Patrimoine normand

Les Thibault - Un Nobel pour une saga

Mercredi 22 Juin 2022
Les Thibault - Un Nobel pour une saga

La saga Les Thibault emmène le lecteur de la Belle Époque à la Première Guerre mondiale. Retour des tranchées par Sem (Roger Goursat), dans Quelques croquis de guerre, 1915-1916. (© Paris musées – Musée Carnavalet - www.parismusees.paris.fr – Domaine public)


Stéphane William Gondoin

Extrait Patrimoine Normand n°122
Par Stéphane William Gondoin.

 
Le château du Tertre vers 1900, à peu près à l’époque où Roger Martin du Gard le découvre. (© Coll. Stéphane William Gondoin)
Le château du Tertre vers 1900, à peu près à l’époque où Roger Martin du Gard le découvre. (© Coll. Stéphane William Gondoin)

Le 11 novembre 1937, la prestigieuse Académie suédoise révèle le nom de l’heureux récipiendaire du prix Nobel de littérature annuel : la majorité des suffrages s’est portée sur Roger Martin du Gard, « pour la puissance artistique et l’authenticité avec lesquelles il a dépeint les conflits humains, ainsi que certains aspects fondamentaux de la vie contemporaine, dans son cycle romanesque Les Thibault ».

À l’annonce de cette nouvelle, malgré les nombreuses œuvres déjà publiées et le succès obtenu auprès du public, Roger Martin du Gard (1881-1958) reste pour beaucoup de Français une énigme. Dans les colonnes du Figaro (éd. du 12 novembre 1937), le critique André Rousseaux confie qu’il « a parmi les écrivains d’aujourd’hui quelque chose d’exceptionnel : il ne laisse connaître ni les traits de son visage ni les détails de sa vie aux lecteurs de ses livres. On n’a jamais vu, jusqu’à présent, sa photographie aux vitrines des libraires ; il n’a jamais donné une interview. Le nouveau lauréat du prix Nobel fuit obstinément toute publicité. »
 

Au château du Tertre

Tout juste sait-on qu’il « réside le plus souvent à la campagne. Une carte datée de Bellême (Orne) nous apporte la dédicace des livres qu’il nous fait envoyer. » C’est en effet dans le Perche que Roger Martin du Gard a élu domicile. En 1925, il a acheté à son beau-père le château du Tertre, sur l’ancienne commune de Sérigny (aujourd’hui incluse dans la commune nouvelle de Belforêt-en-Perche), belle bâtisse d’époque Louis XIII qu’il a aménagée à son goût. Il y a notamment installé, comme il le consigne dans son Journal, « un centre de travail, une vie de famille, au cœur d’une biblio...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand