Patrimoine Normand magazine

 





Hastings

abonnement magazine

Photo G. Bernage

Hastings


Extrait Patrimoine Normand N°36
Par Thierry Leprévost

Bannière inspirée de la « Tapisserie de Bayeux ».
Bannière inspirée de la « Tapisserie de Bayeux ».

Histoire d'une évocation,
la bataille d'Hastings,
avec le groupe Had'DiK.


- Open order !
Face au seigneur qui les commande, en un ordre impeccable, les soldats du XIe siècle observent une distance latérale de la largeur d’un bras, comme au service militaire.
- Close order !
Les lignes se resserrent ; l’espace se réduit à un coude à coude.
- Shield !
Dans un bel ensemble, les hommes ramènent devant eux leur bouclier de tilleul en forme d’amande, à l’umbo galbé en demi-sphère, peint de couleurs vives et cerclé de cuir.
- Weapon !
Lances et épées pointent en avant, dans une clameur guerrière poussée à l’unisson. Sous le casque à nasal, les traits tendus, les mâchoires crispées, l’oeil vengeur expriment la détermination du combattant prêt pour l’assaut.
- Nous serons dans le centre, reprend le seigneur, à l’aile gauche, c’est-à-dire proches de nos amis bretons, et tous les Français qui le veulent seront sous la même bannière. Près de nous, le groupe anglais Conquest sera le centre du centre. 
Nous ne sommes ni à Hollywood, ni à Cinecitta, mais sur le site de la bataille d’Hastings. plus précisément à Battle, puisque tel est très logiquement le nom qu’a pris cet endroit après la victoire, le 14 octobre 1066, de Guillaume le Bâtard, septième duc de Normandie, sur l’earl du Wessex, Harold Godwinson, usurpateur du trône d’Angleterre.
Les quelque quarante fantassins commandés par Philippe Vervaeke sont tous des passionnés de la reconstitution historique. leur présence au pied de la colline de Senlac est l’aboutissement d’une préparation physique, psychologique, vestimentaire et militaire de plusieurs mois ; et, pour tous, c’est la concrétisation d’un rêve vieux de nombreuses années.
- Alors, les sergents, écoutez : je donne un ordre, vous le répétez. Le premier qui entend « ralliement », « recul » ou « retraite » le répercute ... Protection !
Les soldats s’agenouillent tête baissée, à l’abri de leurs boucliers, véritables carapaces face à d’hypothétiques projectiles. Philippe dirige ses hommes avec l’aisance de ceux dont l’autorité naturelle est reconnue par tous. Dans le « civil », ce passionné d’histoire vivante est ... officier supérieur de l’armée de terre ! Son aptitude au commandement a transformé la prairie anglaise en champ de manœuvres aux allures de caserne médiévale. (...)


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 36, décembre 2000-janvier 2001)


Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Le savoir-faire des enlumineurs

Publié le : 3 janvier 2017   Le savoir-faire des enlumineurs Artistes du fond des âges Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Stéphane William Gondoin Jusqu’au 19 mars 2017, le musée de...

 

Héritage Normand à Hastings

Publié le : 03 janvier 2017   Héritage Normand à Hastings Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Damien Bouet Il y a 950 ans, l’Angleterre devenait normande. Le dernier roi saxon venait de mourir et laiss...

 

Nobles normands - Quatre destins, du Moyen Âge à la Révolution

Publié le : 03 janvier 2017   Nobles normands  Quatre destins, du Moyen Âge à la Révolution Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Laurent Ridel Au Moyen Âge, les nobles seraient ceux qui comb...

 

Mors et art équestre au lendemain du Moyen Âge

Publié le : 18 octobre 2016   CHEVAL EN NORMANDIE Mors et art équestre au lendemain du Moyen Âge Extrait Patrimoine Normand N°99 Par Thierry Georges Leprévost Le succès de nos c...

 

Historial Jeanne d’Arc - L’épopée de la Pucelle

Publié le : 18 octobre 2016   Historial Jeanne d’Arc L’épopée de la Pucelle Extrait Patrimoine Normand N°99 Par Stéphane William Gondoin Avec le roi Louis XIV et l&r...

 
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas