Patrimoine normand




Etretat - L'Oiseau Blanc

MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES.
L`Oiseau Blanc

Étretat, mai de 1927.
L'Oiseau Blanc
& la tragique traversée de l'Atlantique


Extrait Patrimoine Normand N°77
Par Michel de Decker

En escaladant, l’autre jour, à Etretat, les dizaines de marches qui mènent sur les hauts de la falaise d’Amont, je revivais la grande et tragique journée du 8 mai de 1927. Une journée commencée sur l’aéroport du Bourget. Deux hommes, deux aviateurs, sont arrivés dès potron-minet ; ils font lentement le tour de leur avion, un grand biplan Levasseur tout neuf qui est d’une blancheur immaculée. 
- Les renseignements de la météo sont bons, on part, dit l’un deux, celui qui est vêtu d’un blouson de cuir à fermeture Eclair, qui a le visage emprisonné par un serre-tête, les lunettes relevées sur le front, et qui porte un bandeau noir sur l’œil droit. 
Il a perdu cet œil dans un crash, en mars de 1918, François Coli, quand il volait dans l’Escadrille des Coqs.
A côté de lui, en blouson noir, lui aussi,  Charles Nungesser marche les mains dans les poches. Il a l’air étonnamment décontracté, cet homme qui caresse le rêve de traverser l’Atlantique. Nungesser, c’est l’as de la première guerre mondiale, un as aux 43 victoires. D’ailleurs, il a fait peindre son insigne de guerre sur le fuselage de son biplan : un cercueil placé entre deux cierges et surmontant une tête de mort soulignée par deux tibias. Le biplan de Nungesser et Coli se nomme l’Oiseau Blanc.
5 h 10. Ils sont à bord. Nungesser se dresse pour saluer les photographes et, gouailleur, il leur lance : 
- On vous enverra des cartes postales de New-York !
L’hélice tourne, maintenant, elle est entourée de flammèches mauves.
- Le plus difficile ce sera le décollage avait déclaré François Coli, le navigateur.
Tant il est vrai que l’Oiseau Blanc était très lourd, chargé de carburant jusqu’à la gueule. 
Il allait falloir les faire décoller ses 4000 kilos ! Au bout de 800 mètres, il se soulève enfin et il parvient à s’envoler,  l’Oiseau blanc. Au Bourget, on a eu peur jusqu’au dernier moment, surtout quand il a frôlé les arbres de la route de Senlis. Il a ensuite survolé le lit de la Seine et pris la direction de la Normandie. Allez ! En route pour la première traversée de l’océan Atlantique sans escale. Car c’était cela, le pari de Coli et Nungesser. Et il y avait tout de même 25000 dollars à la clef !
Ils ont quitté le Bourget à 5h 18, quarante cinq minutes plus tard, ils sont déjà à Etretat, où quelques badauds du matin ont vu l’Oiseau blanc survoler la falaise à 6h05 précises, ce dimanche 8 mai de 1927.
Puis l’engin s’est enfoncé dans la brume.
Le lendemain, venu d’on ne sait où, le bruit court que les aviateurs sont en vue de New-York et qu’ils se préparent à atterrir à Roosevelt Field. La folie souffle alors sur la France entière : on tonne du canon, on improvise des feux d’artifice.
Mais cette nouvelle ne tarda pas à être démentie, hélas, et au moment où, on lançait des fusées de joie sur Paris, Nungesser et Coli étaient peut-être, eux en train de lancer des fusées de détresse au-dessus de l’Atlantique.
A l’heure qu’il est, on n’a jamais retrouvé l’Oiseau Blanc...
A l’heure qu’il est, à Etretat, sur cette falaise d’Amont qui est tendue d’herbe soufflée par le vent, il existe un monument et un petit musée, à la mémoire des deux aviateurs, les premiers qui avaient osé le raid... deux semaines avant Charles Lindbergh.
 

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 77
, Printemps 2011)


 

 

Catégories pouvant vous intéresser :

Autres publications pouvant vous intéresser :

Marie-Anne Lenormand, la célèbre cartomancienne

MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES. Marie-Anne Lenormand, la célèbre cartomancienne Extrait Patrimoine Normand N°77 Par Michel de Decker Me promenant, l’autre jour, dans les allées du Père Lachaise...

 

Professeur Maladolli

MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES. Le Professeur Maladolli Extrait Patrimoine Normand N°77 Par Michel de Decker Avant de nous retrouver à Saint-Pierre-la- Garenne, en bord de Seine, entre Vernon et Gaillon, on va effectuer u...

 

René la Canne incarcéré à la prison de Pont-l’Evêque

MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES. Avril 1949, René la Canne incarcéré  à la prison de Pont-l’Evêque. Extrait Patrimoine Normand N°77 Par Michel de Decker L’autre jour, pour d&ea...

 

Mort du duc de Morny

MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES. " Deauville ou Mornyville". Mars 1865 : mort du duc de Morny. Extrait Patrimoine Normand N°77 Par Michel de Decker Chaque fois que je me rends sur les planches, les fameuses planch...

 

Affaire de l'abbé Frilay (1830)

MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES. L'affaire de l'abbé Frilay Saint-Aubin-sur-Scie, mars de 1830. Extrait Patrimoine Normand N°77 Par Michel de Decker Quand on est à Saint-Aubin-sur-Scie, on se trouve à...

 
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand