Patrimoine Normand magazine

 

Institut Pathologique du Cheval

Lundi 21 Janvier 2008

Extrait Patrimoine Normand N°03
Par Thierry Georges Leprévost

D'une main experte, Gilbert Tariel, exécute le geste des centaines de fois répété. Sa main suit le ventre du cheval entre le ventre et le périnée. En quelques secondes, la peau est fendue. Première étape d'un processus qui va durer deux heures. O..., étalon de quinze ans, est en cours d'autopsie.

 

Institut pathologique du cheval - autopsie cheval

Gilbert Tariel pendant une autopsie (photo de l'auteur).

Une structure unique en France

L'autopsie, l'Institut Pathologique du Cheval s'en est fait une spécialité. L'idée avait germé vers la fin des années 1970, sous l'égide du Conseil Régional de Basse-Normandie. L'importance économique croissante de l'élevage équin ne pouvait laisser Michel d'Ornano indifférent : il entendait donner à la région les structures dont étaient déjà pourvus des pays comme l'Angleterre ou les États-Unis, ces autres berceaux de grandes races chevalines. En clair, il s'agissait d'établir une analyse statistique des phénomènes de mortalité susceptible de sévir la population équine donnée : écu...

Il vous reste 85 % de cet article à lire
commander ce magazine.

 




Abonnement Patrimoine Normand
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas