Patrimoine normand

 

Le point d'Alençon fête ses 10 ans à l'UNESCO !

Vendredi 27 Novembre 2020
Le point d'Alençon fête ses 10 ans à l'UNESCO !

Le voile de mariée au musée des Beaux-arts et de la Dentelle d'Alençon (© Stéphane William Gondoin).

 
 
Le parchemin est piqué tout au long du motif, repassé à l'encre rouge (Atelier National au Point d'Alençon © Service communication, ville d'Alençon, Olivier Héron).
Le parchemin est piqué tout au long du motif, repassé à l'encre rouge (Atelier National au Point d'Alençon © Service communication, ville d'Alençon, Olivier Héron).

L'Atelier conservatoire du Mobilier national et la ville d'Alençon célèbrent les 10 ans de l'inscription du savoir-faire de la dentelle au point d'Alençon au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO.

Le 16 novembre 2010, le savoir-faire de la dentelle au point d’Alençon était inscrit sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO.
 

De fil en aiguille,
le savoir-faire de la dentelle au point d'Alençon

Du fond de leur atelier, elles sont cinq et quatre apprenties à perpétuer un savoir-faire qui produit de grandes choses avec de l'infiniment petit. Armées d'un simple fil de lin ou de coton, d'une aiguille et d'une infinie patience (il faut compter environ sept heures pour réaliser 1 cm2), les dentellières font à juste titre la fierté de la ville d'Alençon. Elles en sont même indissociables depuis cette lointaine année 1665 où Colbert, toujours soucieux du prestige commercial de la France, plaça la cité sous protection royale, afin d'y créer une manufacture imitant le célèbre point de Venise. Des générations de jeunes filles y ont pendant quatre siècles réalisé des pièces de textile ajouré, chefs-d’œuvre de raffinement et de délicatesse.

Dès le début du XXe siècle, des démarches sont entreprises pour assurer la pérennité de ce « savoir-faire multiséculaire et inégalé ». Une école dentellière est ainsi fondée en 1902 par la chambre de commerce d'Alençon, et gérée en particulier par les religieuses de la Providence. La responsabilité de l'école revient à l'Association de l’École dentellière, association aussi appelée « Le Point d'Alençon » à partir de 1965. L’État crée enfin, en 1976, l'Atelier Conservatoire national du Point d'Alençon, placé sous la tutelle du Mobilier national. D'un maillon à l'autre, la chaîne de transmission de cette technique ne s'est ainsi jamais rompue. Au bout de sept à dix ans de formation, exclusivement par la pratique et l'oralité, les apprenties d'aujourd'hui en arrivent à maîtriser la dizaine d'étapes nécessaires à la réalisation, exclusivement à la main, du moindre élément de dentelle. Au-delà de la formation des apprenties, les dentellières contribuent à faire vivre ce patrimoine en reproduisant, dans une démarche de conservation, tout un répertoire de points hérités des XVIIIe et XIXe siècles. Elles proposent des démonstrations toute l’année au musée des Beaux-Arts et de la Dentelle, font visiter leur atelier lors des Journées Européennes du Patrimoine et vendent des médaillons à la boutique du musée. Enfin, elles participent à des projets de création d'art contemporain. Cette volonté sans cesse affirmée de sauvegarder et de faire vivre la tradition dentellière, la virtuosité et le prestige des œuvres réalisées, et la spécificité de la technique, propre à l'atelier alençonnais, justifient l'inscription du savoir-faire de la dentelle au point d'Alençon sur la Liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l'Humanité par l'UNESCO. Une inscription réalisée au terme d'une longue procédure, associant le Mobilier national et la ville d'Alençon, et marquée notamment, en 2009, par la cosignature d'une lettre dans laquelle les dentellières elles-mêmes signifiaient leur désir de voir ce patrimoine reconnu.
 

Les dentellières assemblent de façon presque invisible des éléments de très petite taille (Atelier National au Point d'Alençon © Service communication, ville d'Alençon, Olivier Héron). 

Les dentellières assemblent de façon presque invisible des éléments de très petite taille (Atelier National au Point d'Alençon © Service communication, ville d'Alençon, Olivier Héron). 

Comment admirer le travail des dentellières d'hier et d'aujourd'hui
 

Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle, Alençon (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand). 

Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle, Alençon (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).

L'inscription du savoir-faire de la dentelle au point d'Alençon sur la Liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO remonte au 16 novembre 2010. Le musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d'Alençon, situé cour Carrée de la Dentelle, abrite une importante collection de référence de dentelle au point d’Alençon. Il est ouvert de septembre à juin, du mardi au dimanche, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, et tous les jours aux mêmes horaires en juillet et août.
À noter : Le musée est actuellement fermé. Nous vous invitons à consulter le site Internet du musée museedentelle.cu-alencon.fr pour suivre l’évolution des conditions d’accès.
 

Du 16 novembre 2020 au 16 novembre 2021. L’Atelier conservatoire du Mobilier national et la ville d'Alençon célèbrent les 10 ans de l’inscription du savoir-faire de la dentelle au point d’Alençon au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.10 ans déjà !
Du 16 novembre 2020 au 16 novembre 2021. L’Atelier conservatoire du Mobilier national et la ville d'Alençon célèbrent les 10 ans de l’inscription du savoir-faire de la dentelle au point d’Alençon au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Le musée a pour l’occasion concocté des animations spécifiques.

Depuis le mois de juin 2020, l’exposition « J
ardins intérieurs », présente le travail de l’artiste plasticienne Marjolaine Salvador-Morel. Cette exposition initialement programmée jusqu’au 20 septembre a été prolongée jusqu’au dimanche 3 janvier 2021 inclus.
Du 4 février au 23 mai 2021, si la situation sanitaire le permet, le musée devrait présenter conjointement
« L’art des dentellières d’Alençon, dans l’intimité d’un atelier d’exception » (pièces réalisées à l’Atelier national) en partenariat avec le Mobilier national, et une « Carte blanche à Sandrine Pincemaille » (dentelles de fils transparents) en coproduction avec le Fonds Départemental d’Art Contemporain de l’Orne.
Un musée mobile dédié à la dentelle au point d’Alençon. Conçu en partenariat avec des élèves du lycée professionnel Marcel Mézen, ce projet intitulé “Sur la route de la dentelle” (projet labellisé Lycée du Futur), interrompu en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, devrait voir le jour en 2021. Le musée mobile, caché à l’intérieur d’une semi-remorque, sillonnera la Normandie selon un parcours permettant la valorisation des lieux de productions normands et les différentes techniques.
 
Renseignements au 02 33 32 40 07.
Facebook : museedentellealencon.
Site internet :
museedentelle.cu-alencon.fr 
Pour de plus amples informations sur Alençon et son patrimoine, rendez-vous à l'office de tourisme, place de la Magdeleine. Contact : 02 33 80 66 33.
 

Article extrait du dossier « La Normandie et l'UNESCO » publié dans Patrimoine Normand n°105, par Virginie Michelland. Mis à jour le : 01/12/2020.


Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
  
 

 

 
EN KIOSQUE
Patrimoine-Normand n117

N°117
Avril-Mai-Juin 2021

 Et profitez d'une offre 
 exceptionnelle 

-27%

4 numéros

29
au lieu de 40,00€



DERNIERS ARTICLES

à Paraître


LIBRAIRIE NORMANDE

 

ÉVÉNEMENTS

Dernière Vidéo

Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 Patrimoine normand