<![CDATA[ Magazine Patrimoine Normand ]]> http://www.patrimoine-normand.com fr copyright 2017 www.patrimoine-normand.com <![CDATA[ Magazine Patrimoine Normand ]]> http://www.patrimoine-normand.com/images/p/pat/patrimoine-normand.png http://www.patrimoine-normand.com Mon, 13 Feb 2017 21:55:36 +0100 <![CDATA[ Le Havre a cinq cents ans ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116922-le-havre-cinq-cents-ans.html Le Havre 1517 - création ( SWG).

Le Havre a cinq cents ans


  Extrait Patrimoine Normand N°100
Par Stéphane William Gondoin

Nous vous en parlons depuis quelques temps déjà, mais maintenant nous y sommes : 2017 marque pour Le Havre le cinquième centenaire de sa fondation par le roi François Ier. Dès 1515, les armateurs et négociants rouennais réclament l’implantation d’un avant-port dans l’estuaire, pour pallier le rôle d’Harfleur, autrefois qualifié de « souverain port de Normandie », dont l’envasement semble inévitable. Ils ont besoin à cet endroit d’un lieu propice au transbordement de leurs marchandises, depuis les navires de haute mer vers des embarcations plus légères capables de remonter la Seine. La première décision capitale, celle de créer un « hâvre et fortifficacion au lieu de Grasse », est prise le 7 février 1517. La seconde décision fondamentale remonte au 8 octobre 1517, quand par lettres patentes le roi François accorde à tous ceux qui accepteront de s’installer à la pointe de Caux, des exemptions fiscales sur les tailles et le sel. Il y exprime par ailleurs clairement sa volonté de créer une ville forte. Cette date est considérée par les historiens comme celle de la naissance véritable de la cité. L’endroit choisi pour l’installation, autour d’une crique bordée de terrains marécageux, nécessite des aménagements considérables. Des travaux pharaoniques sont donc entrepris et les lieux deviennent lentement vivables. Le souverain y effectue une première visite en août 1520. Suprême privilège, il lui donne même son nom, la baptisant à une époque indéterminée « ville Françoise ». La salamandre figurant sur le blason rappelle le lien intime unissant Le Havre et son fondateur.

FRANÇOIS IER, FONDATEUR DU HAVRE
François Ier, fondateur du Havre (© SWG).

 

Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 100Janvier-Novembre-Décembre 2017)


  ]]>
Tue, 07 Feb 2017 08:00:01 +0100
<![CDATA[ Le tour du monde des plages du Débarquement ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116880-le-tour-du-monde-des-plages-du-.html Normandy 44 exposition

Le tour du monde des plages du Débarquement


  Extrait Patrimoine Normand N°100
Par Stéphane William Gondoin

Fabrice Corbin
Fabrice Corbin, conservateur du musée du Grand Bunker de Ouistreham et créateur du musée intinérant (© PN).
Si tu ne vas pas aux plages du Débarquement, alors les plages du Débarquement viendront à toi. C’est le pari à la fois génial et insensé que lancent Fabrice Corbin, propriétaire du Grand Bunker de Ouistreham, et son équipe de dix personnes. L’idée de base est de créer une sorte de musée itinérant consacré au 6 juin 1944 et de l’emporter à travers tous les pays qui participèrent à cette page épique de l’histoire de l’humanité. Et l’on a vu les choses en grand, en très grand même : des centaines de mannequins en uniforme, d’objets archéologiques, des photos, des véhicules et même un char Sherman… Sans parler d’une salle de cinéma, de maquettes, de scènes thématiques… Au total six cent quatre-vingts tonnes de matériel emportées par douze semi-remorques, avec à chaque déplacement une quinzaine de jours pour le montage et le démontage des 3 000 m2 de décors modulables ! La tournée devrait débuter en février 2017 par une ville française, soit en Normandie ou pas trop loin des bases du musée, afin de permettre de rôder le dispositif. On parle ensuite des grandes agglomérations de tout le pays, puis de l’Angleterre, de la Belgique, des Pays-Bas, de l’Allemagne… On espère même effectuer des étapes outre-Atlantique, au Canada et aux USA. C’est là pour notre région une opportunité unique de faire parler d’elle partout dans le monde et ainsi rappeler qu’elle fut, il y a un peu plus de soixante-dix ans, le berceau de la liberté retrouvée. Bon vent donc à cette initiative hors norme, dont notre magazine s’enorgueillit d’être partenaire. 

 

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 100Janvier-Novembre-Décembre 2017)


  ]]>
Sat, 04 Feb 2017 09:00:01 +0100
<![CDATA[ Rome dans la plaine de Caen ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116878-rome-dans-la-plaine-de-caen.html Fouille archéologique Hérouvillette

Rome dans la plaine de Caen


  Extrait Patrimoine Normand N°100
Par Stéphane William Gondoin

Le sous-sol normand, c’est bien connu, regorge de richesses encore insoupçonnées et le moindre coup de pelleteuse donné pour l’aménagement d’une route ou la construction d’un quelconque bâtiment industriel, peut déboucher sur des trouvailles archéologiques de premier ordre. C’est ce qui vient de se produire à Hérouvillette (Calvados), sur le chantier de déviation de la RD513. À l’issue de fouilles préventives, une équipe d’archéologues du service archéologie du département du Calvados a mis au jour les fondations d’un temple gallo-romain remontant au Ier et au IIe siècle de notre ère. Impossible de savoir à l’heure actuelle à quelle divinité il était dédié. On y accédait à l’origine par une voie dallée, ce qui constitue une rareté en milieu rural où les chemins étaient généralement en terre. L’hypothèse la plus probable est que ce temple servait de lieu de culte aux communautés des villae dispersées dans les environs. Il semble qu’il ait pris la place d’une structure plus ancienne encore : des poteries gauloises ont en effet été exhumées dans les niveaux inférieurs, de même que des fosses pleines de coquillages, sans doute les restes de repas très anciens. Comme quoi « nos ancêtres les Gaulois » ne mangeaient pas de sangliers, comme le laisse croire une bande dessinée célèbre, mais en revanche beaucoup d’autres mets, à commencer par des fruits de mer. Autre découverte de taille : des caisses de munitions britanniques et allemandes datant de la Seconde Guerre mondiale, qui ont nécessité l’intervention de démineurs. L’archéologie, un métier à risque !

 


 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 100Janvier-Novembre-Décembre 2017)


  ]]>
Fri, 03 Feb 2017 14:18:01 +0100
<![CDATA[ 9h50 le matin en Normandie - France 3 ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-118034-9h50-le-matin-en-normandie-fran.html Patrimoine Normand 100
Patrimoine Normand l'invité de l'émission

"9h50 le matin" sur France 3.

Découvrez le numero 100 de Patrimoine Normand
 


  ]]>
Thu, 02 Feb 2017 17:25:01 +0100
<![CDATA[ L’avenir du pont Colbert de Dieppe ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116925-l-avenir-du-pont-colbert-de-die.html Le pont Colbert en action vers 1900 ( coll. SWG).

L’avenir du pont Colbert de Dieppe


  Extrait Patrimoine Normand N°100
Par Stéphane William Gondoin

1889. La France se prépare à l’inauguration de l’Exposition universelle de Paris et l’ingénieur Gustave Eiffel achève pour l’occasion la fameuse tour qui porte son nom. Au fil du temps, grâce à quelques visionnaires, on a appris à maîtriser le fer pour l’utiliser massivement dans la construction.

À deux cents kilomètres de là, sur les rives de la Manche, on met en service cette même année le « Grand pont », également réalisé en fer. Produit des cogitations de l’ingénieur Paul Alexandre, on le surnomme « le pont qui tourne » et on le baptise plus tard « pont Colbert ». Aujourd’hui encore, il permet de relier le centre-ville au quartier du Pollet. Il est le dernier grand pont tournant d’Europe fonctionnant dans sa configuration d’origine.

En 2009 cependant, on apprend que le syndicat mixte du port de Dieppe entend remplacer le pont Colbert par un ouvrage flambant neuf. Levée de bouclier immédiate chez les Dieppois amoureux de leur patrimoine, qui créent une association de protection. Après des années de lutte, il semble qu’enfin une lueur s’allume au bout du tunnel et que le pont Colbert soit sauvé : la commission régionale du patrimoine et des sites s’est prononcée en faveur de son inscription aux monuments historiques. Voilà qui ouvre des perspectives autres que l’achèvement d’une longue carrière chez un ferrailleur. Reste maintenant à se mettre d’accord sur le scénario : rénovation à l’identique ou modernisation ? L’affaire n’est pas encore terminée. À suivre donc.


Tous renseignements sur le site du Comité de sauvegarde du pont Colbert qui tourne : www.pontcolbert.fr
 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 100Janvier-Novembre-Décembre 2017)


 
]]>
Tue, 31 Jan 2017 08:00:01 +0100
<![CDATA[ Les jeux et sports normands enfin répertoriés ! ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116921-les-jeux-et-sports-normands-enf.html JEUX ET SPORTS NORMANDS

Les jeux et sports normands enfin répertoriés !


  Extrait Patrimoine Normand N°100
Par Thierry Georges Leprévost

­­On était depuis longtemps au courant de sa préparation, mais chut ! Il fallait savoir attendre, comme pour tous les mets les plus élaborés. C’est désormais chose faite : les éditions Tec-Nor ont publié Jeux et sports normands, un livre qualifié par la presse régionale de véritable bible en la matière !

Il n’aura pas fallu moins de quinze ans pour mener à bien la tâche. Il faut dire que l’éventail est large : jeux de foire, de comptoir ou de société ; jeux d’auberge ; jeux de balle, de boule ou de palets ; sports d’équipe… Soit 40 divertissements typiquement normands, pour tous les goûts, tous les âges, tous les publics, agrémentés de leur histoire, de leurs règles, présentés sur 120 pages, abondamment illustrés par des photos de leurs pratiquants. Et des conseils pour fabriquer soi-même certains jeux, en cuir ou en bois.
Car la Normandie est une province traditionnellement riche en jeux régionaux, dont la tèque et la choule sont à présent bien connues, car ce sont les spectaculaires ancêtres du cricket et du base-ball d’une part ; du rugby de l’autre. D’où l’association Téqueurs et chouleurs de Normandie (Tec-Nor en abrégé), fondée à Bricquebec en 2005, à l’origine du livre et du renouveau des pratiques.
Un succès, car les adeptes sont de plus en plus nombreux. Les équipes foisonnent, tant chez les jeunes que chez les plus anciens ; les demandes de rencontres et de tournois explosent, preuve que notre monde moderne n’est pas totalement voué à la télévision, au smartphone ou à la chasse aux Pokémons.


 
Prix : 15 €. Port gratuit dans le canton de Bricquebec. Ailleurs : 3 € par exemplaire.
Pour acheter ce livre, quelques points de chute utiles :
Jean-Marc Joly, Vaulaville 50700 Hémevez
Rémi Pézeril, La Luzerne de Haut 50260 Bricquebec ; remi@npng.org
Renseignements au + 33 (0)2 33 52 50 11

 

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 100Janvier-Novembre-Décembre 2017)


  ]]>
Tue, 24 Jan 2017 09:00:01 +0100
<![CDATA[ Flers à l’heure numérique ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116924-flers-heure-numerique.html Flers à lheure numérique

Flers à l’heure numérique


  Extrait Patrimoine Normand N°100
Par Stéphane William Gondoin

Depuis 2015, l’agglomération de Flers a initié une politique de développement numérique tous azimuts afin de valoriser son patrimoine et d’augmenter sa visibilité touristique. La première application lancée, Flers virtuel : du XIXe siècle à aujourd’hui, permet notamment de redécouvrir la cité telle qu’elle apparaissait avant les grandes destructions de la Seconde Guerre mondiale. Sa qualité lui a valu d’être primée au forum du tourisme numérique de Deauville, en 2016. La deuxième application est dédiée au château-musée et profite largement des techniques de réalité augmentée, notamment pour restituer l’évolution de l’édifice à travers les âges.

La troisième mouture, Les trésors de Flers, est cette fois entièrement consacrée au patrimoine industriel, et particulièrement  au passé minier des environs. Elle a pour cela bénéficié de l’expertise de l’association Le savoir et le fer, dont nous vous avions présenté l’activité dans notre N° 93. Rendez-vous donc au stade de Saint-Clair-de-Halouze, où débute une « chasse aux trésors » sur un parcours de 8 km. Vous passerez notamment au pied du chevalement de la commune, l’un des symboles locaux de toutes ces anciennes activités liées à l’extraction du minerai de fer et à la sidérurgie. À gagner, des entrées gratuites pour le musée du château de Flers. La culture, ça n’a pas de prix !


Tous renseignements auprès de l’office de tourisme de Flers Agglo – 4, place du Docteur-Vayssières - 61100 Flers.
Tél : + 33 (0)2 33 65 06 75 - www.flerstourisme.fr


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 100Janvier-Novembre-Décembre 2017)


  ]]>
Fri, 20 Jan 2017 08:00:01 +0100
<![CDATA[ Coup d’arrêt pour GDE à Nonant-le-Pin ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116926-coup-arret-pour-gde-nonant-le-p.html Cheval Nonant le Pin

Coup d’arrêt pour GDE à Nonant-le-Pin


  Extrait Patrimoine Normand N°100
Par Stéphane William Gondoin

Nous vous parlions en 2012 (voir Patrimoine Normand N° 83) de la volonté de GDE (Guy Dauphin Environnement), d’implanter à Nonant-le-Pin (Orne) un immense centre de broyage et de stockage de déchets automobiles. Il y avait de quoi s’inquiéter, en plein cœur d’une région fameuse pour ses haras (le plus connu étant le haras du Pin, à 6 km), au beau milieu de terres agricoles notamment réputées pour la culture bio, et en bordure d’un site classé Natura 2000 (Arrêté du 2 octobre 2014 portant désignation du site Natura 2000 « haute vallée de l'Orne et affluents »). Pour couronner le tout, le centre s’élevait juste au-dessus d’une nappe phréatique. Dans les tuyaux dès 2006, l’installation soulevait l’hostilité de la plupart des riverains, sensibilisés aux répercussions potentielles sur leur environnement et leur qualité de vie. La bataille a pris un tour judiciaire depuis des années, mais cette fois la messe semble dite.

Le 20 mai 2016, la cour d’appel administrative de Nantes a décidé d’annuler l’autorisation d’exploiter délivrée à la société GDE. Celle-ci a formé un pourvoi en cassation devant le Conseil d’État. La plus haute juridiction administrative française a tranché le 9 décembre dernier en rejetant le pourvoi. Il n’y a, semble-t-il, plus aucune autre solution de recours pour l’industriel, ce qui signifierait que le pot de fer ne l’emporte pas toujours sur le pot de terre.

GDE


Tous renseignements sur le site www.sauvegardedesterresdelevage.com.
 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 100Janvier-Novembre-Décembre 2017)


 
]]>
Tue, 17 Jan 2017 09:00:01 +0100
<![CDATA[ De loungue et de l’aise - Un nouveau CD de Magène ! ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116918-de-loungue-et-de-aise-un-nouvea.html De loungue et de l`aise - par Jean-Pierre Montreuil

De loungue et de l’aise
Un nouveau CD de Magène !


  Extrait Patrimoine Normand N°100
Par Thierry Georges Leprévost

C’est toujours un événement. Après des disques de chansons, une comédie musicale, des textes pour la veillée, l’association du Cotentin revient cette fois avec un nouveau CD entièrement parlé, qui présente la particularité d’être consacré à un seul auteur : Jean-Pierre Montreuil, et d’être dit par celui-ci. Son titre : De loungue et de l’aise, ce que l’on peut traduire librement par Sans me presser. Tout un programme ! Du propre aveu de l’auteur (et puisque le normand est une langue riche), il aurait pu aussi bien s’intituler De soc et de besoc 1, pour dire à la raundouole, coume cha vyint, pêquevéchi, paé graund d’quei ou un miot d’touot 2. Le dialectologue Jean-Pierre Montreuil poursuit ainsi la présentation de son œuvre : No-z-y veira eune ripâopée de pages mouoronnaées : des légendes, des histouères vraies, d’âotes rêvablles, des gâodenches, des fablles, que j’i féchounaées à men leisi. 3 À men leisi. Il aurait pu l’appeler ainsi, puisque le sens est le même, si ce titre n’était déjà pris par le grand poète normand Marcel Dalarun (A men leisi, en prenant le temps qu’il me faut, l’Harmattan 2004). Même les non normannophones auront globalement compris que ce recueil est un formidable espace de liberté : des histoires anciennes racontées à table par ses parents ; des anecdotes sur une famille du haut de La Hague entre les deux guerres ; de courtes fables édifiantes ; des adaptations ; des traductions ; bien d’autres choses encore… Pour prouver que le normand est une langue bien vivante ! Car, n’est-ce pas : Le normaund, ch’est eun reide jouli loceis, riche en forche et en couleu, d’aveu qui que no-z-est dauns le cas de rire, de plleurer et de jostaer 4. Une très jolie langue en effet, puissante et imagée, capable d’exprimer tous les sentiments. On ne saurait mieux dire.

 
De loungue et de l’aise, par Jean-Pierre Montreuil ; éditions Magène, 2016.

 


1) Comme ci, comme ça.
2) Au hasard, comma ça vient, mis n’importe comment, pas grand’ chose ou un peu de tout.
3) On y verra un ramassis de pages chuchotées : des légendes, des histoires vraies, d'autres imaginaires, des bavardages, des fables, que j'ai arrangées à ma guise.
4) Le normand, c'est une sacrée belle langue, riche en force et en couleur, qui nous met en situation de rire, de pleurer et de plaisanter.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 100Janvier-Novembre-Décembre 2017)


  ]]>
Sun, 15 Jan 2017 09:00:01 +0100
<![CDATA[ La Voix du Donjon en Normand ! ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116882-la-voix-du-donjon-en-normand-.html Voix du Donjon

La Voix du Donjon en Normand !


  Extrait Patrimoine Normand N°100
Par Stéphane William Gondoin

Ou plutôt, La Vouée du Dounjoun ! Car il s’agit d’un numéro hors-série de la fameuse revue de Bricbé/Bricquebec, qui présente la particularité d’être intégralement publié en langue normande. Les textes qui y sont rassemblés émanent pour la plupart d’auteurs actuels, qui les ont rédigés en 2015 ou début 2016. Ils sont une vingtaine qui ont contribué à cette publication tant attendue, en proposant 40 histoires, récits ou poèmes à l’inspiration très variée. Les « petites gens » de la couverture font référence à la dernière ligne de Tanguy, un poème d’Alphonse Poulain : Ch’était le destin ès petites gens du payis.
Ces petites gens, on les retrouve dans Goule de siâo, un portrait brossé par Jessie Decartrai, pseudonyme d’un poète de Carteret, comme son bénoum (surnom, sobriquet ; du latin bis, et nomen) l’indique ! Pour sa part, Jean de la Py-Ouitte, un autre Cartrétais (habitant de Carteret) y signe L’sav’ous ? (le savez-vous ?). Dans le registre comique, on lira Eune léçoun d’aungllais, de Gatt, alias Mireille de Quettetot. Trois jeunes y font leurs premières armes : Michel Nicole, Graund et Michel Le Bas. Trois sont des anciens (treis écrivans d’âotefeis) : Alexaunde Les Ventes, Jean Tolvast et… Gustave Flaubert en personne (en traduction normande), qui prêchent itou des p’tites gens (qui parlent aussi des petites gens) ! Et quatorze autres auteurs qui n’en sont pas non plus à leur coup d’essai. 


 
44 pages indispensables à tout Normand qui se respecte, à se procurer auprès des Amis du Donjon (mairie, 50260 Bricquebec ; contact Rémi Pézeril remi@npng.org) au prix unitaire de 12 euros, frais de port en sus.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 100Janvier-Novembre-Décembre 2017)


  ]]>
Fri, 06 Jan 2017 09:07:01 +0100
<![CDATA[ Feuilleter Patrimoine Normand n°100 ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116935-feuilleter-patrimoine-normand-1.html

Patrimoine Normand 100
Feuilleter Patrimoine Normand N°100
- janvier-février-mars 2017 -

Cette version numérique du magazine est présentée en basse définition à titre d'aperçu. 

Découvrez le sommaire de ce numéro. 
Cliquez ici

COMMANDEZ CE MAGAZINE

 
 

 
 
 
]]>
Thu, 05 Jan 2017 14:21:01 +0100
<![CDATA[ Un nouvel outil pour l’élevage équin normand ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116881-un-nouvel-outil-pour-elevage-eq.html pôle Hippolia de Saint-Contest

Un nouvel outil pour l’élevage équin normand


  Extrait Patrimoine Normand N°100
Par Stéphane William Gondoin

On le proclame souvent : le cheval est la plus noble conquête de l’homme ; mais force est de reconnaître que l’homme ne le lui a pas toujours correctement rendu… Utilisé aux champs, à la mine, comme force de locomotion, compagnon d’infortune - et involontaire - à la guerre, sa fidélité et sa loyauté furent souvent fort mal récompensées. On peut alors considérer comme un juste retour des choses l’inauguration, en novembre dernier, d’une nouvelle plateforme au pôle Hippolia de Saint-Contest (Calvados), en présence d’Hervé Morin, président de région, et de Gérard Larcher, président du Sénat, deuxième personnage de l’État. Cet équipement flambant neuf doit se consacrer à la recherche sur la santé équine, en mettant notamment l’accent sur les biotechnologies et le combat contre les maladies infectieuses ou chroniques (asthme équin par exemple). Mais on y veillera aussi au bien-être de l’animal, en surveillant la qualité de son alimentation et la préservation de son cadre de vie. La filière équine constitue un enjeu économique majeur en Normandie, avec 17 900 emplois concernés impliquant 6 470 entreprises, pour un chiffre d’affaire annuel de 1,3 milliards d’euros. Autant dire que cela compte. Notre région est - et de très loin - leader en France concernant le nombre de licenciés, les établissements équestres, la recherche et la formation, l’importance du cheptel… La mise à disposition de ce nouvel outil devrait encore renforcer cette prépondérance, issue d’une longue tradition d’élevage. 

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 100Janvier-Novembre-Décembre 2017)


  ]]>
Thu, 05 Jan 2017 09:01:01 +0100
<![CDATA[ L'hiver au marais du Cotentin et du Bessin ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116928-l-hiver-au-marais-du-cotentin-e.html ‹ Retour à l'agenda

Les marais de Carentan © Guillaume Hédouin
DATE :
Du 8 janvier au 19 mars 2017
LOCALISATION : 
Carentan

L'hiver au marais du Cotentin et du Bessin,
une saison à ne pas manquer !


Les amateurs et les passionnés d'oiseaux migrateurs, les amoureux de belles lumières, de grands espaces et d'eau, considèrent l'hiver comme la meilleure période pour découvrir l'âme des marais du Cotentin et du Bessin. Ici, au seuil de la presqu'île du Cotentin, on dit que les marais « blanchissent ». Aux crues hivernales, les fleuves recouvrent les champs, transformés en petites mers intérieures où se reflètent les ciels si changeants. Cette année, les offices de tourisme et le parc naturel régional vous proposent un programme très riche pour vous imprégner de cette ambiance hivernale. N'hésitez pas à mettre le nez dehors et participez aux balades à pied, en autocar, en attelage, ou en compagnie d'un guide nature à la maison du Parc et dans les réserves naturelles de Beauguillot et de la Sangsurière… Demandez le programme des sorties les Rendez-vous d'hiver du Parc de janvier à mars 2017 et la liste des bons coins pour profiter en autonomie du spectacle de la « blanchie » ! Équipement conseillé : bottes, tenue chaude et imperméable, jumelles et appareil photo.
 
INFORMATIONS PRATIQUES :
 
A partir du 9 janvier, ouverte tous les jours, sauf le lundi, de 9h30 à 13h et de 14h à 17h30
Maison du Parc
3,village Ponts d'Ouve
Saint-Côme-du-Mont
50500 CARENTAN-LES-MARAIS
Tél. : 02 33 71 65 30
www.parc-cotentin-bessin.fr

CONSULTER L'AGENDA CULTUREL
]]>
Thu, 05 Jan 2017 08:01:01 +0100
<![CDATA[ 14e Salon de sculptures de la Hêtraie ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116929-14e-salon-de-sculptures-de-la-h.html ‹ Retour à l'agenda

14e Salon de sculptures de  La Hêtraie
DATE :
Du 28 janvier au 12 février 2017
LOCALISATION : 
Saint-Romain-de-Colbosc

14e Salon de sculptures de « La Hêtraie » - A-C Ferrando.


Depuis bientôt trente ans, l’association La Hêtraie, du canton de Saint-Romain-de-Colbosc (76), organise en alternance des biennales de sculpture et de peinture. Cette année, la sculpture sera à l’honneur, avec comme invitée Annie-Claude Ferrando. Après des expositions dans toute la France, mais aussi en Grande-Bretagne et au Portugal, elle nous présentera des œuvres sur les thèmes de La Femme et des Cathédrales. Cette ancienne élève des Beaux-Arts de Rouen sublime tous les types de matériaux. Que ce soit le verre, le bronze, la terre, le papier, etc. toutes ses œuvres invitent à la découverte, au questionnement et au plaisir des yeux. Un régal pour les sens… En parallèle, cette 14e biennale de sculpture présentera, conjointement, un peu plus de cent œuvres de techniques et de thèmes variés, proposées par une trentaine d’artistes de talent et sélectionnées par un jury compétent, garantissant de ce fait un niveau de qualité élevé et consacrant ce salon comme l’un des plus importants du pays de Caux. 
 
INFORMATIONS PRATIQUES :
La Hêtraie
Du 28 Janvier au 12 février 2017
Tous les jours de 14h à 18h - Le week-end, de 10h à 12h et de 14h à 18h.
Salle des expositions, place Théodule-Benoist 76430 Saint-Romain-de-Colbosc

CONSULTER L'AGENDA CULTUREL
 
 
]]>
Wed, 04 Jan 2017 20:25:01 +0100
<![CDATA[ Exposition de Jacqueline Salmon - Du vent, du ciel, et de la mer ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-116911-exposition-de-jacquelin-salmon-.html ‹ Retour à l'agenda

Du vent, du ciel, et de la mer
DATE :
Jusqu'au 23 avril 2017
LOCALISATION : 
Le Havre

Exposition de Jacqueline Salmon.
Du vent, du ciel, et de la mer


Si vous rêvez de voler au beau milieu des nuées, vous ne pouvez passer à côté de l’exposition temporaire que vous propose le MuMa (musée d’Art moderne André-Malraux) du Havre. Derrière les vastes baies vitrées offrant une vue directe sur le grand large, sont réunies 160 œuvres de Jacqueline Salmon, artiste-photographe qui, à l’image d’Eugène Boudin, s’évertue à chasser les lumières éphémères, les formes changeantes et les caprices des nuages, la violence des pluies d’orage… Son inspiration, elle la puise évidemment en partie dans l’estuaire de la Seine, mais aussi dans les relevés météorologiques, les gravures illustrant ouvrages ou journaux anciens, les toiles de maîtres… Elle réinterprète ainsi certaines œuvres passées à la postérité, les détourne et se les approprie. Les réalisations sont toujours esthétiques, parfois même bluffantes, avec des mélanges de peinture et de photographie où l’on peine à démêler ce qui relève de chacun des deux arts. Un voyage poétique, hypnotique, initiatique presque, où souffle en permanence ce vent qui tutoie les vagues et emporte les âmes au cœur des océans.
 
INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Ouvert en semaine de 11h à 18 h et le week-end de 11h à 19h.
Fermé le mardi Entrée plein tarif 5 € - Gratuit le premier samedi de chaque mois Musée d’Art moderne André-Malraux
2, boulevard Clemenceau
76600 Le Havre
Tél. : 02 35 19 62 62
www.muma-lehavre.fr

CONSULTER L'AGENDA CULTUREL
]]>
Wed, 04 Jan 2017 16:37:01 +0100