Patrimoine Normand magazine

 

Ouistreham, les petits maîtres à l’honneur

Mardi 21 Juillet 2020
Ouistreham, les petits maîtres à l’honneur

Exposition « Les Petits Maîtres et la Seine » Couleurs et reflets (1830-1980). La grange aux Dîmes. Un cadre idéal pour une exposition hors norme. (© Stéphane William Gondoin)

[Durée de lecture : 3 minutes] La ville de Ouistreham participe pour la première fois au festival Normandie impressionniste. À cette occasion, elle a mis les petits plats dans les grands, en plaçant les petits maîtres sur le devant d’une scène où nous trouvons d’habitude… les grands !


DATE : 
Jusqu'au 12 septembre 2020.
LOCALISATION :
OUISTREHAM (14)

 

Ne cherchez pas ici les signatures de Monet, Degas, Pissarro ou Marquet, même si l’on sent l’omniprésence de leur influence : les emplacements sur les cimaises sont exclusivement réservés à des artistes de moindre renommée, qui pourtant n’avaient pas nécessairement moins de talent. « Ces petits maîtres », nous raconte Michel Prigent, commissaire de l’exposition, « ont parfois simplement manqué de chance, en ne rencontrant pas les personnes susceptibles d’accroître leur visibilité ou en ne participant pas aux bonnes manifestations. Par ailleurs, on les imagine souvent séparés des " grands " par une sorte de fossé de notoriété. En réalité, tout ce monde, " petits " ou " grands ", vivait ensemble, travaillait ensemble, faisait la fête ensemble... »

Une petite merveille signée Eugène-Anatole Hillairet, Le quai aux vins et Notre-Dame, vers 1900. (© coll. Privée – Photo Stéphane William Gondoin)

Une petite merveille signée Eugène-Anatole Hillairet, Le quai aux vins et Notre-Dame, vers 1900. (© coll. Privée – Photo Stéphane William Gondoin)

Au fil de l’eau

À la grange aux Dîmes, l’exposition Les petits maîtres et la Seine constitue d’abord une invitation à voyager à travers le temps, en descendant plusieurs centaines de kilomètres du grand fleuve comme si nous étions montés à bord d’un bateau. Après quelques splendides nus féminins, allégories traditionnelles des sources, nous embarquons du côté de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne), à la confluence de l’Yonne et de la Seine : direction la forêt de Fontainebleau pour rendre un hommage appuyé aux peintres de la fameuse école de Barbizon, à laquelle appartenaient Camille Corot, Théodore Rousseau, Charles-François Daubigny et bien sûr le Normand Jean-François Millet. Nous saluons un peu plus loin Stéphane Mallarmé à Vulaines-sur-Seine, Paul Cézanne à Melun, avant de gagner Paris, grâce notamment à des œuvres de Gustave Lino, Jean Dehelly, Louis Braquaval… On y découvre aussi une composition saisissante signée Eugène-Anatole Hillairet, dans la plus pure des traditions impressionnistes, au centre de laquelle trône une cathédrale Notre-Dame dans toute sa splendeur.

En poursuivant notre périple, nous rejoignons la célèbre maison Fournaise, cette fameuse Grenouillère immortalisée par Claude Monet et surtout Renoir, avec son mythique Déjeuner des canotiers. Ici, nous devons l’œuvre exposée à Jules Cornillier.

Jules Cornillier, La Grenouillère, 1864. ( coll. Privée  Photo Michel Prigent) Léonard Bordes, Glaçons sur la Seine à Rouen, 1931. ( coll. Privée - Michel Prigent)
Jules Cornillier, La Grenouillère, 1864. (© coll. Privée - Michel Prigent) Léonard Bordes, Glaçons sur la Seine à Rouen, 1931. (© coll. Privée - Michel Prigent)

Vers la Manche

Et puis, et puis… cette Seine devient normande aux portes de Vernon, s’en vient lécher les pieds du Château-Gaillard et rejoint Rouen, ville industrieuse où le trafic des navires s’intensifie. « Toutes ces œuvres [nda : environ 120, provenant de collections privées] ont à la fois une valeur artistique, patrimoniale et documentaire, puisqu’elles nous montrent des paysages qui ont beaucoup changé, où l’on voit des édifices ou des aménagements disparus, » explique Michel Prigent avec dans les yeux cette lumière qui s’allume chez les seuls passionnés. Et lorsqu’on lui demande où vont ses coups de cœur, il s’arrête devant Péniches à Paris (vers 1920), de Marie Mela Muter, Intérieur d’église devant la Seine (vers 1910), de Xavier Boutigny, ou encore ce bouleversant Jeune couple et enfant au Havre, réalisé en 1947 par Fred Pailhès, montrant la détresse de jeunes gens, presque des enfants encore, subissant les frimas de l’hiver un bébé dans les bras, au milieu des ruines de leur ville.

Une exposition superbe, qui suscite enthousiasme artistique et émotion, et qui nous conte des histoires en nous parlant d’Histoire. À ne manquer sous aucun prétexte !

Michel Prigent présentant le tableau Jeune couple et enfant au Havre, réalisé en 1947 par Fred Pailhès. ( Stéphane William Gondoin)

Michel Prigent présentant le tableau Jeune couple et enfant au Havre, réalisé en 1947 par Fred Pailhès. (© Stéphane William Gondoin)

INDISPENSABLE !
 

 Les Petits Maîtres et la Seine  Couleurs et reflets (1830-1980)

L’exposition est ouverte jusqu’au 12 septembre 2020, du mercredi au vendredi de 14h à 18h, et le mardi, le samedi et le dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h. Tous renseignements ici.
Le très beau catalogue de l’exposition est en vente sur place au prix de 15 €. Nous ne saurons que trop vous conseiller de l’acquérir : les œuvres présentées ici appartenant toutes à des collections privées, elles repartiront chez leurs propriétaires dès la fin de la manifestation et ne seront sans doute plus accessibles avant bien longtemps.
 
Mis à jour le 21/07/2020 - par Stéphane William Gondoin.
CONSULTER L'AGENDA CULTUREL


Abonnement Patrimoine Normand
  

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 bas