Patrimoine Normand magazine

 

Les carrières de pierre de Caen

Lundi 11 Février 2008

Extrait Patrimoine Normand N°07
Par Laurent Dujardin
Professeur de physique, chercheur associé au CRAM (Centre de Recherches Archéologiques Médiévales - CNRS)

Caen et ses alentours présentent un calcaire au grain exceptionnel. Depuis le Moyen Age, cette pierre est extraite et exportée. Il y a maintenant 300 hectares de carrières sous les pieds des Caennais.
 

Fleury-sur-Orne, les carrières des coteaux

Fleury-sur-Orne, les carrières des coteaux (Photo L. Dujardin).

L'agglomération caennaise recèle, dans son sous-sol, un bon nombre de carrières souterraines. Ces vides parfois inquiétants, conséquence du riche passé de la pierre de Caen, ne sont pas sans poser des problèmes aux aménageurs. Tout en étant loin d'atteindre ceux qui se sont manifestés dès le XVIIIe siècle à Paris ou à Fécamp, où il fallu conforter très tôt sous le bâti, l'existence des carrières souterraines à Caen et dans son agglomération a eu pour effet de bloquer en partie les constructions de routes ou d'immeubles en surface. Depuis peu de temps, des travaux d'aménagement dans et au dessus des carrières souterraines ont commencé à La Maladrerie.
Les carrières souterraines de l'agglomération  caennaise représentent un patrimoine souterrain méconnu. Ces lieux font partie intégrante de l'histoire de Caen, au même titre que bien des monuments dont ils sont à l'origine. A quoi ressemblerait la ville s'il n'y avait pas eu ce riche matériau à proximité immédiate des chantiers ?

La Pierre de Caen dans le passé

Même si le matériau fût exploité dès l'époque romaine et employé pour les quelques milliers de sarcophages mis à jour dans la Campagne de Caen, sa véritable exploitation à grande échelle n'a commencé qu'au milieu du XIe siècle, grâce à l'impulsion donnée par le Duc Guillaume. L'Abbaye-aux-Hommes (Saint-Etienne) et l'Abbaye-aux-Dames (Sainte-Trinité), fondées respectivement par le Bâtard et par Mathilde, sont encore là pour témoigner des besoins énormes en pierre à bâtir d'une ville en plein essor.
Dès 1066, la renommée de la pierre de Caen devint internationale avec la conquête de l'Angleterre. Peu de temps après la bataille de Hastings, Guillaume le Conquérant envoya chercher de la pierre à Caen pour l'abbaye de Battle, édifiée à peu de distance pour commémorer la victoire des Normands. Au cours, des décennies qui suivirent, un nombre surprenant de monuments anglais firent appel au même maté...

Il vous reste 83 % de cet article à lire
commander ce magazine.

 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

 bas