Patrimoine Normand magazine

 





Bergame s'expose à Caen

Le Grand Canal de Venise vu du palais Balbi, de Giovanni Antonio Canal,

Bergame s’expose à Caen


Extrait Patrimoine Normand N°75
Par Thierry Georges Leprévost

Un événement esthétique à Caen : les plus belles pièces de l’Accademia Carrara de Bergame au Musée des Beaux-Arts ! 67 artistes pour 80 chefs d’œuvre du XVè au XVIIIè siècles. A l’honneur : Bellini, Boticelli, Guardi. 

Depuis l’Antiquité, l’Italie et la Normandie ont toujours noué des liens privilégiés. Il y eut la conquête et l’occupation romaines, puis la constitution des duchés et royaumes normands en Italie du Sud et en Sicile, bouleversements qui ont donné lieu à de durables  échanges économiques et culturels. Enfin, le Quattrocento a préfiguré notre Renaissance du XVIè siècle.  Ces dernières années, le Musée de Normandie n’a pas manqué d’organiser des manifestations autour de la saga des Hauteville du Cotentin ; pour sa part, le Musée des Beaux-Arts n’est pas en reste, ses collections permanentes comprennent un remarquable fond de peinture italienne, dont des œuvres majeures telles que le Saint-Jacques de Cosmè Tura, la Sainte-Catherine de Taddeo di Bortolo, ou le célèbre triptyque de Cima da Conegliano. Autant dire que cet été, l’apport temporaire de peintures des écoles florentine, vénitienne et bergamasque, ou encore flamande et néerlandaise, constitue un appréciable flot d’enrichissement du patrimoine culturel caennais pour la durée de l’exposition ! C’est en 1796 que naît le comte lombard Giacomo Carrara, qui fonde à sa mort l’Accademia Carrara destinée à conserver et mettre en valeur les œuvres d’art acquises au cours de sa vie. Enrichie par ses successeurs, la collection rassemblée à Bergame compte aujourd’hui plus de 1800 pièces. Triées sur le volet, celles qui sont prêtées à Caen représentent le summum de l’art pictural italien depuis le Quattrocento. Des artistes comme Caselli, Boselli, Zucco ou Nazzari rencontrent pour la première fois les cimaises de France. L’exposition s’articule autour de quatre temps forts : la tradition du retable à Bergame aux XVè et XVIè siècles ; la collection Morelli constituée au XIXè (peintures d’Italie, Flandres et Pays-Bas) ; l’art du portrait (images de la réalité, parfois dans toute leur cruauté) ; enfin, Venise au XVIIIè siècle, une société en spectacle. Cette présentation en France est une chance pour tous les Normands. Il serait dommage de la laisser passer.

Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas