Patrimoine normand

Le Vieil-Évreux - Sanctuaire antique

Le Vieil-Évreux - Sanctuaire antique

Le Vieil-Évreux - Gisacum. Vue sur la salle chaude et la chaufferie et masque en tôle de bronze. (Photo Eric Bruneval © Patrimoine Normand).


Extrait Patrimoine Normand n°22.
Par Isabelle Audinet.

 

Sur les lieux de l’ermitage d’un saint assez mystérieux, les hommes ont construit ce qui allait devenir l’un des plus beaux villages de France. Le paysage, la lumière, la pierre, les hommes, tous semblent s’être unis pour y contribuer. Un autre visage de la Normandie, trop peu connu.

Statues en bronze trouvées au grand sanctuaire. A gauche, Apollon (IIe siècle), à droite, Jupiter Ie siècle). (© Jean-Pierre Godais, Musée d’Evreux.)
Statues en bronze trouvées au grand sanctuaire. A gauche, Apollon (IIe siècle), à droite, Jupiter Ie siècle). (© Jean-Pierre Godais, Musée d’Evreux.)

Site exceptionnel, connu depuis longtemps, fouil­lé puis laissé en friches, les thermes du Vieil-Évreux sont de nouveaux fouillés depuis 1996, en vue d’une prochaine mise en valeur. Ce plan de réhabilitation est programmé par la direction de l’Action Culturelle du Conseil Général de l’Eure, propriétaire des Thermes, avec pour finalité, la réalisation d’un jardin archéologique. Les dernières campagnes de fouilles ont permis d’affiner la compréhension du site. Mais les thermes ne sont qu’une infime partie d’un vaste ensemble s’étendant sur 230 hectares, sanctuaire vraisemblablement extra-régional, aux portes de la cité antique Mediolanum Aulercorum (Évreux), chef-lieu de cité des Aulerques.
 

Historique des fouilles et découvertes

Si les premières fouilles ont eu lieu en 1801 par François Rever, le site est lui connu depuis bien plus longtemps. En fait, d’importantes ruines doivent être encore visibles au Moyen Âge, mais leur identification n’est pas alors établie : une tradition (Chronique Normande) veut que ce soit les ruines d’un château fort construit par Richard, comte d’Évreux.

Au XVIIIe siècle, l’ancienneté et l’ampleur du site sont bien perçues par la population, mais la fonction attribuée aux ruines est fort éloignée de la réalité : « Il y eut un ancien fort sur les ruines duquel Richard aurait élevé son château et que ce fort aurait été bâti par les Romains, aussi bien qu’une espèce d’Aqueduc… » « On sait encore que ces masures et ces restes de murailles qu’on y voit, n’ont qu’une étendue très petite en comparaison de celle que devait avoir cette ville, et que ces débris ne montrent tout au plus que l’apparence d’un fort et d’un château ruiné » (G. Brasseur, Histoire civile et ecclésiastique du comté d’Évreux, Pa...

 

Il vous reste 90 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand