Patrimoine normand

Dans les pas de Néandertal - Les premiers hommes en Normandie

Lundi 13 Juillet 2015
Dans les pas de Néandertal - Les premiers hommes en Normandie

Reconstitution d'un individu de l'espèce neanderthalensis(Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°94
Par Thierry Georges Leprévost.

 
Chantier de fouilles sur le site néandertalien du Rozel (Manche), vieux de 110 000 ans. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)
Chantier de fouilles sur le site néandertalien du Rozel (Manche), vieux de 110 000 ans. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

Empreinte rarissime d'un pas de Néandertalien, au Rozel (Manche), vers 110 000 ans. Laissée par l'un de nos ancêtres ? Cette découverte faite en 2012 est à l'origine de l'exposition, qui s'appuie essentiellement sur les vestiges normands. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)
Empreinte rarissime d'un pas de Néandertalien, au Rozel (Manche), vers 110 000 ans. Laissée par l'un de nos ancêtres ? Cette découverte faite en 2012 est à l'origine de l'exposition, qui s'appuie essentiellement sur les vestiges normands. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

On a longtemps pris l'homme de Néandertal pour un raté de l'évolution. Au pire comme une brute épaisse dépourvue de langage et de culture, au mieux comme une espèce inférieure vouée à l'échec : n'a-t-il pas été remplacé par l'homme de Cro-Magnon, le fameux homo sapiens dont nous sommes encore les géniaux représentants ?! L'exposition en cours au musée de Normandie fait justice de ces préjugés, et présente l'état de nos connaissances sur homo neanderthalensis en s'appuyant notamment sur les découvertes réalisées en notre propre terre.

Des caractéristiques spécifiques archaïques

Son nom lui est donné en 1856, lors de la découverte près de Düsseldorf d'un squelette dans une grotte de la vallée de Neander (neandertal en allemand). On ne lui attache aucune importance pendant un demi-siècle, d'éminents « spécialistes » prétendant que ces restes sont ceux d'un homme malade, d'une époque indéterminée, mais sûrement pas préhistorique ! C'est là sans doute l'origine du malentendu qui a fait de lui un incompris. Jusqu'à ce qu'on le rapproche d'un crâne mis au jour dès 1848 dans une carrière de Gibraltar. Pourtant, son nom lui est resté en dépit du peu de cas qu'on en faisait ; malgré l'antériorité de cette découverte, il n'y aura pas d'homme de Gibraltar.

Depuis, l'Europe entière a livré des vestiges de cet être qui constitue une espèce humaine à part entière. L'homme de Néandertal est fortement musclé. Il a le crâne plus long que large (il est dolichocéphale), une protubérance occipitale prononcée, le menton effacé et un bourrelet osseux au-dessus des orbites oculaires, mais son volume crânien ne diffère pas du nôtre. Ses bras sont proportionnellement plus longs, ce qui ne signifie pas qu'il marchait en s'appuyant sur les mains à la manière d'un singe. Successeur d'homo erectus, il se tient debout sur ses jam...

 

Il vous reste 93 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand