<![CDATA[ Magazine Patrimoine Normand ]]> http://www.patrimoine-normand.com fr copyright 2018 www.patrimoine-normand.com <![CDATA[ Magazine Patrimoine Normand ]]> http://www.patrimoine-normand.com/images/p/pat/patrimoine-normand.png http://www.patrimoine-normand.com Sun, 18 Nov 2018 01:23:13 +0100 <![CDATA[ Exposition « la Société historique et archéologique de l'Orne » ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-134091-exposition-la-societe-historiqu.html Exposition « la Société historique et archéologique de l'Orne - 150 ans de collections, 8000 ans d'histoire » aux archives de l'Orne - Alençon (DR).

Derniers jours pour découvrir l’exposition « la Société historique et archéologique de l'Orne - 150 ans de collections, 8000 ans d'histoire » aux archives de l'Orne.


DATE : 
Du 5 juillet au 21 octobre 2018.
LOCALISATION :
Alençon (61)

 

Depuis 150 ans, la SHAO (Société historique et archéologique de l'Orne) a collecté des objets d’art et documents d’histoire nécessaires à l’accomplissement de ses missions : étudier, protéger et faire connaître le patrimoine ornais. Ses collections ne sont plus exposées depuis qu’elles ont quitté l’hôtel Libert (Alençon), il y a presque 50 ans. Les Archives départementales de l’Orne, qui les conservent depuis, présentent un florilège qui en montre tout l’intérêt.


À LIRE :

 

Galerie photos :

Exposition « la Société historique et archéologique de l'Orne - 150 ans de collections, 8000 ans d'histoire » aux archives de l'Orne - Alençon (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand). Exposition « la Société historique et archéologique de l'Orne - 150 ans de collections, 8000 ans d'histoire » aux archives de l'Orne - Alençon (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).
Exposition « la Société historique et archéologique de l'Orne - 150 ans de collections, 8000 ans d'histoire » aux archives de l'Orne - Alençon (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand). Exposition « la Société historique et archéologique de l'Orne - 150 ans de collections, 8000 ans d'histoire » aux archives de l'Orne - Alençon (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).
Exposition « la Société historique et archéologique de l'Orne - 150 ans de collections, 8000 ans d'histoire » aux archives de l'Orne - Alençon (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand). Exposition « la Société historique et archéologique de l'Orne - 150 ans de collections, 8000 ans d'histoire » aux archives de l'Orne - Alençon (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).
Exposition  la Société historique et archéologique de l`Orne

Exposition « la Société historique et archéologique de l'Orne - 150 ans de collections, 8000 ans d'histoire » aux archives de l'Orne - Alençon (Photos Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).

 
INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Exposition « la Société historique et archéologique de l'Orne - 150 ans de collections, 8000 ans d'histoire »
Du 5 juillet au 21 octobre 2018
Du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30 le dimanche de 14h30 à 18h
Entrée libre.

Archives départementales de l’Orne
8, avenue de Basingstoke
61 000 ALENÇON
Tél. 02 33 81 23 00
Tous renseignements sur www.archives.orne.fr

 
Article publié dans Patrimoine Normand n°107, par Rodolphe Corbin.
CONSULTER L'AGENDA CULTUREL


Abonnement Patrimoine Normand
  ]]>
Thu, 18 Oct 2018 20:20:01 +0100
<![CDATA[ François-Adrien Boieldieu ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-134038-francois-adrien-boieldieu.html François-Adrien Boieldieu. 1775 - 1834 (© Guillaume Néel).


Extrait Patrimoine Normand N°107.
Caricature de Guillaume Néel.
Par Stéphane William Gondoin.

 

C’est un peu le « Mozart normand ». Né rue aux Ours, à Rouen, son papa occupe le poste de secrétaire de l’archevêché et maman tient une boutique de mode réputée. Sans parler de famille riche, les Boieldieu sont pour le moins aisés. Lorsque François-Adrien fait preuve d’un talent musical précoce, promenant avec brio ses doigts minuscules sur le clavecin à 7 ans, se lançant dans des improvisations à l’orgue à 9 ans, c’est naturellement qu’on l’incite à persévérer dans cette voie. On lui donne alors pour maître Charles Brosse, organiste de la cathédrale.

Boieldieu est d’abord un compositeur d’opéras. Il acquiert sa notoriété sous le Directoire, la conserve sous le Consulat, l’Empire, la Restauration… À condition de ne pas véhiculer de message trop fort, la musique s’accommode volontiers des bouleversements politiques ! Enfin pas toujours : ça se complique sous la monarchie de Juillet, même si Adolphe Thiers lui fait allouer une pension honorable pour assurer sa subsistance. Il s’éteint dans sa maison de Varennes-Jarcy et est inhumé à Paris, au Père-Lachaise.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°107, Octobre-Novembre-Décembre 2018).
Tous droits réservés © Patrimoine Normand.


Abonnement Patrimoine Normand
 
]]>
Tue, 16 Oct 2018 15:39:01 +0100
<![CDATA[ Valérie Lemercier ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-134037-valerie-lemercier.html Valérie Lemercier. Née en 1964 (© Guillaume Néel).


Extrait Patrimoine Normand N°107.
Caricature de Guillaume Néel.
Par Stéphane William Gondoin.


Que Muriel Robin ne nous en veuille pas : à nos yeux Valérie Lemercier, actrice normande native de Dieppe, ayant grandi dans le village cauchois de Gonzeville, reste la seule et unique interprète de Frénégonde de Pouille et de son alter ego extra-temporel, Béatrice Goulard de Montmirail, dans Les visiteurs, de Jean-Marie Poiret. « Monsieur Ouille, pas avec votre poncho ! » Valérie Lemercier, c’est près d’une cinquantaine de films en trente ans de carrière. Et des deux côtés de la caméra s’il vous plaît, car elle excelle également en tant que réalisatrice. Il y a aussi ses one man show, ou plus exactement one woman show, qui lui ont valu pas moins de trois Molières. C’est que sa vitrine à trophées est bien garnie, puisqu’elle compte également deux César. Et, plus inattendu, une… Victoire de la musique glanée en 1997 au titre de l’« humoriste de l’année ». En 2018, elle apparaît à l’affiche de Neuilly sa mère, sa mère. Une artiste talentueuse et complète, au succès sans cesse renouvelé. Okay !


 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°107, Octobre-Novembre-Décembre 2018).
Tous droits réservés © Patrimoine Normand.


Abonnement Patrimoine Normand
 
]]>
Tue, 16 Oct 2018 15:27:01 +0100
<![CDATA[ Exposition « Rivages en guerre » aux archives de la Manche ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-134004-exposition-rivages-en-guerre-au.html Exposition « Rivages en guerre - le littoral manchois dans la Grande Guerre (1914-1918) » aux archives de la Manche - Saint-Lô (DR).

L’exposition « Rivages en guerre » aux archives de la Manche (Saint-Lô), à partir du 12 novembre 2018.


DATE : 
Du 12 novembre 2018 au 29 mars 2019.
LOCALISATION :
Saint-Lô (27)

 

Entre 1914 et 1918, la Manche est en première ligne de la guerre navale et mondiale. Ses 355 km de côtes sont touchés par la lutte sous-marine et l’espionnage. Dans ses ports débarquent des militaires et des travailleurs étrangers, des Britanniques, des Belges, des Américains, des Chinois... Les hostilités perturbent l’économie, et notamment la pêche. Elles font évoluer les infrastructures et les industries. Le conflit bouleverse les populations littorales. Les hommes sont mobilisés dans l’armée ou dans la marine, parfois à l’usine, alors que leurs familles, femmes et enfants, doivent aussi contribuer à l’effort de guerre.

À travers ses riches collections, les archives départementales nous révélerons ici l’histoire de la Manche du début du conflit jusqu’à la paix.
 

INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Exposition « Rivages en guerre - le littoral manchois dans la Grande Guerre (1914-1918) »
Du 12 novembre 2018 au 29 mars 2019
Du lundi au vendredi de 9h à 17h
Entrée libre et gratuite.

Archives départementales de la Manche
Maison de l'histoire de la Manche
103 rue Maréchal Juin
50 000 SAINT-LÔ
Tous renseignements sur www.archives-manche.fr

 
Article publié dans Patrimoine Normand n°107, par Rodolphe Corbin.
CONSULTER L'AGENDA CULTUREL


Abonnement Patrimoine Normand
 
LIBRAIRIE « 1914-1918 » :

]]>
Sun, 14 Oct 2018 20:56:01 +0100
<![CDATA[ La Fête de la Pomme, du cidre et du fromage 2018 - Conches ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-133972-la-fete-de-la-pomme-du-cidre-et.html La Fête de la Pomme, du cidre et du fromage de Conches (DR).

La Fête de la Pomme, du cidre et du fromage fête son 10e anniversaire le dimanche 28 octobre 2018 !


DATE : 
Dimanche 28 octobre 2018.
LOCALISATION :
CONCHES-EN-OUCHE (27)

 

Située dans l'arboretum de Conches, la Fête de la Pomme est devenue le rendez-vous incontournable en Normandie. En famille, entre amis, cette fête est l'occasion de découvrir ou redécouvrir des artisans, des producteurs, des métiers, des saveurs d'autrefois, du folklore... en bref de découvrir la Normandie ! Du brassage à l’ancienne des pommes en passant par la dégustation de jus de pommes fraichement pressé, du marché fermier géant aux animaux de la maxi-ferme, des animations amusantes et pédagogiques aux démonstrations de savoir-faire… vous découvrirez le terroir normand dans toute sa splendeur !

 

INFORMATIONS PRATIQUES :
 
Rendez-vous à l’arboretum de Conches le dimanche 28 octobre 2018 de 9h à 18h.
Entrée libre et gratuite.
 
Tous renseignements sur www.conches-en-ouche.fr
 
Article publié dans Patrimoine Normand n°107, par Rodolphe Corbin.
CONSULTER L'AGENDA CULTUREL


Abonnement Patrimoine Normand
   ]]>
Sat, 13 Oct 2018 12:30:01 +0100
<![CDATA[ Le château de Carneville et le loto du patrimoine ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-133936-chateau-carneville-loto-patrimo.html Le château de Carneville (© Association des Amis du Château de Carneville).

On parle beaucoup à l’heure actuelle de la mission menée par Stéphane Bern, qui a d’abord permis d’identifier près de 2 000 sites en péril partout en France. Dix-huit monuments emblématiques ont ensuite été désignés pour recevoir immédiatement des aides substantielles, grâce aux sommes dégagées par le Loto du patrimoine et le jeu de grattage Mission patrimoine.

En Normandie, c’est le château de Carneville (Manche) qui a été choisi pour bénéficier de cette manne. Son propriétaire, Guillaume Garbe, s’est vu remettre un chèque de 490 000 € afin d’entreprendre des travaux indispensables de restauration. Toutes les parties en bois (charpentes, boiseries d’intérieur…) de cette belle demeure du XVIIIe siècle, sont en effet menacées par la mérule, un champignon lignivore qui nécessite des travaux colossaux pour l’éradiquer et réparer ses ravages.

Au-delà du cas de Carneville, il est intéressant et particulièrement encourageant de constater à quel point les Français en général, les Normands en particulier, sont attachés à leur patrimoine. Une dizaine de jours seulement après le lancement du jeu Mission Patrimoine, 2,5 millions de tickets avaient déjà été vendus, soit 20 % du total émis, ce qui constitue un succès de l’aveu même de Stéphane Pallez, la PDG de la Française des Jeux. Ce procédé de financement, pour la première fois utilisé en France, est en revanche courant dans certains pays étrangers, par exemple l’Allemagne ou le Royaume-Uni. Rappelons par ailleurs qu’il est également possible de contribuer à la préservation de notre héritage en effectuant des dons (déductibles des impôts) auprès d’organismes reconnus, comme la Fondation du patrimoine (www.fondation-patrimoine.org). Une belle cause à défendre !

 
INFORMATIONS PRATIQUES :

Tous renseignements sur le site Internet du château www.chateaudecarneville.com
 

Article publié dans Patrimoine Normand n°107, par Stéphane William Gondoin.

Abonnement Patrimoine Normand ]]>
Thu, 11 Oct 2018 15:27:01 +0100
<![CDATA[ Le manoir du champignon ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-133683-manoir-du-lys-champignons.html Franck Quinton, étoilé normand depuis vingt ans (© Jean-Luc Péchinot).


 
Extrait Patrimoine Normand N°107.
Par Jean-Luc Péchinot.

Il est l’un des trois étoilés de l’Orne. En son Manoir du Lys, à Bagnoles-de-l’Orne, Franck Quinton appuie sa cuisine sur le champignon. Pas mieux dès lors pour s’y régaler de l’automne à pleines papilles.
 

Rayon champignons, Quinton, c’est le champion. De girolles en chanterelles, de morilles en trompettes et autres coprins chevelus, le plus mycophage des maîtresqueux normands voit des champignons partout. Jusqu’au sucre du café, qui reprend le logo de son manoir quatre étoiles : un bolet emblématique de sa forêt d’Andaine. Une sylve domaniale de sept mille hectares qu’il tutoie depuis son enfance : « Je l’arpentais déjà avec mon grand-père, mais c’est avec les weekends mycologiques que monpère a lancés que je me suis passionné. »

Des week-ends que notre coureur de bois a bien sûr perpétués, des groupes de gourmets accourant là chaque automne, portés tant par l’appel du palais que celui de la forêt. Sitôt acclimatés, les voilà le samedi matin sous la jolie halle de Bagnoles, un déjeuner et un cours de cuisine précédant les travaux pra...
 

Il vous reste 87 % de cet article à lire.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°107, octobre-novembre-décembre 2018).



Abonnement Patrimoine Normand
  ]]>
Wed, 03 Oct 2018 14:06:01 +0100
<![CDATA[ Les fusillés normands de la Grande Guerre ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-133686-fusilles-normands-grande-guerre.html Les fusillés normands de la Grande Guerre - Quand des Français exécutaient des Français (© Guillaume Néel).


 
Extrait Patrimoine Normand N°107.
Par Stéphane William Gondoin.

Entre le déclenchement de la Première Guerre mondiale et l’armistice du 11 novembre 1918, plusieurs centaines de soldats français sont passés par les armes, au terme de procédures judiciaires particulièrement expéditives, qui n’ont que l’apparence d’une justice digne d’un état démocratique. Parmi ces malheureux, on compte au moins 44 hommes nés dans les cinq départements normands.
 

Lorsque le conflit éclate au début du mois d’août 1914, des centaines de milliers de Français prennent la direction des dépôts régimentaires, avec un mélange d’enthousiasme, d’inquiétude et de résignation. On ne se fait certes aucune illusion : la guerre sera sanglante et certains n’en reviendront jamais ; elle sera cependant courte, et bien sûr victorieuse. « Biberonnés » à l’école de la IIIe République par les propos rassurants des manuels d’Ernest Lavisse, les citoyens-soldats montent au front persuadés que leurs « généraux sont aussi bra...
 

Il vous reste 88 % de cet article à lire.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°107, octobre-novembre-décembre 2018).



Abonnement Patrimoine Normand
  ]]>
Mon, 01 Oct 2018 09:33:01 +0100
<![CDATA[ La baie de l’Orne et ses trésors ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-133701-baie-de-orne.html L’estuaire de l’Orne (© OTINCPA Thomas Boivin).


 
Extrait Patrimoine Normand N°107.
Par Stéphane William Gondoin.

Si vous appréciez que vos balades vous entraînent dans de savants mélanges entre Histoire et grands espaces, voici une randonnée qui devrait vous apporter tout ce que vous désirez. En suivant les traces des héros de la 6th British Airborne Division, vous profiterez du spectacle permanent de la nature, avec des invités de marque si la chance vous sourit !
 

Pour attaquer notre itinéraire, rendezvous de bon matin derrière l’église de Ranville, à quelques kilomètres au nord de Caen. Ici, on affiche d’emblée la couleur et l’on se revendique fièrement comme le premier village libéré de France, titre honorifique auquel prétendent plusieurs autres communes normandes. Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, deux planeurs Horsa se posèrent en contrebas du bourg, à proximité d’un pont enjam...

 

Il vous reste 87 % de cet article à lire.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°107, octobre-novembre-décembre 2018).


Abonnement Patrimoine Normand
  ]]>
Mon, 01 Oct 2018 09:16:01 +0100
<![CDATA[ Michel de Decker : histoires stupéfiantes ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-133703-michel-de-decker-histoires-stup.html Saint Mauxe (Création R.Corbin © Patrimoine Normand).

MICHEL DE DECKER - HISTOIRES NORMANDES.
Journal de bord ma Normandie Bleue - n°107.
 
Extrait Patrimoine Normand N°107.
Par Michel de Decker.

Avec l’histoire stupéfiante d’un saint homme décapité qui folâtre de la vallée d’Eure à la forêt de Bizy, en passant par la Côte d’Azur et Saint-Wandrille, avec l’histoire rocambolesque d’un turbulent gamin du Vexin longtemps porté disparu, et avec celle, terrifiante, d’un fantôme qui a élu résidence en pays de Bray, le Journal de bord de ma Normandie Bleue est tout à fait disposé à nous prouver, une fois encore, que l’Histoire est le plus beau des romans...
 

il est libre, max...

Max, Maxime ou Mauxe est un bien étrange personnage. On le rencontre dans les Alpes-de-Haute-Provence et dans le même temps on le croise à Évreux ! On l'assassine à Acquigny et quelques siècles plus tard on le retrouve à Saint-Wandrille, quand ce n'est pas en forêt de Bizy où, paraît-il, il se manifestait encore il y a quelques années ! Mais pas les nuits de pleine lune, non, car Mauxe n'est pas un loup-garou. C'est un saint homme, au contraire, et si sa vie fut merveilleuse, sa mort l'est tout autant.

Le problème avec saint Mauxe (j'allais dire avec ce diable de saint Mauxe, mais je me suis aperçu à temps que c'eût été incongru !), le problème, donc, est que l'on a beaucoup de mal à séparer son histoire de sa légende. Songez qu'on en a même fait quelqu'un de quasiment intem...

 

Il vous reste 86 % de cet article à lire.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°107, octobre-novembre-décembre 2018).


Abonnement Patrimoine Normand
  ]]>
Sun, 30 Sep 2018 21:24:01 +0100
<![CDATA[ Le circuit des Maquisards - Un chemin de mémoire au cœur du Lieuvin ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-133700-circuit-des-maquisards.html Le circuit des Maquisards se parcourt en totale autonomie (© Virginie Michelland).


 
Extrait Patrimoine Normand N°107.
Par Viriginie Michelland.

Le devoir de mémoire ne se limite pas à des commémorations au pied d'un monument aux morts. Au départ de Saint-Georges-du-Vièvre, entre Bernay et Pont-Audemer, un itinéraire de découverte retrace l'aventure des résistants du maquis Surcouf. Une histoire mouvementée, relatée en 2012 par la Compagnie Théâtre des Trois Gros. Partons donc à la découverte de ce « circuit des Maquisards ».
 

un passionnant travail d'enquête

À l'origine de ce projet, l'office de tourisme de Saint-Georges-du-Vièvre. Sa directrice, Nathalie Grandcamp, et son adjointe, Aurélie Mouchon, chargent la Compagnie des Trois Gros de faire revivre, sur un support multimédia, les heures troublées de l’Occupation, en mêlant narration, témoignages, documents d'archives et extraits sonores. Un itinéraire voit le jour, avec à chaque étape une table d’information donnant les principaux éléments à connaître sur le maquis. Un projet innovant, selon le directeur artistique de la Compagnie, Joël Lefrançois, metteur en scène et codien pro...

 

Il vous reste 87 % de cet article à lire.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°107, octobre-novembre-décembre 2018).


Abonnement Patrimoine Normand
  ]]>
Sun, 30 Sep 2018 21:04:01 +0100
<![CDATA[ Le camp de Bierre - Une forteresse de l’âge du fer ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-133699-camp-de-bierre.html Vue aérienne du camp celtique de Bierre (© CD61).


 
Extrait Patrimoine Normand N°107.
Par Michaël Herbulot.

Site archéologique emblématique de la protohistoire, probablement le plus important du genre dans l'ouest de la France par son ancienneté, sa monumentalité et son état de conservation, le camp de Bierre, avec ses imposants remparts de pierre sèche, nous transporte à l'époque où les Celtes étendaient leur civilisation sur une bonne partie de l'Europe.
 

Implanté entre Falaise et Argentan, sur la commune de Merri, le camp de Bierre occupe le sommet d'un éperon rocheux. Deux petits ruisseaux affluents de la Dives se rejoignent ici et découpent de part et d'autre deux vallées très étroites, donnant à ce plateau de grès armoricain la forme d'une pointe qui s'enfonce au cœur de la plaine calcaire cernant les alentours.

Du haut de ce promontoire, on profitait en des temps reculés d’un point de vue privilégié pour surveiller les environs et contrôler la circulation des hommes et des marchan...

 

Il vous reste 87 % de cet article à lire.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°107, octobre-novembre-décembre 2018).


