Patrimoine Normand magazine




Le château de Caen (IIe partie)

Une proposition de reconstitution de l`ensemble palatial du château de Caen vers 1204.  Document Ada Architecte, 2000.

Le château de Caen (IIe partie)
Extrait Patrimoine Normand N°85
Par Jean-Marie Levesque • Pascal Leroux


Dans notre précédent numéro (N°84) nous avions abordé les origines de la ville de Caen. Nous aborderons cette fois les caractéristiques du château et de son évolution au fil du temps.


Les remparts
 
Pour construire son château Guillaume le Conquérant utilise l’aplomb d'un éperon rocheux qui domine la vallée de l'Orne. Au nord, où il n'y a que des champs, la protection des lieux est assurée par un profond fossé creusé pour barrer le plateau calcaire. C'est là que se situe l'accès principal au château. Le pont qui enjambe le fossé débouche sur une solide tour-porte en pierre, que l'on doit traverser sous la surveillance des gardes. Les vestiges de cette construction ont été découverts lors des fouilles réalisées au cours des années 60 par Michel de Boüard. La voie empierrée qui traversait le passage couvert comporte de profondes ornières maintes fois comblées, creusées par les passages répétés des roues de charrettes. Au sud, un autre accès au château est attesté de façon certaine dès le XIe siècle. Toutefois, la pente du chemin qui y accède depuis la ville est telle, qu'aucun convoi n'a pu l'emprunter. Cet accès était certainement destiné aux seuls piétons qui pouvaient ainsi aller et venir du château à la ville. Aucune protection particulière n'assurait la défense de cette poterne, Guillaume ayant pris soin d'entourer Bourg le Duc d'un rempart ouvert par des portes fortifiées. Cette poterne du château facilement condamnable permettait certes d’ouvrir le refuge du château aux habitants du bourg mais aussi de limiter les communications avec une population éventuellement rebelle. De fait, il arrivera plusieurs fois dans l'histoire, que le château et la ville ne soient pas dans le même camp, mais rien de tel du temps du Conquérant.
Ce vaste espace de 5 hectares est enclos par un premier rempart qui a dû être construit progressivement en maçonnerie de pierre utilisant directement le matériau de construction extrait des fossés. On ignore tout de la conduite de ce premier chantier, mais il serait étonnant que les moines de Lanfranc n'y aient pas pris une grande part. Les chantiers des abbayes et du château ont aussi lancé le commerce transmanche de la pierre de Caen dans lequel les abbayes sont d'importants opérateurs. Et on peut observer que quand Guillaume passe en Angleterre, il se fait accompagner de spécialistes des grands chantiers dont certains ont pu faire leur apprentissage à Caen dans les années 1060. (...)
 

Dossier de 10 pages  :
Suite et fin de notre présentation historique du château de Caen.


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 85Printemps 2013)



 
 
 
 
 
EN KIOSQUE
Patrimoine Normand 104
N°104

Janvier-Février-Mars 2018 ABONNEZ-VOUS ! Et profitez d'une offre 
 exceptionnelle 

-40%

4 numéros

24
au lieu de 40,00€

Paiements boutique en ligne


LIBRAIRIE NORMANDE


ÉVÉNEMENTS