Patrimoine normand

 

Guy de Maupassant - Naissance d’un « Bel Ami »

Mercredi 30 Décembre 2020
Guy de Maupassant - Naissance d’un « Bel Ami »

Canotage à Gennevilliers, en 1874. C’est le loisir favori de Maupassant dès qu’il en a les moyens et l’occasion. Huile sur toile d’Édouard Manet, 130.2 × 97.2 cm. (Collection H. O. Havemeyer, legs de Mme H. O. Havemeyer, 1929 - © The Metropolitan Museum of Art - Domaine public – metmuseum.org)


Extrait Patrimoine Normand n°116.
Par Stéphane William Gondoin.

 
La « belle Ernestine » vers 1900. Elle avait alors autour de soixante ans et n’était donc plus la fraîche jeune fille qu’avait si bien connue Maupassant. Elle continuait toutefois de régaler tous ses visiteurs. Les murs de son auberge étaient tapissés d’autographes et de dessins de célébrités passées par sa table. (© Coll. Stéphane William Gondoin)
La « belle Ernestine » vers 1900. Elle avait alors autour de soixante ans et n’était donc plus la fraîche jeune fille qu’avait si bien connue Maupassant. Elle continuait toutefois de régaler tous ses visiteurs. Les murs de son auberge étaient tapissés d’autographes et de dessins de célébrités passées par sa table. (© Coll. Stéphane William Gondoin)

Voici donc le jeune Guy mis à la porte de son institution yvetotaise. Pas question cependant de le laisser déscolarisé, alors que pointe à l’horizon la perspective du baccalauréat. Sa mère l’inscrit donc incontinent au lycée Impérial de Rouen, aujourd’hui le très réputé lycée Pierre-Corneille.

Dans la métropole normande, comme il s’essaye à la poésie, Maupassant fait la connaissance du poète Louis Bouilhet (1821-1869), une célébrité à l’époque, qui le reçoit avec gentillesse et le prend en amitié. À propos de ce premier mentor, il écrira en 1882 : « Son œil large et bon, infiniment bon et perçant, s’allumait d’une petite lueur moqueuse et bienveillante. On y voyait distinctement cette ironie toujours en éveil, toujours aiguë, mais paternelle. » La disparition brutale de cet érudit de haut vol, professeur de lettres et conservateur à la bibliothèque de Rouen, met un terme prématuré à une relation s’annonçant prometteuse. On prête à Laure de Maupassant ces mots : « Si Bouilhet eût vécu, il eût fait de mon fils un poète. C’est Flaubert qui voulut en faire un romancier. »
 

premiers ébats

De retour à Étretat pour les vacances estivales de 1868, Guy profite des joies du bord de mer qu’il affectionne tellement. Et puis, de temps à autre, il y a ces repas dominicaux pris à l’auberge Aubourg, dans la commune voisine de Saint-Jouin, où l’on se rend à pied en jouant à saute-falaise et saute-valleuse. Et là, sur le pas de la porte de sa demeure normande, la belle Ernestine attend les cli...

 

Il vous reste 91 % de cet article à lire.

Dossier « Maupassant » (14 pages) :




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 Patrimoine normand