrompu et le très rare grand gravelot), les dunes sont le domaine de l'alouette des champs, du pipit farlouse, du traquet pâtre et, en migration, du traquet motteux. La réserve est le plus un site d'hivernage et une zone de migration pour certains canards et de limicoles.



Réserve de Vauville

 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Jardin des plantes de Coutances

Publié le : 2 juillet 2017   Jardin des plantes de Coutances (© Rodolphe Corbin). JARDIN EN NORMANDIE Coutances en Cotentin : l’éclectisme du Second Empire...

 

Le carnaval de Granville entre à l’UNESCO

Publié le : 03 janvier 2017   Le carnaval de Granville entre à l’UNESCO Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Claire Cartier À la veille de célébrer sa 143e édition, qui aura lieu du...

 

Aéronavale dans les environs de Cherbourg de 1914 à 1918

Publié le : 03 janvier 2017   L’aéronavale dans les environs de Cherbourg de 1914 à 1918 Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Louis Guillotte En 1914, l’Europe est entraînée dans l&r...

 

Maîtres verriers de Coutances

Publié le : 16 août 2016   Histoire en images Les maîtres verriers de Coutances Extrait Patrimoine Normand N°98 Par Stéphane William Gondoin La cathédrale de Coutance...

 

Sel en Normandie - Une histoire poivrée !

Publié le : 16 août 2016   Le sel en Normandie Une histoire poivrée ! Extrait Patrimoine Normand N°98 Par Laurent Ridel Leur taille minuscule est sans rapport avec leur importance. Les cris...

 
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas