Patrimoine Normand magazine

 





Professeur Maladolli

MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES.
 Cirque Maladolli

Le Professeur Maladolli


Extrait Patrimoine Normand N°77
Par Michel de Decker

Avant de nous retrouver à Saint-Pierre-la- Garenne, en bord de Seine, entre Vernon et Gaillon, on va effectuer un crochet par Angers où commence notre histoire, avec la naissance celle de cet étonnant romancier que fut Hervé Bazin, le 17 avril de 1911.
Il était le neveu d’un autre écrivain, le neveu de René Bazin, précisément. Hormis les liens du sang, rien ne rapprochait vraiment les deux hommes. René était un honorable bourgeois bien pensant – il a d’ailleurs siégé à l’Académie française – Hervé, lui, était révolté, turbulent, contestataire, membre du Mouvement de la Paix, c’est-à-dire très proche du parti communiste. 
C’était à l’époque où il existait encore un parti communiste digne de ce nom. 
Hervé Bazin a vu le jour dans une famille bigote et bien pensante. Une famille qu’il n’a pas supportée très longtemps. D’autant qu’il ne s’entendait pas du tout avec sa mère, la femme sèche et autoritaire qu’il représentera sous les traits de Folcoche, dans son roman Vipère au poing. Folcoche, un nom qui vient tout simplement de la contraction de folle et de cochonne. C’est tout dire. En révolte perpétuelle, il passa son temps à fuguer : parce qu’il ne voulait pas faire ses études à la faculté catholique ; parce qu’il ne voulait pas faire Saint-Cyr. Il fugua même au volant de la voiture de son père ! Résultat, un terrible accident qui l’obligea à un long séjour en maison de santé. Une fois rétabli, il allait alors mener, pendant quatorze ans, une existence un peu chaotique et souvent misérable. A cette époque de sa vie, il sera tour à tour marchand ambulant, garçon d’ascenseur, ferrailleur, batteur de tapis ou secrétaire particulier de Cincinnatus Maladolli !
Maladolli ! Quel individu stupéfiant que cet homme qui a accordé toute sa confiance au jeune Hervé Bazin pour assurer la gestion de son cirque qu’il avait installé sur le domaine des Farguettes, sur les hauts de Seine, entre Gaillon et Vernon, à Saint-Pierre la Garenne, précisément. Cincinnatus Maladoli s’appelait en réalité Albert Raphaël et il était né avec une cuillère d’argent dans la bouche. A la fin du XIXe siècle, son père était en effet un gros banquier parisien. Mais ce n’était pas la finance qui intéressait le jeune Albert, c’était le cirque ! Alors il décida d’en créer un, le Cirque Caucassien. Outre des lamas savants et un zébu sacré devant lequel chacun était tenu de se prosterner, on trouvait essentiellement des chevaux dans le Maladoli-circus. Des chevaux qu’il dressait admirablement dans un manège – qui n’existe plus aujourd’hui, puisqu’à son emplacement on a construit la salle des fêtes du village. Cincinnatus Maladolli, qui a d’ailleurs écrit un traité d’équitation ayant longtemps fait autorité, était alors considéré comme le premier écuyer de France. Ce qui ne l’empêchait pas d’être parfaitement fantaisiste. A tel point qu’on avait fini par le surnommer Patronfou. Ce qui l’amusait follement, au vrai, puisque de son côté il proclamait que ses banquiers, ses fournisseurs ou ses agents d’affaire n’étaient que des Maloventre !
Tout ce que le cirque du milieu du 20e siècle a compté de célébrités est un jour passé chez lui, à Saint-Pierre-la-Garenne : Les Gruss par exemple, ou bien Carrington ou encore Zavatta. Ils sont tous venus, un jour ou l’autre, profiter de ses conseils avisés.
On ne le vit jamais malade au lit, le cher Cincinnatus qui était sec, nerveux, drôle ou hautain, un peu à la façon de Louis de Funès, et en 1970, alors qu’il avait 90 ans, il caracolait toujours à cheval. Il mourut à la veille d’être centenaire et se fit enterrer au cimetière du village. Sa dernière volonté ? Il a voulu que l’on déposât sur sa tombe le pied de son cheval favori. 
Etonnant Maladoli qui affirmait haut et clair que l’animal était bien supérieur à l’homme. !  
Etonnant Hervé Bazin, aussi qui, avec le succès de Vipère au poing, en 1948, puis de La tête contre les murs, puis de La mort du petit cheval, de Qui j’ose aimer ou du Démon de Minuit, va être reconnu comme un des grands romanciers du 20e siècle. 
N’ayant pas été aimé de sa mère, Hervé Bazin se méfiera toujours des femmes. Au total, il aura d’ailleurs quatre épouses et sept enfants dont un petit dernier, le fils d’Odile, qui naquit à Mont-Saint-Aignan. Pendant quelques années, jusqu’en 1995, exactement, le président de l’Académie Goncourt, eut plaisir à vivre sur les hauts de Rouen, 
Il mourut à Angers, l’année suivante, âgé de 85 ans.
Pour l’anecdote, son fils aîné compte cinquante ans de plus que son petit dernier !
 

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 77
, Printemps 2011)


 

 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Journal de bord ma Normandie Bleue - n°102

Publié le : 03 juillet 2017 MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES. Journal de bord ma Normandie Bleue - n°102 La Normandie des illuminés Extrait Patrimoine Normand N°102 Par Michel de Decker Entre le juge caenn...

 

Journal de bord ma Normandie Bleue - n°101

Publié le : 03 avril 2017 MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES. Journal de bord ma Normandie Bleue - n°101 Mes secrets d'histoire en Normandie Extrait Patrimoine Normand N°101 Par Michel de Decker Un secret ne de...

 

Journal de bord ma Normandie Bleue - n°100

Publié le : 03 janvier 2017 MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES. Journal de bord ma Normandie Bleue - n°100 Les poètes normands Extrait Patrimoine Normand N°100 Par Michel de Decker Pour Olivier, les Anglais,...

 

Journal de bord ma Normandie Bleue - n°99

Publié le : 18 octobre 2016 MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES. Journal de bord ma Normandie Bleue - n°99 La Normandie sous la Révolution Extrait Patrimoine Normand N°99 Par Michel de Decker...

 

Journal de bord ma Normandie Bleue - n°98

MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES. Journal de bord ma Normandie Bleue - n°98 Vers l'exil sur les chemins de Normandie Extrait Patrimoine Normand N°98 Par Michel de Decker En juillet de 1830, la révolution claq...

 
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas