Patrimoine Normand magazine

 

Le Chevalier Des Touches - Barbey d’Aurevilly et ses fantômes

Mercredi 25 Juillet 2018
Le Chevalier Des Touches - Barbey d’Aurevilly et ses fantômes

« Cette ville a de mon cœur dans ses pavés et dans les pierres de ses maisons. » Représentation de Barbey d'Aurevilly par le sculpteur Zacharie Astruc (1833-1907), réalisée en 1876. Dépôt du musée d'Orsay. Musée Barbey-d’Aurevilly de Saint-Sauveur-le-Vicomte (© Rodolphe Corbin).
 


Extrait Patrimoine Normand N°106.
Par Thierry Georges Leprévost.
 

Toute sa vie, Jules Barbey d’Aurevilly est resté fidèle à la Normandie. Elle est son berceau, son maître, sa source d’inspiration, son Alpha et son Oméga. Une Normandie interprétée, magnifiée, fantasmée, en un mot aurevillienne : SA Normandie. Dans son roman Le Chevalier Des Touches, il promène le lecteur de Valognes à Granville, de Coutances à Avranches, de Carteret à Caen, au cours d’un périple littéraire superbe et désabusé à l’image de son auteur.

valognes, le spectre de son adolescence

Né à Saint-Sauveur-le-Vicomte le 2 novembre 1802, Jules Barbey se jouera à loisir de ce coup du sort qui lui donne la vie le jour des morts ! Ses parents l’envoient à Valognes, où il séjourne chez son oncle Jean-Louis Pontas du Méril, maire du bourg libéral, athée et franc-maçon, qui lui fait tourner le dos à la religion de son enfance, un paradoxe qui est la source de revirements spectaculaires dans sa façon de voir le monde. C’est à Valognes qu’il acquiert les fondements de sa culture et connaît à treize ans ses premiers émois amoureux, peut-être en la personne d’Ernestine du Méril, la fille de son oncle, hôte et mentor de son adolescence, plus vraisemblablement (car Ernestine est née comme lui en 1802) envers une autre jeune fi...

Il vous reste 86 % de cet article à lire
commander ce magazine.

 




Abonnement Patrimoine Normand
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
  
 

 

 
Abonnement Patrimoine Normand

Pratique

 bas