Abonnement Patrimoine Normand
  ]]>
Sun, 30 Sep 2018 20:56:01 +0100
<![CDATA[ Vaussieux : grandes manoeuvres dans le Bessin ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-133698-reconstitution-camp-de-vaussieu.html Reconstitution du Camp de Vaussieux  (© Thierry Georges Leprévost).


 
Extrait Patrimoine Normand N°107.
Par Thierry Georges Leprévost.

Septembre 1778. De Bayeux à Courseulles, le Bessin vibre au roulement du tambour, au martèlement du pas cadencé, au tonnerre du canon, au hennissement des chevaux et au cliquetis des armes. 30 000 fantassins, artilleurs et cavaliers déployés, 21 régiments engagés, des centaines de civils au service du plus important effort de guerre depuis la Guerre de Sept Ans.
 

Pourtant, la bataille de Vaussieux ne figure sur aucune liste des affrontements de l’Ancien Régime, et pour cause : Vaussieux n’est pas une bataille ! C’est le centre névralgique des plus grandes manœuvres militaires du XVIIIe siècle, le thème cet été d’un rassemblement en situation pour célébrer leur 240e anni...

 

Il vous reste 89 % de cet article à lire.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°107, octobre-novembre-décembre 2018).


Abonnement Patrimoine Normand
  ]]>
Sun, 30 Sep 2018 20:11:01 +0100
<![CDATA[ Abbaye Saint-Vigor de Cerisy-la-Forêt - Porte du Cotentin ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-133680-abbaye-de-cerisy.html L'abbaye Saint-Vigor de Cerisy-la-Forêt (© Rodolphe Corbin).


 
Extrait Patrimoine Normand N°107.
Par Stéphane William Gondoin.

Un peu à l’écart du bourg de Cerisy-la-Forêt, à deux portées de flèche de la lisière du bois l’Abbé, s’élève une fantastique abbatiale construite aux XIe et XIIe siècles. Chef-d’oeuvre de l’architecture romane, elle rappelle la ferveur religieuse du duc de Normandie Robert le Magnifique, mais aussi celle de son fils, un certain… Guillaume le Conquérant !

Les serres cramponnées aux branches d’un arbre, une chouette chevêche surveille d’un regard sévère le soleil d’été s’élevant lentement face au chevet de l’église Saint- Vigor. Déjà les premiers rayons effleurent la pierre, la rehaussant d’une teinte ocrée. L’étang situé en contrebas de l’abbaye s’illumine à son tour, reflétant à sa surface la silhouette de l’édifice multiséculaire. Jeu de miroir simplement féerique… Tel est le petit matin de Ceri...

 

Il vous reste 85 % de cet article à lire.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°107, octobre-novembre-décembre 2018).


Abonnement Patrimoine Normand
  ]]>
Sun, 30 Sep 2018 16:25:01 +0100
<![CDATA[ De pommes et de glace ]]> http://www.patrimoine-normand.com/article-133684-cidre-de-glace.html Idéalement situé au nord de l’axe Paris -Rouen, à Boisemont, près des Andelys, Éric Doré partage sa production de mille tonnes de pommes entre la cidrerie Écusson et sa propre enseigne, Le Pressoir d’Or (© Jean-Luc Péchinot).


 
Extrait Patrimoine Normand N°107.
Par Jean-Luc Péchinot.

Nom prédestiné que celui d’Éric Doré, dont le Pressoir d’Or, dans le vexin normand, signe une rareté : un liquoreux cidre de glace qui tient de l’élixir. À en fermer les yeux… à plein gosier !
 

Un nectar doré, digne de l’ambroisie. Un nectar de cidre qui ne pétille pas, comme un doux vin de pommes qui vous tapisse le palais tout en préservant de la fraîcheur derrière la sucrosité. Une gourmandise « made in Normandie », quintessence du cidre doux, qu’Éric Doré, cordial agriculteur de l’Eure, ne produit guère que pour les initiés. Dans les quatre mille flacons seulement par millésime, à un prix somme toute aussi doux (17,50 € les 37,5 cl) quand on connaît le mode de fabri...
 

Il vous reste 87 % de cet article à lire.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de PATRIMOINE NORMAND (n°107, octobre-novembre-décembre 2018).


Abonnement Patrimoine Normand
  ]]>
Sun, 30 Sep 2018 14:18:01 +0100