<![CDATA[ Articles du magazine Patrimoine Normand ]]> http://www.patrimoine-normand.com fr copyright 2022 www.patrimoine-normand.com <![CDATA[ Articles du magazine Patrimoine Normand ]]> http://www.patrimoine-normand.com/images/l/log/Logo-Patrimoine-Normand-11.jpg http://www.patrimoine-normand.com Thu, 18 Aug 2022 23:33:58 +0100 <![CDATA[ Dreknor, aux sources du passé viking ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-149072-dreknor-bateau-viking.html Une silhouette insolite dans la zone portuaire : le Dreknor prend forme sur un chantier de Tourlaville, à côté de Cherbourg. (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°60
Par Thierry Georges Leprévost.
 
Comme sur tous les bateaux vikings, la poupe est aussi effilée que la proue ; une caractéristique qui facilite les changements de direction lors de la navigation à la rame. (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)
Comme sur tous les bateaux vikings, la poupe est aussi effilée que la proue ; une caractéristique qui facilite les changements de direction lors de la navigation à la rame. (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)

Drôle de chantier à Tourlaville. Dans la zone industrielle et portuaire, on aperçoit un étrange voilier qui ne ressemble guère à ceux qui voguent au large de Cherbourg. Tout en bois, d’une belle taille, sa coque est montée à clins comme un bateau viking, et pour cause : c’est un bateau viking, inspiré du célèbre langskip de Gokstad. On n’avait pas vu une telle construction en Cotentin depuis… 1066 !

Katia s’affaire autour de sa pièce de chêne. Les blonds copeaux roulent sous son ciseau expert, s’envolent et vont rejoindre à ses pieds ceux qui jonchent le sol. L’artiste est attentive à sa tâche, consciente du fait que le moin­dre faux mouvement pourrait défigurer la tête de dragon qui prend forme devant elle. Le jeune sculpteur met à profit sa formation aux Beaux-Arts pour mettre la main sur un projet dont elle n’aurait pas eu l’idée quel­ques semaines auparavant. Mais depuis, quelle énergie ! Il faut dire que l’art viking inspire fortement cette jeune femme aux origines bretonnes, fort sensible à l’histoire que les peuples scandinaves ont su exprimer dans leurs œuvres ciselées. Sa figure de proue, elle veut la réussir, pour qu’elle emmène le Dreknor aussi loin que possible.
 

Un projet fou… et normand !

Dreknor, c’est le nom du futur bateau. C’est aussi celui d’une association fondée en 2001, à l’initiative du Cherbourgeois Marc Hersent. Le déclic est venu par l’intermédiaire de sa femme Nathalie, d’origine ukrainienne. Quand le couple voit arriver à Cherbourg une galère de ce pays, mue par la force humaine de ses rameurs, il se sent saisi d’une inspiration quasi divine : voilà ce qu’il faut faire ! Pas une galère, bien sûr, mais un bateau typiquement normand, représentatif du passé de la région (la « plus belle d’Europe » selon Marc ; comment lui donner tort ?) et qui symbolise aussi sa tradition maritime, en ce département « presque com­me une île »… On l’a compris, Marc aime la Nor...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand
 
]]>
Mon, 08 Aug 2022 21:06:01 +0100
<![CDATA[ Alain Corbin ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148981-alain-corbin.html Alain Corbin. Né en 1936. (© Guillaume Néel).


Extrait Patrimoine Normand N°122.
Caricature de Guillaume Néel.
Par Stéphane William Gondoin.

 

Confrère d’Emmanuel Le Roy Ladurie, Alain Corbin a, pour sa part, vu le jour dans la jolie commune ornaise de Lonlay-l’Abbaye, à l’ombre du clocher multiséculaire de l’abbatiale. Lui, ce qui le passionne, c’est le XIXe siècle, qu’il aborde sous des angles aussi inattendus que celui de la prostitution, des odeurs ou des sons. On lui doit notamment Les Filles de noce – Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, publié en 1975. En rédigeant cet ouvrage, il remarque la récurrence des allusions olfactives à propos des péripatéticiennes. Il oriente alors son travail vers les effluves (corporelles et autres !) et publie, en 1982, son œuvre majeure, Le Miasme et la Jonquille. Il y expose qu’au cours du XVIIIe siècle, les populations - tout particulièrement les classes aisées – tolèrent de moins en moins la proximité avec les excréments et les ordures. Et au XIXe siècle, « le bourgeois […] fuit le contact du pauvre, puant comme la mort, comme le péché, et entreprend de purifier l’haleine de sa demeure ». Nous n’irons pas jusqu’à voir dans ce processus la genèse du N°5 de Chanel. Quoique…

 
Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°122, juillet-août-septembre 2022).
Tous droits réservés © Patrimoine Normand.


Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Tue, 12 Jul 2022 16:04:01 +0100
<![CDATA[ Emmanuel Le Roy Ladurie ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148980-emmanuel-le-roy-ladurie.html Emmanuel Le Roy Ladurie. Né en 1929. (© Guillaume Néel).


Extrait Patrimoine Normand N°122.
Caricature de Guillaume Néel.
Par Stéphane William Gondoin.

 

Comme notre magazine, cet historien français de renommée internationale est né… aux Moutiers-en-Cinglais. Longtemps membre du PCF, il le quitte après l’entrée des chars soviétiques à Budapest, en 1956. Habitude aussi fâcheuse que constante de la part du pouvoir moscovite, que d’expédier des blindés chez ses voisins… Les populations de Bialystok, de Prague, de Carélie ou de Kyiv ne nous démentiront malheureusement pas. Mais revenons à notre normand, qui est l’auteur d’une liste d’ouvrages tout aussi longue que celle de ses distinctions ou titres. On lui doit notamment Montaillou, village occitan de 1294 à 1324 qui lui vaut, à sa parution en 1975, un succès planétaire. Il est vrai que l’on se trouve rarement convié à partager avec un incroyable luxe de détails le quotidien de paysans-bergers du XIVe siècle ! Autre œuvre majeure, son Histoire du climat depuis l’an mil, où il démontre l’alternance de phases de réchauffement et de refroidissement au cours des dix derniers siècles. Rien à voir cependant avec la brutalité du changement climatique actuel.

 
Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°122, juillet-août-septembre 2022).
Tous droits réservés © Patrimoine Normand.


Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Tue, 12 Jul 2022 15:57:01 +0100
<![CDATA[ Aurore boréale et foire internationale à Caen ! ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148979-aurore-boreale-caen.html Le spectacle Borealis, en mai dernier, dans l’enceinte du château de Caen. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

Nous vous en avions déjà parlé dans notre n° 120 : Caen fêtera en 2025 le millénaire de sa fondation, excusez du peu ! Un tel anniversaire se prévoit quelques années à l’avance et mérite, bien sûr, un compte à rebours avec, à chaque étape importante, des manifestations marquantes, histoire de donner un avant-goût du feu d’artifice qui nous attend. À J-1000 du début des festivités, les 26, 27 et 28 mai dernier, les Normands (et bien sûr nos amis visiteurs de passage) ont pu profiter d’une illumination du ciel nocturne dans l’enceinte du château. Sur la « terre des hommes du nord » (la signification de « Normandie »), ou plus exactement dans son ciel, sont apparues des aurores boréales signées de l’artiste suisse Dan Acher. Poétique, relaxant, apaisant, et surtout… prometteur !

Les Vikings débarquent à Caen ! Rendez-vous du 16 au 25 septembre au Parc des Expositions de Caen. (­­Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

Les Vikings débarquent à Caen ! Rendez-vous du 16 au 25 septembre au Parc des Expositions de Caen. (­­Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

Par ailleurs, l’édition 2022 de la foire internationale de Caen se tiendra du 16 au 25 septembre comme à l’accoutumée au parc des expositions et sera, elle aussi, placée sous le signe de l’Étoile polaire. Organisée en étroite collaboration avec le parc historique Ornavik et intitulée Nos ancêtres les Vikings ?, elle permettra aux visiteurs de découvrir l’histoire de ces peuples scandinaves à l’origine de la fondation de la Normandie. De quoi valoriser l’un des aspects les plus surprenants du passé de notre région et les liens étroits qui l’unissent avec nos cousins du nord de l’Europe. Notons qu’un stand sur place sera dédié au millénaire de Caen, et ce, pour nous donner un avant-goût des festivités qui s’annoncent somptueuses !
 

Arrticle publié dans Patrimoine Normand n°122, par Stéphane William GondoinStéphane William Gondoin

Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Tue, 12 Jul 2022 15:21:01 +0100
<![CDATA[ Les dinosaures du Havre… ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148978-dinosaure-port-du-havre.html La silhouette d’un ptérosaure, reptile volant du Crétacé. (Photos © Marie-Charlotte Nouvellon)

Quelques-unes des pièces lors de leur découverte dans un conteneur en provenance du Brésil.

Improbable ! C’est le premier mot qui vient à l’esprit en songeant à l’incroyable saisie réalisée par les douaniers du port du Havre le 6 août 2013. À l’origine de cette affaire, le flair des fonctionnaires, étonnés de voir sur les papiers d’expédition qu’un container en provenance du Brésil contenait seulement du quartz. Pourquoi s’échiner à faire traverser l’Atlantique à un minéral sans valeur financière ? Et puis, à l’inspection, c’est la stupeur : dissimulées dans des fûts métalliques, enroulées dans du papier journal, sont tirées l’une après l’autre 998 plaques calcaires où apparaissent les fossiles d’animaux et de végétaux disparus depuis des dizaines de millions d’années : des plantes, des insectes, des dinosaures, des poissons, un véritable instantané de l’écosystème sud- américain au Crétacé (145 à 66 millions d’années). « Jurassik Park » débarqué d’un cargo…

Tous ces trésors ont été pillés sur le site brésilien d’Araripe, inscrit sur la liste des géoparcs mondiaux de l’UNESCO. Une enquête de neuf ans a permis de démanteler les filières amont et aval, et même de mettre fin à un trafic plus large encore, avec des ramifications en Mongolie, en Argentine, en Italie, en Turquie… Cet ensemble patrimonial à haute valeur scientifique a été restitué le 24 mai dernier, toujours au Havre, à un émissaire du gouvernement brésilien. Plus globalement, en 2021, les services douaniers ont saisi en France 6377 biens à valeur culturelle, monnaies gauloises, manuscrits, toiles, dessins, objets archéologiques…
 

Arrticle publié dans Patrimoine Normand n°122, par Stéphane William GondoinStéphane William Gondoin

Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Tue, 12 Jul 2022 15:11:01 +0100
<![CDATA[ Les petits maîtres et la femme à Ouistreham ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148977-petits-maitres-et-la-femme.html Exposition « Les petits maîtres et la femme, Deux siècles de peinture (1800-2000) ». Femme au café, de Charles Auguste Edelmann. (© Coll. particulière)

En 2020, lors de la dernière édition du festival Normandie impressionniste, nous avions beaucoup apprécié l’exposition temporaire organisée à Ouistreham, Les petits maîtres et la Seine, sous le commissariat de Michel Prigent. À travers un corpus d’œuvres ayant le grand fleuve normand – que l’on nous autorise cette touche de « chauvinisme régionaliste » – pour thème central, il s’agissait de rendre hommage à des artistes, certes moins connus que les grands noms de la peinture, mais pas forcément moins talentueux. La notoriété est parfois une question de chance, dépendant de la bonne rencontre avec le bon marchand d’art, ou la bonne marraine… Michel Prigent « récidive », à la grange aux dîmes de Ouistreham, avec cette fois les dames mises à l’honneur.

Ces « petits maîtres » de la peinture, ce sont ceux qui suivent de près les « grands maîtres » et qui sont le plus souvent leurs collègues d’atelier. Ils sont aussi leurs amis, leurs condisciples dans les écoles de beaux-arts, leurs compagnons de sortie ou de bohème, voire parfois leurs maîtres – ou leurs élèves. Ces peintres moins cotés, sont peu présents dans les musées d’Orsay, d’Art moderne de Paris ou du centre Pompidou. Mais, de nos jours, de nombreux conservateurs travaillent à les faire reconnaître et à montrer leur histoire, leur talent, leur contribution à l’histoire de l’art. C’est aussi ce qu’accomplit Michel Prigent. Certes, nous n’avons pas encore vu cette exposition, mais le cadre exceptionnel de la grange aux dîmes et la qualité de la manifestation de 2020, ne nous laissent aucun doute sur l’intérêt de celle-ci.
 

INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Grange aux dîmes de Ouistreham, du 9 juillet au 6 septembre 2022. Entrée gratuite.
Ouvert de 14h à 18h, sauf le lundi. Visites de groupes le matin sur rendez-vous. Tél. : 06 12 58 45 32
Catalogue : 92 pages, 21x29,7, dos carré collé. 20 €

 
Arrticle publié dans Patrimoine Normand n°122, par Stéphane William GondoinStéphane William Gondoin

Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Tue, 12 Jul 2022 15:02:01 +0100
<![CDATA[ Des nouvelles du Douglas C-47 de Merville ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148976-douglas-47-merville.html Le Douglas C-47 SNAFU, au musée de la Batterie de Merville. (­­© Stéphane William Gondoin)

Dans une lettre sympathique, un de nos lecteurs, ­M. Delafosse, de Coutances, nous en demande un peu plus sur le passé et l’avenir du Douglas C-47 de Merville. Le musée de la Batterie de Merville constitue un site incontournable pour tous ceux qui veulent comprendre et mesurer l’importance de ce qui s’est passé le matin du 6 juin 1944. À deux kilomètres de la mer, orientée vers la baie de l’Orne, la batterie avait été désignée par le haut commandement allié comme l’un des grands objectifs du D-Day. Prise par 150 hommes de la 6th Airborne Division, c’est aujourd’hui, un vaste complexe, bien aménagé, où l’on peut admirer un authentique Douglas C-47. C’est depuis un appareil de ce type que les intrépides combattants du 9th Parachute Battalion sautèrent sur la DZ (Drop Zone) ‘V’ de Varaville pour s’emparer des canons de Merville et les détruire. Le vieux Douglas est arrivé en Normandie en 2007, non pas par les airs, mais par la route depuis la Bosnie. Il était sur une base militaire où il faisait office de bar pour des Américains. Amené jusqu’à Merville, il est remis dans son aspect du Jour J après cinq mois de travail. Il n’a pas volé depuis sa restauration et il n’est pas non plus prévu de le faire voler. Il faut dire que cet appareil a finalement participé au plus important, la Normandie, la Provence, Arnhem, Bastogne, le passage du Rhin, et c’est maintenant un grand vétéran. Via le site de la batterie, il est possible de faire un don pour aider à la restauration constante que nécessite le premier avion de transport militaire et de parachutage de la Seconde Guerre mondiale à être classé monument historique.

Prendre place aux commandes d’un vétéran de guerre. (­­© Stéphane William Gondoin)

Prendre place aux commandes d’un vétéran de guerre. (­­© Stéphane William Gondoin)

INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Site Internet : www.batterie-merville.com
 
Arrticle publié dans Patrimoine Normand n°122, par Hubert GroultHubert Groult

Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Tue, 12 Jul 2022 14:46:01 +0100
<![CDATA[ Excursions en Normandie… à Pont-Audemer ! ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148975-excursions-en-normandie-pont-au.html Exposition « Excursions en Normandie, Photographies de Joseph-Louis Dumans » au musée Alfred-Canel - Pont-Audemer. (­­© Collection Musée Alfred-Canel Pont-Audemer)

Jusqu’au 25 septembre 2022, le musée Alfred-Canel de Pont-Audemer vous propose l’exposition temporaire intitulée Excursions en Normandie, qui met une nouvelle fois en valeur son riche patrimoine photographique. De 1906 à 1917, Joseph-Louis Dumans (1872-1917), qui tenait une pharmacie rue Thiers, a réalisé des milliers de clichés en Normandie. Maîtrisant le noir et blanc, mais aussi la couleur, ce remarquable technicien de l’image a figé les promenades familiales et amicales dans les environs de sa ville, au Havre comme à Rouen, à Honfleur comme à Deauville. C’est donc une véritable immersion dans la Normandie à la Belle Époque et durant les trois premières années de la Grande Guerre, que nous offrent les 150 clichés répartis entre tirages modernes sur papier, images vidéo projetées et points de diffusion stéréoscopiques, dont un écran 3D. À la pointe de la technologie de son temps, Joseph-Louis Dumans utilise en effet l’autochrome, un procédé inventé par les frères Lumière, qui accentue l’effet peinture des photographies avec un rendu pointilliste semblable à celui des peintres néo-impressionnistes.

Une autre façon de voyager dans le temps que celle proposée à Falaise, dans le cadre de l’ancienne maison du Pont-Audemérien Alfred Canel, grand érudit du XIXe siècle. L’un de ces lieux inspirés, « visionnés » aurait sans doute écrit Victor Hugo, où les planchers craquent à souhait, qui sentent l’encaustique et le parfum du savoir, ou plus exactement le parfum de la quête du savoir.

Musée Alfred-Canel à Pont-Audemer. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

Musée Alfred-Canel à Pont-Audemer. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Exposition visible jusqu’au 25 septembre 2022, du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h.
 
Musée Alfred-Canel
64, rue de la République
27500 Pont-Audemer
Tél. : 02 32 56 84 81
www.ville-pont-audemer.fr

 
Arrticle publié dans Patrimoine Normand n°122, par Stéphane William GondoinStéphane William Gondoin

Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Tue, 12 Jul 2022 12:52:01 +0100
<![CDATA[ Le retour des Médiévales à Falaise ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148974-medievales-de-falaise.html Les Médiévales de Falaise. (© Stéphane William Gondoin)

Vingt ans ! Voilà vingt ans déjà que chevaliers ou Vikings, cracheurs de feu, jongleurs ou trouvères, danseurs ou musiciens, mendiants ou riches marchands, orfèvres ou forgerons, tout droit sortis du Moyen Âge, se donnent rendez-vous dans la ville natale de Guillaume le Conquérant. D’abord circonscrite à l’enceinte du château ducal, la manifestation déborde, depuis 2016, sur la place où trône la statue monumentale du duc-roi, mais aussi dans les rues de la ville et dans le val d’Ante, lieu de la rencontre légendaire entre Robert le Magnifique et la belle Arlette.

Cette édition 2022 se déroulera durant le long week-end de l’Assomption, les 13, 14 et 15 août. Comme chaque fois, les visiteurs plongeront avec les mêmes délices dans le dédale des couloirs du temps, mais pas seulement : afin de fêter dignement ces deux décennies de festivités, les Médiévales sortiront de la seule ligne historique, qui les avait guidées jusque-là, pour une incursion dans l’univers de l’heroic fantasy (ou pour rester français, du « médiéval-fantastique »), ouvrant d’autres portes aux visiteurs, exposants ou compagnies. Après le succès des trilogies cinématographiques Le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit, adaptées des œuvres de J.R.R. Tolkien, ou plus récemment de la série télévisée Game of Thrones (Le Trône de fer en version française), le public appréciera de rencontrer magicien(ne)s, elfes, fées et toute autre créature merveilleuse. Gare cependant à ne pas croiser d’orque, ce lointain et terrible descendant du goubelin normand !

Les Médiévales de Falaise, en 2016. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

Les Médiévales de Falaise, en 2016. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

Les Médiévales de Falaise 2022. (Images Klayann Philippe Corbin © Patrimoine Normand)

INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Samedi 13, dimanche 14, lundi 15 août 2022 de 10 heures à 19 heures.
Marché nocturne le samedi et dimanche soir jusqu'à 22h30.
Spectacles de feu le samedi et le dimanche soirs dans le parc du château de la Fresnaye.
- BILLET 1 JOURNÉE : adulte : 8 € ; enfant (6 à 16 ans) : 2 € ; enfant de moins de 6 ans : gratuit.
- PASS' 2 JOURS
 : adulte : 10 € ; enfant (6 à 16 ans) : 4 € ; enfant de moins de 6 ans : gratuit.
 
Château Guillaume-le-Conquérant
Place Guillaume-le-Conquérant
14700 Falaise
Tél. : 02 31 41 61 44
www.medievalesdefalaise.com

 
Arrticle publié dans Patrimoine Normand n°122, par Stéphane William GondoinStéphane William Gondoin

Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Tue, 12 Jul 2022 12:37:01 +0100
<![CDATA[ Feuilleter Patrimoine Normand n°122 ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148972-patrimoine-normand-122.html
PATRIMOINE NORMAND N°122
- juillet-août-septembre 2022 -

ATTENTION :
Cette version numérique du magazine est présentée en basse définition à titre d'aperçu.
 
]]>
Tue, 12 Jul 2022 11:46:01 +0100
<![CDATA[ Bayeux : histoires sur toile… ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148970-tapisserie-de-bayeux-fragments-.html Exposition « Tapisserie de Bayeux : fragments d’histoires » au musée d’Art et d’Histoire Baron-Gérard de Bayeux.  (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

Jusqu’au 18 septembre prochain, le musée d’Art et d’Histoire Baron-Gérard de Bayeux vous propose une exposition temporaire intitulée Tapisserie de Bayeux : fragments d’histoires. Elle est organisée pour célébrer le 150e anniversaire de la coopération entre la ville de Bayeux et le Victoria & Albert Museum de Londres, qui permit en 1872 la réalisation de la première couverture photographique intégrale de ce chef-d’œuvre quasi millénaire.

À cette occasion, la prestigieuse institution britannique restitua à la capitale du Bessin un petit fragment de la Tapisserie, sans doute prélevé juste après la chute du Premier Empire par un sujet de Sa Gracieuse Majesté. À cette époque en effet, pas de vitre blindée à travers laquelle on admirait la fine bande de lin : on la déballait pour les visiteurs importants, à l’image de Charles Stothard, un artiste anglais dépêché vers le Bessin par la Société des antiquaires de Londres pour réaliser à la main (!) une reproduction en couleur de la Tapisserie. C’est d’ailleurs Stothard que l’on soupçonne d’avoir ramené (comme souvenir ?) le fragment rendu en 1872. Et ce petit lambeau de tissu, précieusement conservé à l’abri de la lumière, est un instantané de l’état de la Tapisserie au début du XIXe siècle. En conséquence, il fait l’objet d’études scientifiques régulières afin de mieux connaître notre superbe broderie du fond des âges.

C’est toute cette histoire, ou plutôt toutes ces histoires, que vous propose d’explorer la belle exposition du musée Baron-Gérard, labellisé, on le rappelle, musée de France.
 

Exposition « Tapisserie de Bayeux : fragments d’histoires » au musée d’Art et d’Histoire Baron-Gérard de Bayeux.  (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand) 

Exposition « Tapisserie de Bayeux : fragments d’histoires » au musée d’Art et d’Histoire Baron-Gérard de Bayeux.  (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Exposition visible du 14 mai au 18 septembre, de 9h30 à 18h30.
 
Musée d’Art et d’Histoire Baron-Gérard
37, rue du Bienvenu
14400 BAYEUX
Tél. : 02 31 92 14 21
www.bayeuxmuseum.com

 
Arrticle publié dans Patrimoine Normand n°122, par Stéphane William GondoinStéphane William Gondoin

Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Mon, 11 Jul 2022 17:27:01 +0100
<![CDATA[ Château de Vascœuil - Rendez-vous avec un « SUPER ERRÓ » ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148969-super-erro-vascoeuil.html Exposition « SUPER ERRÓ » au château de Vascœuil. (© Aïssam Kaaouas)


DATE : 
Du 16 avril au 23 octobre 2022.
LOCALISATION :
VASCœuil (27).

 

L’artiste islandais Guðmundur Guðmundsson, dit ERRÓ, est à l’honneur sur les cimaises du château de Vascœuil. Une cinquantaine de toiles dont certaines monumentales, mais aussi des collages, des aquarelles, des aquagravures, digigraphies et plaques émaillées. Les super-héros américains et les images de propagande chinoise, russe ou cubaine se mêlent avec grâce aux figures de la peinture classique, à celles des revues scientifiques ou aux images publicitaires. Son travail, éminemment politique, souvent critique, dénonce la guerre, les pouvoirs totalitaires ou la consommation de masse. Il révèle et dénonce les aberrations de notre société. Dans certaines de ses compositions, il insère habilement des personnages de toiles de Ingres, Delacroix, Léger ou Picasso, lesquels se retrouvent cohabitant avec des stars du cinéma, des hommes politiques ou des héros de bandes dessinées.


Le château de Vascœuil. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand) 

Le château de Vascœuil. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Du mercredi au dimanche et jours fériés, de 14 h 30 à 18 h.
Tous les jours, du 1er juillet au 31 août, de 11 h à 18 h 30.
 
Château de Vascœuil
8, rue Jules-Michelet
27910 Vascœuil
www.chateauvascoeuil.com
Article publié dans Patrimoine Normand n°122, par Rodolphe CorbinRodolphe Corbin
CONSULTER L'AGENDA CULTUREL


Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Mon, 11 Jul 2022 17:10:01 +0100
<![CDATA[ Exposition « Un phare pour l'art » au musée Eugène-Boudin - Honfleur ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148967-un-phare-pour-art.html Exposition « Un phare pour l'art - l’Académie Julian à Honfleur (1949-1957) » au musée Eugène-Boudin à Honfleur. René Décrion (1925-1952) Honfleur, 1950 ?  (Coll. Dominique Decrion © Illustria)


DATE : 
Du 11 juillet au 7 novembre 2022.
LOCALISATION :
HONFLEUR (14).

 

Qui ne s’est pas demandé un jour, en passant devant le phare de l’ancien hôpital, à Honfleur, ce que pouvait bien évoquer l’inscription parlant d’un lieu « réservé aux artistes peintres et sculpteurs boursiers » de l’Académie Julian ?

En 1949, le sculpteur André Almo Del Debbio (1908-2010), co-directeur de la fameuse école privée de peinture et de sculpture fondée par Rodolphe Julian à Paris en 1867, découvrait en effet le phare de l’hôpital de Honfleur ; il suggérait alors l’idée que l’Académie Julian en fasse l’acquisition et y envoie chaque été le lauréat de son prix de peinture, afin qu’il puisse s’exercer sur le motif, comme d’autres artistes célèbres l’avaient fait avant lui.

À partir de 1950, le phare de l’hôpital devient un outil au service de l’art en même temps qu’un motif iconographique. C’est ainsi que la ville accueille de jeunes peintres – parmi lesquels René Décrion, Lee Owens, Alain-Paul Gerbaud ou encore François-Xavier Lalanne, le futur sculpteur animalier – et devient le théâtre d’une expérience aussi singulière que brillante durant quelques années. Ce sont ces artistes que l’exposition présente au travers d’environ 70 peintures, dessins et sculptures enrichis de nombreux documents d’archives inédits (lettres, photographies). Depuis la plateforme supérieure du phare, les jeunes lauréats nous livrent ainsi un aperçu singulier de la cité (ses rues, ses toits, ses bassins) et des motifs maritimes qui l’entourent.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Du 1er avril au 30 juin : tous les jours sauf le mardi de 10h à 12h et de 14h à 18h.
Du 1er juillet au 31 août : tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h.
Du 1er octobre au 31 mars : tous les jours sauf le mardi de 10h à 12h et de 14h30 à 17h30.
Fermeture : le Mardi, les 1er mai, 14 juillet, 25 décembre.
 
Musée Eugène-Boudin
Place Érik-Satie
14600 HONFLEUR
Tél. : 02 31 89 54 00
www.musees-honfleur.fr
 
Article publié dans Patrimoine Normand n°122, par Rodolphe CorbinRodolphe Corbin
CONSULTER L'AGENDA CULTUREL


Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Mon, 11 Jul 2022 16:58:01 +0100
<![CDATA[ « De gaze ou de rose, faites le point ! » à la Maison des dentelles d'Argentan ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148966-de-gaze-ou-de-rose.html Exposition « De gaze ou de rose, faites le point ! » à la Maison des dentelles d’Argentan. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)


DATE : 
Du 15 mars au 20 novembre 2022.
LOCALISATION :
ARGENTAN (61).

 

Réputée pour ses dentelles aux fuseaux, la Belgique tente de concurrencer la dentelle d’Alençon dans la seconde moitié du XIXe siècle en fabriquant une dentelle à l’aiguille dotée d’un réseau extrêmement léger : le point de gaze. Les motifs de roses sont le thème principal des décors ornant ces dentelles. La création de pétales en relief, mettant encore plus en valeur les fleurs, donne naissance à une variante du point de gaze encore plus audacieuse : le point de rose.

Cette exposition temporaire, visible jusqu’au 20 novembre 2022, présente des pièces d’exception (volants, cols, mouchoirs, mantilles…) confectionnées entre 1850 et 1900. Elles témoignent des évolutions techniques et esthétiques de la production manufacturière belge et questionnent les points communs et les différences entre cette dernière et la production alençonnaise.


Exposition « De gaze ou de rose, faites le point ! » à la Maison des dentelles d’Argentan. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand) 

Exposition « De gaze ou de rose, faites le point ! » à la Maison des dentelles d’Argentan. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

La Maison des dentelles à Argentan. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand) 

La Maison des dentelles à Argentan. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

L’occasion pour le musée de présenter des pièces de ses collections rarement visibles, notamment certaines issues de la donation Mireille Ninin : cette passionnée a collectionné les dentelles pendant près de 65 ans. À son décès, son époux a fait don, en 2018, de l’ensemble de sa collection, composée de près de 1000 pièces, à la Maison des dentelles d’Argentan.

En parallèle de l’exposition, tout l’été, venez jouer en famille au musée avec le « Je(u)-visite » sur le thème des fleurs : observation, énigmes et jeux en accès libre sont au rendez-vous jusqu’au 31 août.
 

INFORMATIONS PRATIQUES :
 
De mars à juin et de septembre à novembre, du mardi au dimanche : 13h30 – 18h.
En juillet et août, du mardi au samedi : 10h – 12h30 / 13h30 – 18h et le dimanche : 13h30 – 18h.
Fermé les lundis et les jours fériés (sauf les après-midis du 14 juillet et du 15 août).
 
Maison des Dentelles
34, rue de la Noé
61200 ARGENTAN
www.argentan.fr 

Tél. : 02 33 67 50 78
Article publié dans Patrimoine Normand n°122, par Rodolphe CorbinRodolphe Corbin
CONSULTER L'AGENDA CULTUREL


Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Mon, 11 Jul 2022 16:31:01 +0100
<![CDATA[ Les marais verts font leur grand retour ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-148965-marais-verts.html Dans le parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin : la vallée de l’Aure. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

Le parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin est un territoire à dominante rurale reconnu pour la qualité de ses paysages et milieux naturels. Situé sur les départements de la Manche et du Calvados, il a pour vocation de protéger et valoriser son patrimoine naturel et culturel sur l’ensemble de ses terres, soit une superficie de 146 000 ha dont 30 000 ha de zone humide. Ce point d’accueil touristique est aussi un axe de migration majeur pour l’avifaune. Le parc se situe au cœur de la voie migratoire Atlantique-Est qui draine les oiseaux nichant dans le nord de l’Europe.

Aux premières lueurs du printemps, la blanchie des marais blancs disparaît pour laisser place à la saison des marais verts. Le territoire change complètement, les immenses étendues d’eau s’assèchent progressivement, l’herbe apparaît et la faune hivernale entame à nouveau sa migration pour laisser place à de nouveaux oiseaux. Les agriculteurs profitent de l’occasion pour entamer la traditionnelle mise au marais. La Maison du Parc vous accueille pour vous faire découvrir l'espace naturel des marais. Ce point d’accueil et d’information vous propose, à travers son programme d’animations, des expériences mémorables.

Balade à vélo au sentier des marais de l'Aure. (© Thierry Houyel)

Balade à vélo au sentier des marais de l'Aure. (© Thierry Houyel)

Au rendez-vous : de la randonnée pédestre ou à vélo, des balades sur l’eau, des sorties ornithologiques et bien d'autres activités.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Maison du Parc
3, village Ponts-d'Ouve
50500 CARENTAN-LES-MARAIS
Tél. : 02 33 71 65 30
www.parc-cotentin-bessin.fr. 

 
Article publié dans Patrimoine Normand n°122, par Rodolphe CorbinRodolphe Corbin
CONSULTER L'AGENDA CULTUREL

Abonnement Patrimoine Normand
]]>
Mon, 11 Jul 2022 16:14:01 +0100