Accueil | À PROPOS | CONTACT | NOS AUTEURS | INDEX ARTICLES | ANCIENS NUMEROS | ABONNEMENT | AGENDA | LIBRAIRIE | ACTUALITE  | PUBLICITE |  


 

 
 

 

 



Inscrivez vous à notre Newsletter et recevez régulièrement un point sur toute notre actualité
Drapeau normand
*ABCDEFGHIJLMNOPQRSTUVYZ

1940, l'année terrible



abonnement magazine

Invasion de la France 1940

1940, l'année terrible


Extrait du Hors Série Normandie 44
Par Stéphane William Gondoin

Mai 1940. Voilà huit mois que le Royaume-Uni et la France sont officiellement en conflit avec l'Allemagne d'Adolf Hitler. Une guerre étrange, sans grand affrontement direct entre les puissances belligérantes, que les Britanniques nomment volontiers the phoney war et les Français drôle de guerre. Le calme avant la tempête.

 

Lorsque les troupes du IIIe Reich franchissent la frontière polonaise, le 1er septembre 1939, le Royaume-Uni et la France lui déclarent la guerre. Débute sur le front de l’ouest un étrange face à face, sans affrontement d’envergure. Le conflit débute véritablement le 10 mais 1940 par un assaut allemand foudroyant sur les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Les armées françaises et britanniques sont d’abord attirées dans un piège, puis bousculées et emportées par la tourmente. Les panzers déferlent alors sur le nord de la France, puis filent vers la Normandie. Ils sont à Rouen le 9 juin, enferment le lendemain des milliers de soldats alliés à Saint-Valéry-en-Caux, pénètrent au Havre le 13. Des villes comme Caudebec-en-Caux ou Yvetot sont pratiquement rayées de la carte. Des centaines de milliers de réfugiés fuient sur les routes ou par bateau… Les stukas allemands n’ont aucune pitié pour ceux qui participent à l’exode, coulant notamment le cargo Niobé en baie de Seine, avec plus de 800 personnes à son bord.

Le 17 juin, le maréchal Pétain prend les commandes de ce qui reste du pays et la Wehrmacht continue sa progression : Caen tombe le 18, Cherbourg le 19. Dans Mein Kampf, Adolf Hitler affirmait en 1925 qu’il " faut se rendre enfin clairement compte de ce fait : l’ennemi mortel, l’ennemi impitoyable du peuple allemand est et reste la France ." Il prophétisait comme inévitable " une explication définitive avec la France ". Cette France, elle est désormais à genoux : le 22 juin, l’armistice est signé.
 

Visionnez la vidéo "Die Deutsche Wochenschau 27/1940" sur le site de l'ECPAD.  La campagne de France vue par la propagande du IIIe Reich. On recherche avant tout  à mettre les symboles en évidence : Strasbourg « vielle ville allemande » qui revient dans le giron germanique, de même que Metz ; la Wehrmacht à Verdun avant de défiler sur l'avenue Foch, à Paris, avec à l'arrière-plan l'Arc de triomphe ; et bien sûr la clairière de Compiègne, avec un Hitler triomphant devant la statue de Foch et le général Huntziger laissé au garde-à-vous dans le wagon de 1918...

Normandie 1940 seconde guerre mondiale


• Autres fiches pouvant vous intéresser :
Grand Bunker de Ouistreham : le musée du Mur de l’Atlantique
Magie de la 3D - Les grands monuments normands ressuscités !
Musée du Débarquement d'Utah Beach
Rétrospective du 70e anniversaire du débarquement en Normandie
Restauration d’un char de la Libération


• Catégorie liée :
seconde guerre mondiale


Commentaires sur cette fiche :

Aucun commentaire pour le moment
Page
Laissez un commentaire sur cette fiche :
Nom ou pseudo :
Notez cette fiche : /10
Commentaire :
Recopiez le caractère suivant dans le champ :
  (Obligatoire)

Les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits par les conditions d'utilisation du service. Vous pouvez être identifié(e) par votre adresse internet si quelqu'un porte plainte.
 
J'EN PROFITE !
 
 

Espace Annonceurs

CLIQUEZ ICI

Pour votre sécurité, nous utilisons Paypal, la solution de paiement sécurisée du web, nous acceptons les cartes bancaires ci-dessous.
Pay Pal solution paiement
Livraison sous 48H avec La Poste


Livraison

Réseaux sociaux

  
 

PRATIQUE

PAtrimoine Normand
Les 3 Cours 
14220, Les Moutiers en Cinglais    par courriel
standard : 02 50 08 78 5