Patrimoine Normand magazine

 

La destinée tragique de Guillaume Longue-Épée

Samedi 30 Mars 2019
La destinée tragique de Guillaume Longue-Épée

À gauche : Statue de Guillaume Longue-Épée, située contre le piédestal de la statue de Guillaume le Conquérant, à Falaise (© Stéphane William Gondoin). À droite : Le meurtre de Guillaume Longue-Épée. Les grandes chroniques de France (© The British library, Ms Royal 16 G VI, fol. 251 v., France, peut-être Paris, entre 1332 et 1350).


 
Extrait Patrimoine Normand N°109.
Par Stéphane William Gondoin.

Un saint ! Voici comment les auteurs normands des Xe et XIe siècles s’attachent à dépeindre la figure du successeur de Rollon. L’analyse de l’intégralité des témoignages historiques tend cependant à dresser un portrait plutôt contrasté, propre à tous les grands féodaux de ce temps : l’homme se montre souvent violent et toujours prompt à dégainer l’épée, tout en étant régulièrement la proie d’accès sincères de profond mysticisme.

 

Fascinant Xe siècle ! Le colossal empire fondé cent ans plus tôt par Charlemagne s’est décomposé, d’abord divisé par les rivalités opposant ses descendants, miné ensuite par les attaques incessantes des Vikings, terrassé enfin par des potentats locaux profitant du chaos ambiant pour s’affranchir de toute tutelle. De l’ordre ancien a émergé un monde nouveau, dominé par des seigneurs gouvernant d’une main ferme d’immenses principautés territoriales. Chacun d’entre-eux s’est accaparé les prérogatives régaliennes (exercer la justice, battre monnaie, lever l’impôt, lever l’armée) et mène sa propre politique. Dans un climat de guerres incessantes, les alliances se font et se défont au gré des circonstances : l’adversaire de la veille se transforme en allié du lendemain ; le compagnon de route du ma...
 

Il vous reste 89 % de cet article à lire.

 




Abonnement Patrimoine Normand

 
ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE :
Dans le magazine, pour des questions évidentes de place, nous n’avons pu mentionner les sources premières. Voici les principales ayant été utilisées :
• Pierre Bauduin, La première Normandie, Paris, 2004.
• Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, Caen, 1961.
• Stéphane William Gondoin, Emma de Normandie, Cahors, 2011.
• François Neveux, La Normandie des ducs aux rois (Xe–XIIe siècle), Rennes, Ouest-France, 1998.
• Jean Renaud, Les Vikings et la Normandie, Rennes, Ouest-France, 1989.

• Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducucum, éd. J. Lair, Caen, 1865.
• Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, 1961.
• Flodoard, Annales, éd. P. Lauer, Paris, 1905. Traduction française dans la version de Guizot sur Gallica (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k914543/f84.item).
• Hugues de Fleury, Modernorum regum Francorum actus, in. Monumenta Germaniae Historica, Tomus IX (pp. 376-395).
• Richer de Reims, Histoire de France, éd. de Robert Latouche, 2 vol., Paris, 1967-1964. Une édition en ligne avec traduction est disponible sur Gallica (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k361020/f1.image).
• Complainte sur la mort de Guillaume Longue-Épée, petit poème sans doute composé peu après l’assassinat du duc, disponible en plusieurs versions latines avec traductions anglaise, allemande et danoise, disponible ici (http://vlib.iue.it/carrie/documents/planctus/planctus/PWL1.html).
• Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum ducum, éd. J. Marx, Paris et Rouen, 1914.
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas