Patrimoine Normand magazine

 

Le domaine d’Harcourt : du Moyen Âge au XXIe siècle

Mardi 22 Janvier 2008
Le domaine d’Harcourt : du Moyen Âge au XXIe siècle

L'arboretum d'Harcourt à proximité du château fort (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).


Extrait Patrimoine Normand n°22.
Par Aline Renault.

 

À proximité de l’ancien château fort, l’arboretum présente de très belles variétés d’arbres qui seront pour certains, à l’automne, un enchantement.

 Hêtre Tortillard à l'arboretum du domaine d'Harcourt (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).
Hêtre Tortillard à l'arboretum d'Harcourt (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).

Un château médiéval, une forêt, un arboretum. À quelques kilomètres de Brionne (Eure), le Domaine d’Harcourt semble peu connu du « grand public », peut-être à cause du voisinage prestigieux du Château du Champ-de-Bataille ou de l’Abbaye du Bec Hellouin. C’est pourtant un lieu enchanteur où l’on peut prévoir de passer une journée entière de découverte et de rêve dans le temps et dans l’espace.
 

Un peu d’histoirE

C’est vers 935 que, sur l’ordre de Rollon, Bernard le Danois s’installa dans le village d’Harcourt dont il prit le nom, dans la deuxième moitié du Xe siècle, après le traité de Saint-Clair-sur-Epte. Des mariages successifs avec plusieurs familles illustres (Lorraine, Guise, Poix) sont issues deux branches principales : les d’Harcourt de l’Eure et ceux de Thury-Harcourt (branche ducale). Dès le XVIIIe siècle, on note la présence de membres de la famille aux actuels U.S.A. et au Canada, dans la région de Vancouver où résident encore des descendants. Comme de nombreux aristocrates, les d’Harcourt durent émigrer à la Révolution, puis revinrent, mais délaissèrent le domaine de l’Eure qui tombait en décrépitude lorsqu’il fut mis en adjudication en 1802, à la mort d’Anne-Louise de Beauveau, princesse de Poix, propriétaire des lieux. Louis-Gervais Delamarre, Homme de Loi passionné d’arbres, en devint alors acquéreur. Ami des jardiniers du Jardin des Plantes de Paris, il obtint graines et jeunes plants qui allaient lui permettre, dès 1810, de commencer la plantation d’espèces ornementales et expérimentales destinées à servir de référence. À sa mort en 1827, n’ayant pas d’héritier, il légua son domaine à l’Académie Royale d’Agriculture qui, devenue Académie Nationale d’Agriculture, en est l’actuel proprié...

 

Il vous reste 90 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
  
 

 

 
EN KIOSQUE
Patrimoine Normand n°116

N°116
Janvier-Février-Mars 2021

 Et profitez d'une offre 
 exceptionnelle 

-27%

4 numéros

29
au lieu de 40,00€



DERNIERS ARTICLES

hors-séries


LIBRAIRIE NORMANDE

 

ÉVÉNEMENTS

Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 bas