Patrimoine normand

 

Promenade à Barfleur et ses environs

Jeudi 31 Janvier 2008
Promenade à Barfleur et ses environs

Port de Barfleur, avec au fond la silhouette massive de l’église et les maisons serrées le long des quais. Tous les bateaux ne sont pas amarrés au quai, seuls les plus grands dont les chalutiers, ainsi que des caseyeurs, fileyeurs, cordiers. Les autres sont mouillés au milieu du port avec les ligneurs de bars. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand.)


Extrait Patrimoine Normand n°32.
Par Isabelle Audinet.

 
 Médaille de bronze commémorant Étienne Airard, pilote du Mora, nef de Guillaume, en 1066. (Photo Éric Bruneval © Patrimoine Normand.)
Médaille de bronze commémorant Étienne Airard, pilote du Mora, nef de Guillaume, en 1066. (Photo Éric Bruneval © Patrimoine Normand.)

LA BLANCHE NEF
Le naufrage en 1120 de la Blanche Nef, esnèque de Barfleur armée par Henri Ier Beauclerc pour le transport vers l’Angleterre de trois cents jeunes nobles de son royaume (dont ses deux fils), est sans doute l’épisode le plus traumatisant de son histoire. Elle marque en effet la fin d’une dynastie, celle de Guillaume le Conquérant, et le début de nombreux conflits civils anglo-normands. En 1120, Henri Ier, alors, en Normandie depuis quatre ans, décide de retourner dans son royaume d’Angleterre. Il fait préparer à Barfleur un navire pour la traversée et, au dernier moment, un second pour le transport des jeunes gens du royaume. Cette esnèque appartenait à un certain Thomas, fils d’Étienne, pilote du Mora, vaisseau de Guillaume. La veille du départ fut arrosée, semble-t-il, plus que de raison, par les jeunes, entraînant avec eux l’équipage. Le lendemain, la Blanche Nef partit avec un peu de retard sur le navire royal et, voulant peut-être le rattraper, et sans doute pas en très bonne forme, l’équipage dirigea la nef plein nord, malheureusement dans une zone très dangereuse. La Blanche Nef s’empala sur le rocher de Quillebeuf, entraînant dans son agonie tous les passagers sauf un, Bérold, qui raconta le naufrage. Henri Ier, à partir de ce jour, ne revint presque jamais à Barfleur.

Un des plus beaux villages de France dans un cadre splendide, mais parfois hostile, Barfleur fut le théâtre de drames et d’entreprises glorieuses, et dut renaître plusieurs fois de ses cendres pour devenir ce qu’il est.

Il y a loin du Barfleur ancien, médiéval, au Barfleur actuel. Tout ou presque, a changé : le site, mangé peu à peu par la mer, la ville, dévorée par ceux qui l’avaient construite, les hommes. Quelques édifices médiévaux subsistent, notamment la maison de la cour Sainte-Catherine. Dans l’ensemble, l’habitat de Barfleur date du XVIIIe au XIXe siècle. Les événements qui ont frappé Barfleur expliquent la perte de ses maisons et infrastructures plus anciennes qui pourtant ont existé.
 

Grandeur et décadence de Barfleur

Rien ne transparaît du rôle capital que joua Barfleur du XIe au début du XIIIe siècle. Sa situation à la pointe est de la presqu’île du Cotentin fit en effet de Barfleur le port de prédilection des anglo-normands, puisqu’il était (avec Cherbourg), le port le plus proche des côtes anglaises parmi les ports normands de l’époque. Port en eau profonde et bien abrité, il possédait en outre une superficie suffisamment importante pour accueillir la flotte nombreuse des ducs rois. La tradition navale n’avait cependant pas débuté avec eux, et c’est la position géographique et la tradition maritime qui fit que l’on choisit Barfleur. Déjà en 1066, des charpentiers de marine de Barfleur auraient, dit-on, construit le Mora qui conduisit Guillaume en Angleterre. Ce qui est sûr en revanche, est que le pilote et l’équipage étaient de Barfleur. Guillaume, puis Henri Ier Beauclerc, Henri II et ses fils embarqueront donc régulièrement à Barfleur, faisant de ce port une ville riche et puissante. La fin de son rôle prépondérant est annoncée avec Philippe-Auguste et sa volonté de conquérir la Normandie. Elle est acquise dans les premières années du XIIIe siècle. Barfleur continue néanmoins à être un port commercial et économique important. Les années sombres débutent au XIVe siècle. En 1340, Philippe VI de Valois, roi de France, décide d’envahir l’Angleterre pour couper court aux revendications d’Henri III sur la Guyenne et la couronne de France. Il réunit alors une flotte dans le nord de la France, à l’Écluse, parmi laquelle neuf navires de fort tonnage fournis par Barfleur. Pris au piège, les Français ne purent se défendre et la flotte fut détruite. En 1346, c’est Barfleur lui-même qui fut pillé et détruit, Henri III ayant débarqué en France pour procéder à des raids destructeurs. C’est le début de la Guerre de Cent Ans et des drames qui l’accompagnent comme la Peste Noire, qui va toucher Barfleur, ou la destruction par la mer. À la fin de ce conflit, au XVe siècle, Barfleur n’est plus que l’ombre de la ville des XIe et XIIe siècles, les hommes qui restent recons...

 

Il vous reste 89 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
  
 

 

 
EN KIOSQUE
Patrimoine Normand 118 - Plages de Normandie

N°118
Juillet-Août-Septembre 2021

 Et profitez d'une offre 
 exceptionnelle 

-27%

4 numéros

29
au lieu de 40,00€



DERNIERS ARTICLES

Hors-série


LIBRAIRIE NORMANDE

 

ÉVÉNEMENTS

Dernière Vidéo

Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 Patrimoine normand