Accueil | À PROPOS | CONTACT | NOS AUTEURS | INDEX ARTICLES | ANCIENS NUMEROS | ABONNEMENT | AGENDA | LIBRAIRIE | ACTUALITE  | PUBLICITE |  


 

 
 

 

 



Inscrivez vous à notre Newsletter et recevez régulièrement un point sur toute notre actualité
Drapeau normand
*ABCDEFGHIJLMNOPQRSTUVYZ

Journal de bord ma Normandie Bleue - n°102



abonnement magazine

Publié le : 03 juillet 2017

MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES.

Journal de bord ma Normandie Bleue - n°102
La Normandie des illuminés


Extrait Patrimoine Normand N°102
Par Michel de Decker

Entre le juge caennais qui rendait la justice dans son lit, le pittoresque musicien de Verneuil-sur-Avre inventeur des philharmoniques, le châtelain drag queen de Balleroy, le curé amoureux de sainte Thérèse de Lisieux, les candidats fantaisistes aux présidentielles ou l’abbé qui élevait des poules d’eau dans les bénitiers de son église, la Normandie a souvent abrité d’étonnants illuminés, de sympathiques loufoques…
 

DU HELLAIN ET DU BOULLEY
      
                    
Aujourd’hui, dans l’arrondissement de Bernay, et plus précisément dans le canton de Cormeilles, il existe une charmante commune de quelque 230 âmes, arrosée par un ruisseau baptisé le douet de la Belle-Herbe. Elle se nomme le Bois-Hellain. Autrefois, c’est-à-dire au début du XIXe siècle, il existait, à Caen, un monsieur du Hellain qui exerçait le métier de juge de paix. Et, à vrai dire, ce juge normand excellait dans la fonction, car ce qu’il recherchait avant tout et par-dessus tout, c’était bien la paix. Pas la paix entre toutes les nations, certes non, il n’avait pas cette ambition, il souhaitait simplement qu’on lui fichât la paix ! Il en était en effet venu à aimer le repos au point de ne plus quitter son lit. C’est donc à son chevet qu’il convoquait les plaideurs, c’est sous l’édredon qu’il consultait leurs dossiers, c’est adossé à son oreiller qu’il écoutait leurs doléances et qu’il jugeait leurs causes, c’est enfoncé sous les draps qu’il rendait son verdict. Son lit était devenu son bureau, le véritable centre de sa vie ! Ah ! la belle époque où l’historien normand Léopold Delisle, né à Valognes en 1826, tombait en arrêt devant une sculpture représentant la Justice et la Paix en train de s’embrasser. À cette occasion d’ailleurs, notre Valognais qui fut directeur de l’École des chartes et administrateur général de la Bibliothèque nationale, n’avait pu s’empêcher de dire en souriant : « Elles s’embrassent pour se dire adieu car elles ne se reverront ja...

 

Il vous reste 87 % de cet article à lire
commander ce magazine.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 102, Juillet-Août-Septembre 2017)


 

• Autres fiches pouvant vous intéresser :
Journal de bord ma Normandie Bleue - n°101
Journal de bord ma Normandie Bleue - n°100
Journal de bord ma Normandie Bleue - n°99
Journal de bord ma Normandie Bleue - n°98
Journal de bord ma Normandie Bleue - n°97


• Catégorie liée :
journal de bord de ma normandie bleue


Commentaires sur cette fiche :

Aucun commentaire pour le moment
Page
Laissez un commentaire sur cette fiche :
Nom ou pseudo :
Notez cette fiche : /10
Commentaire :
Recopiez le caractère suivant dans le champ :
  (Obligatoire)

Les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits par les conditions d'utilisation du service. Vous pouvez être identifié(e) par votre adresse internet si quelqu'un porte plainte.
 
J'EN PROFITE !
 
 

Espace Annonceurs

CLIQUEZ ICI

Pour votre sécurité, nous utilisons Paypal, la solution de paiement sécurisée du web, nous acceptons les cartes bancaires ci-dessous.
Pay Pal solution paiement
Livraison sous 48H avec La Poste


Livraison

Réseaux sociaux

  
 

PRATIQUE

PAtrimoine Normand
Les 3 Cours 
14220, Les Moutiers en Cinglais    par courriel
standard : 02 50 08 78 5