Patrimoine Normand magazine

 

Dragons et drakkars : le mythe viking de la Scandinavie à la Normandie

Jeudi 5 Juin 2008
Dragons et drakkars : le mythe viking de la Scandinavie à la Normandie

Bateau viking, décor central de table : argent, 1882 (Propriété de Sa Majesté le Roi de Suède).


Extrait Patrimoine Normand N°10.
Par Jean-Maire Levesque.

Des brumes scandinaves aux prairies normandes, nous partons à la découverte du mythe viking.

 

« Le Français cultivé, tout comme le grand public de notre pays, ne tient pas tellement, en fin de compte, à connaître la vérité sur le compte des "fiers enfants du Nord". » C'est par ce constat désabusé que le professeur Régis Boyer, éminent spécialiste des civilisations nordiques au Moyen Âge, commence sa contribution à l'ouvrage publié à l'occasion de l'exposition par le musée de Normandie « Dragons et drakkars : le mythe viking de la Scandinavie à la Normandie », produite par le Conseil régional de Basse-Normandie et présentée dans les locaux prestigieux de l'Abbaye-aux-Dames, à Caen, du 22 juin au 27 août 1996.
En effet, plongé dans l'oubli après le triomphe de la christianisation, le souvenir des Vikings a survécu grâce à la tradition littéraire et historiographique glosant les témoignages des moines terrorisés par les invasions. Les monastères riches et sans défenses sont les victimes privilégiées de ces raids de guerriers présentés comme des païens sanguinaires. Tout occupés à implorer grâce du châtiment divin, nos clercs n'ont guère le loisir – ni sans doute le goût – de s'intéresser aux multiples facettes, le plus souvent pacifiques, de la civilisation des Vikings ! Cette vision horrifiée sera donc la seule transmise à la postérité. Cependant, considérés sous l'angle des histoires nationales, les Vikings sont de retour dès le XVIe siècle dans les ouvrages des humanistes scandinaves, déjà soucieux de retrouver pour leur pays un passé digne de rivaliser avec l'Antiquité gréco-romaine.
Les « Hommes du Nord » ne sont d'ailleurs connus sous ce nom de « Vikings » que depuis peu. Les auteurs du XIXe siècle, friands d'exotisme barbare, généralisent l'expression qui, dans les sagas des XIIIe et XIVe, signifie littéralement « faire le viking », c'est-à-dire partir en expédition maritime, activité incluant éventuellement le pillage. Un peu plus tard les auteurs français, soucieux de « faire vrai », inventent aussi le nom apocryphe de ce navire merveilleux, le « drakkar ». Il s'agit cette fois d'une erreur majeure : le mot scandinave signifiant « dragon », dont a été extrapolé le terme « drakkar », ne désigne qu'une figure de proue. On n'en connaît d'ailleurs quasiment pas de trace archéologique. Les fameuses sculptures zoomorphes du bateau d'Oseberg ne sont que des pièces de mobilier, ou, pour certaines peut-être, des objets cultuels. Mais ces erreurs sont devenues aussi symboliques qu'indissociables des rêveries que suscite le mythe viking.

L'art du dragon en Scandinavie

Le mythe viking est né et a grandi logiquement dans les terres d'origine de ces hardis navigateurs. Pendant tout le XIXe siècle, les pays scandinaves sont à la recherche d'une image d'eux-mêmes qui compense le destin amère de nations de second plan. La Suède, qui fit de la Baltique un lac suédois, a été ébranlée par l'impact de ses défaites militaires du XVIIIe siècle et de la perte de sa province de Finlande au profit de la Russie (1809). Le Danemark traverse le siècle entre l'humiliation des bombardements de Copenhague par la marine anglaise en 1801 et 1807, et la victoire de l'impérialisme prussien qui le prive en 1864 du Schleswig-Holstein. La Norvège subit le destin d'un pays dominé, passant en 1814 de la domination danoise à celle de la Suède, pour ne connaître l'indépendance qu'en 1905. Il faut se souvenir enfin que la moitié du XIXe siècle est en Scandinavie une période crise économique et d'émigration massive à l'intérieur de l'Europe ou vers les États-Unis.
Les fouilles archéologiques viennent alors à propos conforter l'exaltation romantique et nationale entretenue dans les cer...


Il vous reste 68 % de cet article à lire
commander ce magazine.

 


Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas