Patrimoine Normand magazine

 

La Grande Éperonnière

Vendredi 20 Avril 2018
La Grande Éperonnière

La Grande Éperonnière (XVIe siècle) (© Guillaume Néel).


Extrait Patrimoine Normand N°105.
Caricature de Guillaume Néel.
Par 
Stéphane William Gondoin.
 

C’est de notoriété publique : les dames ont en Normandie beaucoup de tempérament. Les Anglais l’apprirent à leurs dépens lorsqu’ils débarquèrent dans le Cotentin autour de l’an mille : ils furent copieusement rossés, chassés à coups de cruches cassées sur la tête. Et la Grande Éperonnière, née une poignée de siècles plus tard, est taillée dans la même souche. Alors que le roi Henri IV assiège la bonne ville de Falaise, pendant ces terribles guerres de Religion qui ensanglantent le pays, la voici qui s’illustre en défendant férocement les remparts. Henri, notoirement un homme à femmes, ne la remarque pas pour ses courbes avantageuses : lorsque les habitants se rendent enfin, le « Vert Galant » l’appelle à lui, la félicite pour sa valeur au combat, et lui accorde d’exhausser un vœu en gage de son respect. Elle ne demande rien d’autre que la grâce pour les vieillards, les autres femmes et les enfants. Le souverain va plus loin et l’autorise à se retirer dans la rue de son choix avec qui elle désire et jure que tout ceux qui s’y trouveront seront épargnés avec les biens qu’ils auront emportés. En souvenir de quoi on nomma ladite rue « Camp-Ferme », qui existe encore de nos jours.
 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°105, Avril-Mai-Juin 2018).
Tous droits réservés © Patrimoine Normand.



Abonnement Patrimoine Normand

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
  
 

 

 
Abonnement Patrimoine Normand

Pratique

 bas