Flash Player pas à jour

 
 
 
ABONNEZ VOUS !    
 
 
Accueil | A propos du mag' | Contactez-nous | Nos auteurs | Index Articles PN | Boutique | Abonnement | Agenda | Actualité |       Facebook Twitter Flux Rss

 

seconde guerre mondiale normandie
SECONDE GUERRE MONDIALE
EN NORMANDIE
Feuilleter Normandie 44

 

 



 

 



 


Normandie Tourisme
 

La Manche

Calvados

Orne

Seine-Maritime

Eure

Châteaux en Normandie

Jardins normands


Histoire Normandie


Normandie gallo-romaine

Vikings en Normandie

Moyen-Age

Seconde Guerre mondiale en Normandie


Tradition Normandie


Faune de Normandie

Plantes en Normandie
Arbres en Normandie

Ornithologie

Architecture

Mobilier normand


Normandie Terroir
 

Produits du terroirs normand

Cuisine normande


Normandie Culture
 

Costumes traditionnels normands

Littérature Normandie

Langue Normande

Musique Normande

Jeux traditionnels normands

 







agenda culturel normandie

Agenda Agenda pour vos sorties culturelles en Normandie. Cliquez ici.


Flash Player pas à jour


 

*ABCDEFGHIJLMNOPQRSTUVYZ

La Mère Poulard : la dame du Mont Saint-Michel


La mère poupard

La belle histoire d'Annette Poulard
La dame du Mont Saint-Michel


Extrait Patrimoine Normand N°04
Par Edith Rebillon
  1. Directrice des Hotels et des restaurants la Mère Poulard

 

Annette Poulard faisant cuire l'omelette dans la cheminée de l'hôtel.

En 1872, le mont Saint-Michel retrouve ses lettres de noblesse, la fin d'un règne carcéral de cinquante années et la mise sous tutelle des monuments historiques. Édouard Corroyer, architecte en chef des monuments historiques se voit confier la charge de restaurer l'abbaye du mont Saint-Michel. Entreprise considérable car tout était à refaire. Pour étudier le monument, dresser le plan de restauration et diriger les premiers travaux, Monsieur Corroyer doit faire des séjours fréquents et prolongés au mont Saint-Michel. Il emmenait sa femme, sa fille et sa servante, Annette Boutiaut. C'est au cours de l'un de ces voyages d'études qu'Annette Boutiaut rencontra un fort joli garçon du pays : Victor Poulard, fils aîné du boulanger. Le charretier et la charrette à chevaux qui, à travers la baie, emportaient ces quatre étrangers vers le Mont Saint-Michel ne pouvaient s'imaginer que tous allaient jouer un rôle si incroyable et si décisif. Il leur faudrait leurs vies. Mais leurs noms, leurs actions, et l'époque même, tout se conjugué pour que ce cocktail aussi étrange qu'imprévisible fasse rayonner aux quatre coins du monde ce mont Saint-Michel qui s'était endormi, oublié et terni.

 
Victor Poulard dont le nom va devenir célébre...
Voici l'histoire où des personnages, aussi fous que le Marquis de Tombelaine, sorti tout droit d'un livre de légendes, aussi illustre que Clémenceau ou Léopold II se sont croisés. Tous ont aimé la "Mère Poulard ".
Voilà pourquoi, moi qui ai dirigé son hôtel et son restaurant pendant plus de quatre années, j'ai envie aujourd'hui de vous raconter son histoire... Que seule la vie pouvait inventer.
Annette est une adorable fille de 21 ans quand elle arrive au mont Saint-Michel, brune aux yeux clairs, elle a ce charme des gens simple pour qui la vie est évidente : seul le travail est important. Droite, honnête, très intelligente... Elle accompagne donc ses patrons dans cet étrange voyage.
Ils furent subjugués par cette énorme forteresse noire qui se découpait dans cette baie grise et froide : la digue n'existait pas encore. Perdu entre le ciel et la mer, le mont Saint-Michel donnait à cette époque une impression des plus austère.
Pour traverser cette baie, on empruntait une charrette tirée par des chevaux. Un "pique sol" vérifié la solidité du passage. Les sables mouvants changeaient de place constamment. La force des marées, le vent, les sables commandait l'aide d'un spécialiste. La peur, le vent, le froid, tous ces désagréments, Annette saurait s'en servir plus tard.


Vue générale du mont Saint-Michel. 1872 - Delmaet, Hyacinthe-César.

 
Mais le mont Saint-Michel réserve bien des surprises à nos voyageurs. Pour Edouard Corroyer ce sera un amour fou pour ce monument qu'il appel si affectueusement : Mon Saint-Michel. Et il y a aussi Victor Poulard, enfant du pays, blond aux yeux si clairs, robuste, charmeur, fils du boulanger, qui, un jour de grande marée, avait pris dans ses bras la belle Annette pour l'aider à descendre de la baquet qui reliait le continent.
Les Corroyer étaient des gens bons et... pratiques. Devant l'idylle naissante d'Annette et Victor et de fréquents voyage, la réalité était toute simple : aucun endroit n'était digne d'accueillir la famille Corroyer. Il faut dire qu’à l'époque le tourisme n'existait pas. Seuls les Montois,  pécheurs de crevettes et le familles de bagnards fréquentaient le Mont Saint-Michel et maintenant ces derniers avaient dû aussi déserté la forteresse. Les Corroyer savaient qu'ils devaient passer beaucoup de temps au Mont Saint-Michel. La tâche était rude, les années carcérales avaient irrémédiablement abîmé l'architecture, cloisonné des salles, détruit les fresques et il n'y avait eu aucun entretien depuis des années. L'idée d'aider Annette et Victor à s'installer est donc venue tout naturellement à ces érudits qui fréquentaient ces milieux très parisiens et très protégés. Rien que de plus simple alors d’inviter leurs amis à découvrir cet endroit fou et magique où les pèlerins étaient encore dans toutes les mémoires mais n’avait pas repris leur bâton.
 
Emplacement de l'Auberge
la " Teste d'or " à l'époque. 
Voici comment, avec l'aide de ses patrons et amis, Annette et Victor ouvrit donc l'auberge "Teste d'Or" (à l'emplacement actuel de la poste). Rapidement dans les salons de Paris, toujours à la recherche de nouveaux endroits à découvrir et grâce aux relations de Corroyer, l'affaire devint très vite prospère. Mais l'argent n'attire pas toujours le bonheur et souvent décuple la jalousie. Le frère de Victor, voyant "la belle affaire" et propriétaire de l'endroit, expropria Annette et Victor pour reprendre à son comte l'Auberge "Teste d'Or". Devant tant de difficultés, Annette réagit très violemment. Econome (elle avait d'ailleurs appris à lire et à compter pour tenir son affaire) et ayant maintenant suffisamment d'argent après avoir rembourser les Corroyer, elle décide de construire son hôtel.
Elle acheta les première maisons à l'entrée du Mont Saint-Michel, déjà dans un souci d'être "les premiers en arrivant", en restaurant l'une et détruisant l'autre, qui menaçait ruine. Sur l'emplacement de cette dernière, elle créa la salle du restaurant ainsi que son hôtel. C'est l'hôtel restaurant d'aujourd'hui avec ces grandes baies (révolutionnaires pour l'époque).
La salle du restaurant de l'hôtel Poulard laisse apparaître le roc apparent du Moyen-Age

La roche du mont Saint-Michel ornait déjà la salle du rez-de-chaussée ainsi qu'une superbe cheminée qu'Annette aimait tant car c'était bien sûr elle qui faisait la cuisine au feu de bois. A l'heure de la retraite, elle irait jusqu'à faire reconstruire dans sa maison " l'Hermitage " dans le Mont Saint-Michel, la copie exacte de sa cheminée dans sa chambre (ca sera le seul grand luxe qu'elle voulut bien s'offrir de toute sa vie).
 Et pourquoi l'omelette me direz-vous ?
Rappelez-vous les premières impressions d'Annette lors de son arrivée ; le froid, la peur de traverser cette baie pour un seul résultat : la faim "énorme" à la mesure de ces émotions. Annette possède sur le  "continent" une gentilhommière qu'elle appelait "ma campagne" qui se trouvait à l'emplacement actuel du super hôtel "Le Relais Saint-Michel " avec cette vue aussi incroyable que splendide sur le Mont Saint-Michel : "la plus belle vue de la baie, disait-elle". Et elle avait raison !
L'omelette était la chose la plus simple, la plus rapide à faire. Des enfants prévenaient toujours Annette de l'arrivée d'éventuels voyageurs. Les marées ponctuaient sa vie et Annette battait ses œufs. Ce n'était à l'époque qu'une amuse-bouche pour faire attendre le poulet à la broche ou le civet de lièvre... Mais, Dieu qu'elle est bonne cette omelette.


omelette mère poulard - préparation
On fait toujours l'omelette au feu de bois dans la grande cheminées de granit de l'hôtel Poulard. Mais la préparation et la façon de battre les oeufs reste le secrets de la maison.

Devant les sourires ravis de ces rencontres d'un jour avec la bonne humeur, les yeux rieurs, et la franche convivialité de la Mère Poulard, tout cela ne pouvait laisser un doux souvenir... Et qu'une envie de toujours revenir.

 

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 04)


 


A LIRE :
- Recette de l'omelette de la Mère Poulard

 

 


• Autres fiches pouvant vous intéresser :
Jeanne d'Arc et la Normandie : La pucelle devant ses juges
L'épopée éclair de Jeanne d'Arc
Jeanne d'Arc et la Normandie
Raie au cidre
Voyage de Louis XVI en Normandie


• Catégories liées :
mont saint-michel
la manche
cuisine normande
histoire


Commentaires sur cette fiche :

Aucun commentaire pour le moment
Page
Laissez un commentaire sur cette fiche :
Nom ou pseudo :
Notez cette fiche : /10
Commentaire :
Recopiez le caractère suivant dans le champ :
  (Obligatoire)

Les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits par les conditions d'utilisation du service. Vous pouvez être identifié(e) par votre adresse internet (54.147.250.33) si quelqu'un porte plainte.
 



Patrimoine Normand n92


PATRIMOINE NORMAND N°92

Feuilleter patrimoine normand

Panorama XXL - rouen 3


ABONNEZ-VOUS
et profitez d'uneoffre 
 exeptionnelle

-14%

4 numéros

24
au lieu de 27,80€

 S'ABONNER
 
 Acheter d'anciens numéros

ACTUALITÉS

SOUTENEZ PATRIMOINE NORMAND




 

 

Rubriques Patrimoine Normand

Michel de Decker
Cheval Normandie
cuisine normande
Deauville histoire
Illustres normands
Fondation du Patrimoine

 
J'EN PROFITE !
 
 

Espace Annonceurs 

  • Kit Média 2013
  • Tarifs Web

Pour votre sécurité, nous utilisons Paypal, la solution de paiement sécurisée du web, nous acceptons les cartes bancaires ci-dessous.
Pay Pal solution paiement
Livraison sous 48H avec La Poste


Livraison

Réseaux sociaux

  
 

PRATIQUE

PAtrimoine Normand
Les 3 Cours 
14220, Les Moutiers en Cinglais    par courriel
standard : 02 50 08 78 5



Patrimoine Normand Magazine