Patrimoine Normand magazine

 

La « Belle Ernestine »

Mercredi 25 Juillet 2018
La « Belle Ernestine »

La « belle Ernestine », 1841-1918 (© Guillaume Néel).


Extrait Patrimoine Normand N°106.
Caricature de Guillaume Néel.
Par 
Stéphane William Gondoin.
 

Elle était un peu la " mère Poulard " du pays de Caux et tenait au bord des falaises de craie, dans le bourg de Saint-Jouin-Bruneval, une auberge n’ayant rien à envier à l’établissement des sœurs Moisy, non loin d’Alençon. C’est qu’en son temps, comme à l’autre bout de la Normandie, le gotha artistique parisien se précipitait chez elle, fourchette et couteau scintillant dans les yeux. Dès qu’un peintre, un écrivain, un musicien, coulait quelques jours heureux à Étretat, il empruntait un coche histoire d’aller se pourlécher les doigts de sa cuisine de terroir. Et de la matière grise, il en défila autour de ses tables rustiques. Songez plutôt : de Monet aux deux Dumas, en passant par Offenbach, l’ami Corot, ou encore Maupassant, le local de l’étape… Et chaque fois, la Belle Ernestine s’employait à faire signer un autographe, griffonner quelques vers, ou remettre un petit dessin. Ces trophées tapissaient ensuite ses murs. Ah ! les plats d’Ernestine, vantés par Maupassant qui la porta au panthéon littéraire en la consacrant personnage de roman dans Pierre et Jean, sous le nom de « Belle Alphonsine ». À sa porte frappa même une authentique reine, à laquelle elle servit le plat du jour, des tripes. Et la reine en reprit, des tripes. Elle en reprit même trois fois !
 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°106, Juillet-Août-Septembre 2018).
Tous droits réservés © Patrimoine Normand.



Abonnement Patrimoine Normand

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiement sécurisé
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas