Patrimoine normand

 





Le Gros Horloge de Rouen

abonnement magazine

Publié le : 02 août 2007
 
Gros Horloge - Rouen

Le Gros Horloge : 
un musée à remonter le temps


Extrait Patrimoine Normand N°63
Par Alexandre Vernon

Le Gros Horloge de Rouen est comme un astre rayonnant qui illumine d’un éclat sidéral la rue la plus animée de la ville depuis le Moyen Âge. Ses deux cadrans prestigieux qui font la fierté de la bonne ville de Rouen, universellement connus de par le monde, brillent d’autant plus intensément qu’ils ont été récemment restaurés avec l’ouverture au public du monument pour un voyage insolite dans le temps.
 
Sentir son cœur battre au rythme des tic-tac lancinants de l’horloge comme jadis nos aïeux pouvaient l’en­tendre, plonger à l’intérieur de ce mécanisme mystérieux, et sursauter au tintement de ces cloches du XIVe siècle, toujours vaillantes… Quelle surprenante découverte !
 

Le Gros Horloge - Rouen

Pour sonner le temps

Le Gros Horloge de Rouen a été réalisé, du moins son mouvement, en l’an 1389, et se prévaut d’être la plus ancienne horloge de France. Il a été installé en 1587 au-dessus de la voûte qui enjambe la rue et accolé au beffroi communal reconstruit à la fin du XIVe siècle. C’était jadis la seule porte de la ville qui ait été conservée au XVIe siècle, toutes les autres portes ayant été supprimées à l’époque devant l’extension de la ville.
Au début, il y avait le beffroi. Edifié au XIIIe siècle, il fut au Moyen Âge le symbole des libertés communales octroyées à la capitale normande par Henri II Plantagenêt, duc de Normandie et roi d’Angleterre, héritier de Guillaume le Conquérant. Cette charte permettait à la ville et à ses habitants de ne plus être assujettis à un seigneur mais de s’administrer en toute indépendance avec un maire et un conseil de notables. Le premier beffroi fut détruit et le maire destitué en représailles à l’émeute de la Harelle en 1382 pour avoir voulu contester une augmentation d’impôts. Mais il fut reconstruit peu après à la même place en 1389 abritant alors sous son dôme les cloches : la « Cache-Ribaud » et la « Rouvel » qui sonnaient les heures et carillonnaient à toutes les fêtes et manifestations. Ce qui était exceptionnel à cette épo...


Il vous reste 64 % de cet article à lire
commander le magazine.
 

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 6
3)


Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Normandie impressionniste 2016

Publié le : 20 avril 2016   Normandie impressionniste,  c'est reparti ! Extrait Patrimoine Normand N°97 Par Stéphane William Gondoin Du 16 avril au 26 septembre prochain se tiendra la 3...

 

Caen : le musée de Normandie

Publié le : 02 mai 2006   Caen : un musée pour toute la Normandie Extrait Patrimoine Normand N°58 Par Thierry Georges Leprévost La récente rénovation de deux salles, l’une dédi&...

 

Musée des Sapeurs-Pompiers de Montville

Publié le : 27 mars 2015 Musée des Sapeurs-Pompiers de Montville  Préserver la mémoire d'un corps d'exception Extrait Patrimoine Normand N°93 Par Stéphane William Gondoin De...

 

Coffrets peints normands dits « coffrets de Rouen »

Les coffrets peints normands  dits « coffrets de Rouen » Extrait Patrimoine Normand N°61 Par Georges Bernage Jean-Xavier de Saint-Jores nous avait déjà présenté ce sujtet important de l&rsquo...

 

Rouen disparu : place de la Basse-Vieille - Tour

Rouen disparu : place de la Basse-Vieille - Tour Extrait Patrimoine Normand N°61 Par Georges Bernage Au sud de la Halle aux Toiles, la place de la Basse Vieille Tour a perdu son âme, suite à la Seconde Guerre...

 
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 Patrimoine normand