Patrimoine Normand magazine

 





Poterie du Nord-Cotentin

Poteries du Nord-Cotentin

Un aperçu de la variété
des productions potières du Nord Cotentin


Extrait Patrimoine Normand N°39
Par Jean-Xavier de Saint-Jores

Culte napoléonnien, pichet décoré de Vindefontaine, bouchon de fontaine de Sauxemesnil et buste de Noron. (Musée de Normandie.)

Ce qui caractérise, d’une façon générale la poterie normande, c’est sa rusticité,
sa robustesse et son traditionalisme
",
Dr Stephen Chauvet.

 

Quelques généralités
sur l’activité potière en Normandie

 
L’ensemble de cette province a montré au cours des XVIIe et des XVIIIe siècles une grande homogénéité en matière de production de céramique, qu’elle soit usuelle ou non. En effet, une douzaine de " centres potiers " (le Cotentin, le Bessin, le Pré d’Auge, Infreville, Forges les Eaux pour n’en citer que quelques-uns) étaient répartis sur l’ensemble de ce territoire et assuraient la distribution de produits principalement utilitaires auprès d’une population provinciale relativement dense. Le choix de l’implantation de ces centres ruraux, souvent à l’initiative d’agriculteurs/potiers et dans bien des cas propriétaires terriens, était bien évidemment dicté par la proximité d’un filon d’argile exploitable, d’une forêt qui apportera le combustible et d’un cours d’eau nécessaire aux différentes phases de travail de la matière première.
Si l’éventail des productions réalisées d’Est en Ouest de la Normandie présente une grande diversité de styles ou de techniques propres à chaque " pays ", il faut constater que les modes de fonctionnement et de production de ces centres sont sensiblement similaires et typiques d’un artisanat rural. Ainsi, on ne peut qu’observer une incapacité générale à gérer rationnellement leur consommation de bois ou d’argile, au point de faire disparaître la matière première. Ce constat particulièrement perceptible dans le nord Cotentin, participe à l’extinction de cette production potière avec la mauvaise gestion du massif forestier de Brix, à un moment crucial ou la place de la céramique dans l’équipement domestique n’a pu être convenablement défendue face à la concurrence des productions du Bessin et plus tard face à l’émergence des récipients de fer blanc ou de zinc qui présentaient de nouveaux avan...

Il vous reste 66 % de cet article à lire
commander le magazine.

 

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 39, août - septembre - octobre 2001)



 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Jardin des plantes de Coutances

Publié le : 2 juillet 2017   Jardin des plantes de Coutances (© Rodolphe Corbin). JARDIN EN NORMANDIE Coutances en Cotentin : l’éclectisme du Second Empire...

 

Les premiers photographes normands

Publié le : 31 mars 2017   Vue générale de la cathédrale de Rouen par Edmond Bacot, vers 1852-1854. Tirage sur papier salé à partir d’un négatif verre (© The Metropolitan Museum of...

 

Le savoir-faire des enlumineurs

Publié le : 3 janvier 2017   Le savoir-faire des enlumineurs Artistes du fond des âges Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Stéphane William Gondoin Jusqu’au 19 mars 2017, le musée de...

 

Restauration de vitraux

Publié le : 03 janvier 2017   Du verre à la lumière  Des vitraux rajeunis de cent ans Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Virginie Michelland Pour le croyant ou le simple visiteur, observer les vitraux...

 

Le carnaval de Granville entre à l’UNESCO

Publié le : 03 janvier 2017   Le carnaval de Granville entre à l’UNESCO Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Claire Cartier À la veille de célébrer sa 143e édition, qui aura lieu du...

 
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas