Patrimoine Normand magazine

 





Dominique et Eric Sanson, ou le bois devenu art

Dominique et Eric Sanson dans leur atelier avec la maquette du meuble  Dialogue .

Dominique et Eric Sanson, ou le bois devenu art


Extrait Patrimoine Normand N°30
Par Isabelle Audine

Le meuble Palissy.
Le meuble Palissy.

Récemment primés par le Club Dunhill Prestige Internation, ces deux artistes du bois nous ouvrent leurs portes.
 

Nous sommes loin avec Eric et Dominique Sanson de la fabrique industrielle de meubles ou d’objets. Ils perpétuent, dans leur atelier près de Bernay, la tradition de l’ébénisterie et de la marqueterie d’art : meubles, mais surtout coffrets, caves à vins et cigares, écritoires et autres objets de tabletterie, art « en voie de disparition ». Fils d’un ébéniste fabricant de meubles de tradition, ils ne se destinaient cependant pas à prendre sa suite, si l’on n’avait pas décelé en eux un véritable talent. Diplômés de l’Ecole Boulle, puis lauréats du concours de meilleur ouvrier de France (ce qui leur permet d’asseoir leur travail et d’être contactés par des « grands » de ce monde), ils viennent d’être primés au concours de Club Dunhill Prestige International, concours national d’artisanat et de métiers d’art. Ils ont repris l’atelier de leur père en 1985, mais dans une optique radicalement différente, puis­que leurs réalisations sont d’inspiration contemporaine. Ils se partagent les tâches, l’un marqueteur, l’autre ébéniste, mais plus généralement hom­mes-orchestre devant à la fois prospecter, rencontrer les clients, établir projets, devis, s’occuper de la comptabilité, entretenir l’atelier, et bien sûr, honorer les contrats. Travail de Titan, pour lequel ils ont définitivement choisi d’en retirer du plaisir : Dominique et Eric Sanson se refusent à n’être que des exécutants, ayant au moins un rôle de conseiller lorsqu’ils n’ont pas entièrement carte blanche dans les projets. Intervenant depuis le dessin des objets à réaliser jusqu’à la quincaillerie en métal qu’ils usinent sur mesure dans leurs ateliers, ils travaillent parfois avec des gainiers, tapissiers, orfèvres, qui achèvent les œuvres ou les commandent. Chaque pièce est unique, chaque objet apporte un problème que se doivent de résoudre les frères Sanson. C’est ce qui d’ailleurs constitue pour eux le principal intérêt de leur métier, le renouveau permanent, faire de chacun des objets un patrimoine familial pour le client, une pièce à transmettre à sa famille. C’est ce qui est aussi un peu le revers de la médaille, le patrimoine mobilier n’étant pas la préoccupation première dans notre société de consommation où les meubles sont plus souvent considérés comme des objets pratiques que comme des œuvres d’art. Le challenge est donc très lourd à relever, mais pour Dominique et Eric Sanson, l’ébénisterie, la marqueterie et la tabletterie sont plus que des métiers, ce sont leurs moyens d’expression, au même titre que la peinture ou la sculpture. Chaque nouvel objet, chaque nouveau meuble est pénétré de signification, ils ont fait de leur métier un art. (...)


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 30, décembre 1999-janvier 2000)




Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas