Patrimoine Normand magazine




Jean Gabin, paysan normand

abonnement magazine

Jean Gabin, paysan normand

Jean Gabin, paysan normand


Extrait Patrimoine Normand N°86
Par Thierry Georges Leprévost

Vue aérienne de la Pichonnière. Au fond, on aperçoit la Moncorgerie, la demeure quil a fait construire pour sa famille.

28 juillet 1962 : 700 agriculteurs surexcités envahissent la propriété de Jean Moncorgé, alias Jean Gabin, dans l’Orne. Ils lui reprochent de ne pas louer ses terres à ses voisins pour qu’ils les exploitent. Frappé au coeur de sa passion pour l’élevage, l’acteur ne s’en remettra jamais.
 

Le coup avait été monté avec minutie. À 4 heures et demie du matin, le reflet des phares dans l’armoire à glace éveille le régisseur de La Pichonnière, la ferme de Jean Gabin. Il va à la fenêtre et, comprenant immédiatement de quoi il s’agit, prévient les employés en leur disant de protèger les chevaux, et traverse les herbages pour réveiller Gabin qui est seul dans sa maison, sans sa famille.
Pendant ce temps, les manifestants remontent le chemin. La propriété est cernée, les lignes téléphoniques coupées. Comme dans une scène de western, conduits par un certain Pottier, qui possède 70 ha de bonne terre, douze meneurs syndicaux escaladent les murs et pénètrent dans la demeure où le maître des lieux les attend. Celui-ci désigne ses biens par un mouvement du bras. Il est cinq heures, le jour commence à poindre sur la Pichonnière.
— Vous voyez, Messieurs, leur dit-il, vous avez ici quarante ans de boulot. Si vous voulez tout casser, allez-y !
Le ton est ferme, la réplique digne de l’un de ses films, mais la scène n’a rien d’une comédie. 
— Ouais... se défendent-ils, on n’est pas venus pour ça. Tu pourrais au moins payer ton café.

— Je m’excuse, je n’ai pas assez de sièges pour tout le monde.
Dehors, leurs acolytes s’attaquent aux plantations et à l’environnement. Les raisons de cette attaque ? Gabin est un cumulard, disent-ils. Ils veulent qu’il leur loue les terres qu’il a acquises au fil des ans. Les jeunes en ont besoin pour s’installer. La discussion va durer longtemps. Ces terres, il ne les a pas volées, il les a achetées deux à trois fois leur prix à d’autres agriculteurs trop heureux de s’en dessaisir. C’est un sol ingrat,   argileux, qu’il a amendé pendant des années, et maintenant, ils veulent le travailler ? Mais il le travaille, lui aussi, il ne s’amuse pas, ici, c’est une vraie exploitation agrico...


Il vous reste 85 % de cet article à lire
commander le magazine.


 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 86Eté 2013)


 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Illustre normand : Thomas Pesquet

‹ Retour à la rubrique "Illustres Normands"   ILLUSTRE NORMAND Thomas Pesquet (Né en 1978)   Extrait Patrimoine Normand N°102 Caricatures : Guillaume Néel Texte : Stéphane William...

 

Illustre normand : Guillaume Le Gentil de la Galaisière

‹ Retour à la rubrique "Illustres Normands"   ILLUSTRE NORMAND Guillaume Le Gentil de la Galaisière (1725-1792)   Extrait Patrimoine Normand N°102 Caricatures : Guillaume Néel Texte : St...

 

Alençon, ville gourmande

Publié le : 2 juillet 2017   Sur le marché d'Alençon. La pomme dans tous ses éclats pour Dominique Morineau (© Jean-Luc Péchinot). VILLE GOURMANDE ALEN&Cce...

 

Bourvil, artiste normand

Publié le : 2 juillet 2017   1917-2017 : le centenaire de Bourvil (© SWG). Bourvil Artiste normand Extrait Patrimoine Normand N°102 Par Stéphane...

 

Illustre normand : Louis Malet de Graville

‹ Retour à la rubrique "Illustres Normands"   ILLUSTRE NORMAND Louis Malet de Graville (1438-1516)   Extrait Patrimoine Normand N°101 Caricatures : Guillaume Néel Texte : Stéphane William...

 
 
 
 
 
 
EN KIOSQUE
Patrimoine Normand 106
N°106

Juillet-Août-Septembre 2018

LIBRAIRIE NORMANDE

 

ÉVÉNEMENTS