Patrimoine normand

 

De Rouen à Yonville-l’Abbaye - Lieux réels et fictifs dans Madame Bovary

Lundi 9 Octobre 2017
De Rouen à Yonville-l’Abbaye - Lieux réels et fictifs dans Madame Bovary

Stèle érigée à la mémoire de Flaubert dans le village de Ry, en Seine-Maritime. (© CDT76-H.Salah).


Extrait Patrimoine Normand n°103.
Par Stéphane William Gondoin.

 
Édition de Madame Bovary datant de 1885, illustrée par Albert Auguste Fourié.  (© Metropolitan museum of art - The Elisha Whittelsey Collection – DR).
Édition de Madame Bovary datant de 1885, illustrée par Albert Auguste Fourié.  (© Metropolitan museum of art - The Elisha Whittelsey Collection – DR).

En 1857, sous le Second Empire, l’écrivain normand Gustave Flaubert publie son roman Madame Bovary, fruit de cinq années d’un labeur intensif. Sa narration, il la grave dans le terroir normand, aux confins des pays de Caux, de Bray et du Vexin, en prenant cependant le soin de mélanger astucieusement géographie authentique et inventée. Comme pour mieux brouiller les pistes…

Cette géographie, tout comme les intérieurs domestiques ou les descriptions de villages, jouent un rôle fondamental dans l’œuvre et ne sont pas que de simples décors. Au même titre que les personnages humains, les lieux participent pleinement au processus qui mènera jusqu’au dramatique dénouement final.


Le roman d’une vie d’ennui
 

Présenté dès les premières lignes du texte comme un personnage fade, pathétique et d’une intelligence médiocre, Charles Bovary mène une scolarité et des études chaotiques, sous le regard vigilant d’une mère castratrice. Après un premier échec à l’examen d’officier de santé, un grade reconnu au XIXe siècle, inférieur à celui de médecin, il finit par décrocher à grand’ peine le précieux sésame. Sans requérir son avis, madame Bovary mère l’installe à « Tostes » (Tôtes, en Seine-Maritime), alors un gros bourg rural situé à mi-chemin entre Rouen et Dieppe. Pour mieux établir sa situation, elle lui fait épouser une veuve d’une vingtaine d’années son aînée, « laide, sèche comme un cotret, et bourgeonnée comme un printemps », mais qu’elle croit riche, ce qui compense ses imperfections physiques. Authentique mégère, la promise se révèle finalement fauchée comme les blé…

 

Il vous reste 91 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
  
 

 

 
EN KIOSQUE
Patrimoine Normand 118 - Plages de Normandie

N°118
Juillet-Août-Septembre 2021

 Et profitez d'une offre 
 exceptionnelle 

-27%

4 numéros

29
au lieu de 40,00€



DERNIERS ARTICLES

Hors-série


LIBRAIRIE NORMANDE

 

ÉVÉNEMENTS

Dernière Vidéo

Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 Patrimoine normand