Patrimoine Normand magazine

 





Vire, un cimetière historique à sauvegarder

Publié le : 13 juillet 2006

Vire - Cimetière des Ursulines

Cimetière des Ursulines 
VIRE, un cimetière historique à sauvegarder


Extrait Patrimoine Normand N°59
Par François Lévêque

L’hôpital de Vire envisage la création d’un service destiné à prendre en charge les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer, ce qui est on ne peut plus louable. Cette création nécessitera une construction qui devra empliéter fortement sur le cimetière des Ursulines, cimetière parfaitement entretenu, composé de tombes anonymes sur lesquelles sont posés des crucifix et de monuments funéraires, ceux-ci situés autour d’un calvaire. Actuellement, 15 à 20 tombes reçoivent, encore, la visite de parents. Ce cimetière daterait de la moitié du XVIIe siècle, la dernière inhumation remontant à une vingtaine d’années. Il est prévu de relever la majorité de ces sépultures et de transférer ce que l’on retrouvera dans une fosse commune située, non pas dans la partie qui sera en principe préservée, mais dans un des cimetières communaux.
A l’origine les Ursulines, sous l’impulsion de mademoiselle du Rosel, fille du seigneur de Vaudry, achetèrent les bâtiments dits de la Courtorenge, destinés à recevoir des jeunes filles qu’elles étaient chargées d’éduquer. Le succès de leur éducaiton fut très grand. Vers, 1697, le cimetière accueillait les premières religieuses. Sous la révolution elles durent abandonner les lieux.
En 1803, autre destination, les Dames de St. Louis. Malades, vieillards, blessés y sont soignés, les orphelins recueillis. Ce lieu est, de nos jours, une maison de reetraite modèle. Les « Hospitalières de Notre-Dame de la Charité de Lisieux et de Vire » seront présentes jusqu’en 1995. Reposent notamment dans ce cimetière l’abbé Félix Constant Dolé, mort en 1864, fondateur du petit séminaire. Ayant rejoint l’hospice St-Louis, il fera décorer, par le peintre Crevon, le dôme de la chapelle et installer un orgue « Cavaillé-Coll », grâce à la générosité de mademoiselle Polinière. Son ami et successeur, l’abbé Guernier, le rejoindra en 1906. Il faut citer madame Genevière-Marie Picard, supérieure de 1829 à 1859, dont la tombe est surmontée d’une dalle posée sur deux supports, le tout en granit. Elle fit relever le calvaire. Lui faisant face, la tombe de sa sœur dont l’emplacement est marquée d’une croix, également en granit, croix partie d’un alignement du plus bel effet.
Suite à un récent entretien avec le directeur de l’hôpital et à ses paroles rassurantes, peut-on espérer voir s’ouvrir une concertation très large pour sauvegarder et le souvenir et le patrimoine que renferme ce lieu et améliorer ce qui est prévu.


Association pour la sauvegarde du Patrimoine Cultuel et Art sacré du Calvados
Présidente :
Mme Fançoise Lévêque
Les Bois
14140, LA CROUPTE
Téléphone : 02 31 32 20 54
 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Randonnée à Villers-sur-Mer

Publié le : 2 juillet 2017   Les falaises des Vaches Noires, hérissées de pics et creusées de ravins (© Julien Boisard). À vos marques, prêts, randonnez !...

 

Abbaye Saint-Nicolas – Verneuil-sur-Avre

Publié le : 2 juillet 2017   Les bâtiments de l’abbaye Saint-Nicolas s’articulent autour du cloître (© Eye-Eure-Productions). Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-d’A...

 

Chrismale de Mortain

Publié le : 2 avril 2017   Le Chrismale de Mortain (© office de tourisme du Mortainais). Le Chrismale de Mortain Extrait Patrimoine Normand N°101 Par St&eacu...

 

Grand Bunker de Ouistreham : le musée du Mur de l’Atlantique

Publié le : 31 mars 2017   Le musée attire chaque année de nombreux vétérans avec leur famille, des reconstitueurs passionnés et des militaires des pays alliés (© Grand Bunker)....

 

Honfleur : les trois jardins

Publié le : 03 janvier 2017   Honfleur en Auge Les trois jardins Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Thierry Georges Léprévost Honfleur évoque l’estuaire et le pont de Normandie, la pêche...

 
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas