Patrimoine normand




Le Havre : L’art de vivre au début du XIXe siècle

Publié le : 13 juillet 2006
 
Entrée cochère de la maison de l`Armateur

Le Havre :
L’art de vivre au début du XIXe siècle


Extrait Patrimoine Normand N°59
Par Alexandre Vernon

« Vite ! Venez voir… le « Jérémie » est là !
Le « Jérémie », notre bateau… » et Martin Foache cria le nom « Jérémie » qui retentit en écho jusque dans les étages en s’enroulant autour du puits de lumière au centre de la maison. Et toute la famille de se précipiter aux fenêtres. On peut imaginer sans peine cette scène qui se passait en 1820 en visitant au Havre, face aux bassins de l’avant-port, « la maison de l’armateur » qui vient d’être réhabilitée dans l’esprit de cette époque

 
Le « Jérémie » était un fier voilier de l’armement Foache qui cinglait habituellement vers Saint-Domingue d’où il ramenait épices et produits rares exotiques. Après avoir passé devant la grosse tour François Ier dans le rougeoiement du soir, il avait cargué ses grandes voiles telles les ailes repliées d’un cormoran géant prêt à se poser.

Une maison de maître

Cette maison remarquable, située quai de l’Ile, donne plein sud directement sur l’avant-port, comme jadis, où accoste aujourd’hui quotidiennement le ferry pour l’Angleterre, le « Norman Spirit ». On l’appelle « la maison de l’Armateur », mais en fait elle fut construite par un architecte, Paul Michel Thibaut vers 1790, architecte qui occupait alors les fonctions d’ingénieur de la ville du Havre, ayant intervenu notamment dans les travaux d’aménagements et d’agrandissements de la ville du Havre menés par Lamandé en 1786 suivant les plans présentés à Louis XVI lors de sa visite au Havre. Paul Michel Thibaut meurt en 1799 à cette adresse. C’est Martin Foache, riche né-gociant et armateur, frère du célèbre Stanislas Foache et apparenté à la famille des Begouen-Demeaux, comte d’Empire et conseiller d’Etat, qui achète cette maison pour en faire sa résidence familiale et y installer ses bureaux En 1802. Il la fait décorer au goût du jour avec le concours de Pierre Adrien Pâris, ami de la famille, et ancien dessinateur du cabinet du roi.
Après la mort de Martin Foache en 1816, son épouse Louise Foache née Chaussée, continue d’habiter la maison jusqu’en 1826. Mais en 1830, la faillite frappe les Foache comme les Begouen-Demeaux et la maison du quai de l’Ile dut être vendue. Elle fut transformée en hôtel, l’Hôtel des Etat-Unis. Puis ce fut le rachat en 1857 par M.J. Barbe et C. Brown, des négociants qui en firent leurs bureaux. A partir de 1880, cette maison de maître tomba peu à peu en déchéance pour devenir un vulgaire immeuble de rapport, divisé en plusieurs appartements abritant plusieurs foyers. En 1942, les locataires sont évacués de force par les Allemands comme le sont tous les habitants du quartier Saint-François alors entièrement barricadé et déserté. Les bombardements de 1944 détruisent presque entièrement le quartier et endommagent sérieusement la vieille maison qui se retrouve sans toiture et avec un mur mitoyen ouest complètement disparu, tandis que sa façade sud est criblée d’éclats d’obus.


Il vous reste 64 % de cet article à lire
commander le magazine.
 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Le Havre : le temple maçonnique

Le temple maçonnique   de la rue du Débarcadère au Havre -1860-1880 Extrait Patrimoine Normand N°70 Par Françoise Amiel-Hebert Jules Janin &...

 

Le Havre : regards sur la ville (1855-1865)

Regards sur la ville  Le Havre 1855-1865 Extrait Patrimoine Normand N°68 Par Dominique Rouet & Danièle Dupré La Bibliothèque municipale du Havre présente actuellement l’expositio...

 

Gratte-pieds du Perrey, au Havre

Les Gratte-pieds du Perrey, au Havre Extrait Patrimoine Normand N°71 Par Françoise Amiel-Hébert Au temps où fut construit Le Havre, à partir de 1517, il existait déjà sur une mince...

 

Le Havre : les jardins suspendus

Les jardins suspendus du Havre Extrait Patrimoine Normand N°69 Par Alexandre Vernon Dominant de sa hauteur le site incomparable de l’Estuaire de la Seine, en surplomb sur la ville et sur la mer, le fort de Sainte-Adress...

 

Le Havre : les bains de mer

Publié le : 02 août 2007 Les bains de mer du Havre, gravure d'A. Couveley, 1850 (Coll. Philippe Valletoux). Les bains de mer au Havre Extrait Patrimoine Normand N°63 Par Philippe Valletoux Histo...

 
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand