Patrimoine Normand magazine

La vigne poursuit sa percée en Normandie

6 Juillet 2017

Le vigneron Ludovic Messiers
Le vigneron Ludovic Messiers (© SWG).

La vigne poursuit sa percée en Normandie


  Extrait Patrimoine Normand N°102
Par Stéphane William Gondoin

Nous vous en parlions il y a quelques temps déjà, en vous présentant le travail de Gérard Samson, viticulteur à Saint-Pierre-sur-Dives 1 : on fait à nouveau du vin en Normandie continentale, sans même parler des frères Barclay qui s’y consacrent en dépit des réticences locales dans les îles de Sercq et de Brecqhou 2. Et voici qu’un autre vigneron a choisi lui aussi de s’implanter dans l’ancien duché, sur les coteaux du pays de Caux cette fois. Originaire de Montivilliers, Ludovic Messiers part très jeune se former à la culture de la vigne en Champagne et y passe de nombreuses années à apprendre toutes les ficelles du métier. Il n’a cependant qu’une idée en tête : revenir sur sa terre natale et y récolter le fruit préféré de Dyonisos, pour produire un vin pétillant de qualité.
En 2014, il plante 350 premiers pieds de chardonnay à Sainte-Adresse, face à l’estuaire de la Seine. L’année suivante, 200 pieds poussent juste à côté du musée de l’Abbaye-de-Graville, au Havre même. En 2017, la vigne prend ses aises à titre expérimental sur les hauteurs de la falaise d’Amont, à Étretat, mais aussi et surtout à Fontaine-la-Mallet (1 000 pieds). Car c’est à Fontaine même que M. Messiers a décidé d’installer un chai, qui sera à la fois espace de travail comme siège de son entreprise, mais aussi de conservation des vins et de réception de la clientèle.
Cette année, la vigne de Sainte-Adresse devrait permettre de remplir 500 bouteilles, histoire de souffler les 500 bougies de la Porte Océane. Collector, à coup sûr ! Mais le projet va bien au-delà de la seule confection d’un vin et connaîtra des développements autour du tourisme : initiation à la viticulture, dégustation… Notons que les vignes repoussent aussi autour de Rouen. Une idée qui renoue avec la vieille tradition viticole normande, oubliée depuis plus d’un siècle, et que nous suivrons avec grand intérêt.




Tous renseignements sur vignes-estuaire.com.

 


1 et 2) Sur ces sujets, voir Patrimoine Normand N° 92.

 


Retrouvez l'article intégral dans la version papier de Patrimoine Normand
(n° 102Juillet-Août-Septembre 2017)


 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
 
 
 
EN KIOSQUE
Patrimoine Normand 106
N°106

Juillet-Août-Septembre 2018

LIBRAIRIE NORMANDE

 

ÉVÉNEMENTS